Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Princess Erika : le nouveau single d'une guerrière pacifique

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Migrations : les 28 à hue et à dia

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Manfred Weber, président du PPE, sur l'asile : "Sans solution européenne, tout finira dans le désordre"

En savoir plus

FOCUS

Les enfants volés de l'ex-RDA

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Guerre au Yémen : Paris organise une conférence humanitaire fin juin

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Migrations, sécurité et Brexit : les Européens réunis fin juin à Bruxelles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

L’État turc est "extrêmement faible", selon l'historien Edhem Eldem

En savoir plus

L’invité du jour

Turquie : "Des fraudes sont possibles, mais qui ne remettent pas en cause le résultat"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L'économie turque en surchauffe

En savoir plus

Economie

Quand Twitter crée une panique bancaire en Lettonie

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 14/12/2011

Sur Twitter, de fausses rumeurs annonçant la faillite de la filiale estonienne de la principale banque de Lettonie ont créé une panique bancaire qui souligne la fébrilité des Européens en ces temps de crise et les dérives des médias sociaux.

Tout semble être rentré dans l’ordre à Riga, pour le plus grand soulagement des autorités lettones, après le sérieux coup de chaud qu’a connu le secteur bancaire du pays ces derniers jours. A l’heure où la solidité des établissements financiers européens est remise en cause, une rumeur née ce week-end sur Twitter a suffi à ébranler Swedbank, la plus importante banque de dépôts de Lettonie.

Samedi 9 et dimanche 11 décembre, les Lettons ont en effet retiré près de 22 millions d’euros des distributeurs automatiques de Swedbank, soit un centième des réserves de la banque d’origine suédoise. Une course au cash qui a pris de court les responsables de l’établissement : les habitants de la petite république balte ne retirent en moyenne que trois millions d’euros chaque week-end. Dimanche soir à 20 heures, les trois quarts des distributeurs de la Swedbank en Lettonie étaient à sec.

Enquête de police

La banque a, en fait, été victime du côté obscur de la force de Twitter et à sa capacité à propager rapidement des informations... même fausses. En fin de semaine dernière, des messages annonçant - à tort - la fermeture en Suède de guichets automatiques de la Swedbank et des risques de banqueroute de sa filiale estonienne ont été largement repris par les internautes lettons, créant une panique bancaire bien réelle attisée par la faillite, le mois dernier déjà, d'une banque locale cette fois, la Krajbanka.

Il a fallu l’intervention publique des directeurs suédois de la banque et même de Valdis Dombrovskis, le Premier ministre letton, pour calmer les esprits. Si les premiers se sont voulus rassurant sur la santé financière de leur banque, expliquant que ces retraits massifs “n’entraîneraient pas de problème de liquidité”, le chef du gouvernement a, quant à lui, dénoncé “une manœuvre visant à déstabiliser” la Lettonie.

Les autorités lettonnes ont d’ailleurs ouvert, mardi 13 décembre, une enquête de police afin de déterminer l’origine de ces rumeurs.

Crédit photo : David Berkovitz/Flickr

Première publication : 14/12/2011

  • LIBAN

    Saad Hariri prépare son come-back politique sur Twitter

    En savoir plus

  • INTERNET

    Twitter veut faire gazouiller le grand public

    En savoir plus

  • INTERNET

    Quand François Hollande "spamme" sur Twitter

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)