Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : un Monaco diminué retrouve l'Europe dix ans après

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama envoyent 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

Amériques

L'équipe de campagne d'Obama concentre ses attaques sur Gingrich

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/12/2011

Alors qu'elle ciblait jusqu'à présent Mitt Romney, l'équipe de campagne d'Obama s'intéresse désormais à un autre candidat républicain : Newt Gingrich. La popularité de l'ex-gouverneur du Massachusetts est à la hausse, selon de récents sondages.

REUTERS - L'équipe de campagne de Barack Obama a changé son fusil d'épaule mardi, abandonnant la stratégie élaborée contre le candidat à l'investiture républicaine Mitt Romney pour concentrer ses critiques sur le nouveau favori des sondages, Newt Gingrich.

Les conseillers du chef de l'Etat américain ont passé les derniers mois focalisés sur l'ancien

La côte de popularité de Gingrich en hausse

L'ancien président de la chambre des représentants, Newt Gingrich, a franchi mardi pour la première fois la barre des 40% d'intentions de vote dans la campagne à l'investiture républicaine pour la présidentielle américaine de 2012.

Un sondage réalisé pour la chaîne de télévision NBC et le Wall Street Journal montre une percée significative de Gingrich qui distance son premier rival Mitt Romney, ancien gouverneur du Massachusetts, crédité de 23% à quelques semaines du début des primaires.

gouverneur du Massachusetts qui semblait promis à un face à face avec le démocrate sortant.

Mais la campagne des primaires républicaines a connu plusieurs rebondissements alors que se profile le processus de désignation avec un scrutin dans l'Iowa le 3 janvier.

Gingrich a réussi une percée notable dans les intentions de vote des électeurs de son camp et la Maison blanche a dû s'adapter à cette nouvelle configuration.

"Newt revient dans la course", a admis David Axelrod l'un des conseillers d'Obama devant la presse. "La question est de savoir s'il peut tenir le choc", a-t-il ajouté.

Ancien président de la chambre des représentants, Gingrich a mis fin à 20 années de carrière au sein du Congrès après la défaite des républicains aux élections de 1998.

Pour Axelrod, le nouveau favori des républicains est avant tout un véritable "représentant du Tea Party", cette mouvance politique qui s'est constituée spontanément à l'occasion des élections de mi-mandat et qui se distingue par ses options très conservatrices.

Le Tea Party prône une réduction des programmes de protection médicale comme Medicare et fait campagne contre les mesures visant à restreindre les obligations écologiques des Etats-Unis.

La montée en puissance de Gingrich a contraint Axelrod et les conseillers de campagne de Barack Obama à réviser leur stratégie face aux républicains.

La primaire pourrait demeurer incertaine jusqu'au mois de juin et, espèrent les démocrates, dévoiler des points faibles qui pourraient être exploités.

"N'oubliez pas une chose", explique Axelrod. "Plus il (Gingrich) grimpe au mât, plus vous voyez son arrière-train".

"Il (Gingrich) a beaucoup grimpé et nous allons voir comment les gens apprécient le spectacle", a-t-il ajouté.

Le changement de stratégie s'explique par la poussée électorale réussie par Gingrich dans l'Iowa et la Caroline du Sud où il devance Romney mais également dans le New Hampshire où il gagne du terrain alors que son rival a fait jusqu'alors la course en tête.

Les primaires dans ces trois Etats au début de 2012 devraient se révéler déterminantes pour la suite de l'affrontement, bien que les conseillers d'Obama estiment que l'issue ne sera pas connue avant cinq ou six mois.

Première publication : 14/12/2011

  • PRIMAIRES RÉPUBLICAINES

    Mitt Romney, le mormon businessman favori de la course

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les républicains divisés sur les questions de sécurité et de politique étrangère

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La politique étrangère au menu d'un débat du Parti républicain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)