Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • En direct : Monaco-Leverkusen et les autres matches de la Ligue des champions

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Afrique

L'islamiste Hamadi Jebali chargé de former le nouveau gouvernement

Vidéo par Anthony SAINT-LÉGER

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/12/2011

Le président tunisien Moncef Marzouki a désigné le nouveau chef du gouvernement, Hamadi Jebali. L'actuel numéro deux du parti Ennahda a passé 15 ans en prison, sous l'ère Ben Ali, pour "appartenance à une organisation illégale et complot".

AFP - Personnalité historique du mouvement islamiste tunisien, Hamadi Jebali, chargé mercredi de former le gouvernement, passe pour le visage modéré du parti Ennahda et pour un homme de compromis mais ses longues années dans les geôles de Ben Ali lui ont forgé un caractère d'acier.

Actuel numéro 2 d'Ennahda, M. Jebali, 62 ans, a été officiellement désigné par le nouveau président tunisien Moncef Marzouki.

Petite barbe blanche, lunettes à fine monture et "tabaâ" (la marque de prosternation des musulmans pieux) sur le front, Hamadi Jebali, fait partie des figures historiques du mouvement islamiste tunisien, qui ont vécu la politique en prison ou dans la clandestinité.

Né en 1949 à Sousse, la "perle du Sahel" sur la côte orientale tunisienne, cet ingénieur en énergie solaire et ancien journaliste est un des co-fondateurs du MTI (Mouvement de la tendance islamique) en 1981, qui deviendra Ennahda (Renaissance, en arabe) en 1989.

"C'est un islamiste du cercle historique. Il a notamment dirigé la confrontation armée contre le régime de (Habib) Bourguiba en 1986", note Sofiene Ben Fahrat, journaliste et écrivain.

Ancien rédacteur en chef du journal d'Ennahda Al Fajr (l'Aube), M. Jebali est condamné une première fois en 1991 à un an de prison pour diffamation. Un an plus tard, alors que la répression anti-islamiste bat son plein sous le régime du président Zine El Abidine Ben Ali, il est condamné à 16 ans de prison, et passera une bonne partie de sa peine à l'isolement, avant d'être gracié en 2006.

Décrit comme détendu et souriant, très bonne plume et parfaitement francophone, M. Jebali est "un homme qui a toujours eu très bonne presse, il a une vaste panoplie de relations, un bon carnet d'adresse", selon Sofiene Ben Fahrat.

Vitrine d'un islam politique rassurant, il a cependant commis un premier faux pas après la victoire de son parti aux élections du 23 octobre, en évoquant lors d'un meeting "le califat", terme connoté faisant référence à un système de gouvernement basé sur la charia (loi islamique). Cette sortie avait suscité un tollé et renforcé les inquiétudes des adversaires du parti islamiste, qui dénoncent son "double langage".

Toutefois M. Jebali se positionne dans le courant réformiste d'Ennahda, un parti tiraillé entre plusieurs tendances, selon M. Ben Fahrat.

M. Jebali s'était rendu à Washington après la révolution de janvier en compagnie de deux autres cadres "modernes" du mouvement, le jeune avocat Samir Dilou et Nourredine Bhiri, tous deux membres de l'exécutif du parti.

Invités dans le cadre d'un think-tank proche des islamistes, les trois hommes auraient eu des contacts "au plus haut niveau" avec des responsables américains et leur auraient donné un message rassurant, selon la presse tunisienne.

"Il est bien connu des Américains", confirme une source diplomatique, en confiant avoir été "fortement impressionné" par le responsable islamiste.

"Il est très calme, très sûr de lui, a un discours très construit. Mais ce n'est pas un tendre, ses années de prison lui ont forgé le caractère", selon cette source.

Ces dernières semaines, M. Jebali s'est employé à rassurer investisseurs et hommes d'affaires, répétant à l'envi que son parti n'est pas théocratique mais "civil et politique", et "engagé dans un processus démocratique irréversible".

 

Première publication : 14/12/2011

  • TUNISIE

    Ennahda devrait obtenir les portefeuilles de l'Intérieur et des Affaires étrangères

    En savoir plus

  • TUNISIE

    L'ancien opposant Moncef Marzouki élu président de la République

    En savoir plus

  • ÉLECTIONS

    L’islamisme prend ses quartiers en Afrique du Nord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)