Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

Amériques

Quinze cadavres découverts dans un ancien centre clandestin de l'armée

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/12/2011

Les restes humains d'au moins quinze opposants supposés à la dictature militaire ont été découverts dans un ancien centre clandestin du nord de l'Argentine. Plus de 30 000 personnes ont disparu ou perdu la vie, entre 1976 et 1983.

AFP - Une fosse commune contenant les os d'au moins 15 personnes a été retrouvée à Tucuman (nord) dans un terrain où a fonctionné un centre clandestin de l'armée argentine, a annoncé mercredi le Centre d'Information Judiciaire.

"Les restes osseux partiellement brûlés d'au moins 15 personnes ont été retrouvés à des profondeurs différentes", écrit le CIJ sur son site internet, en précisant que cette découverte intervient dans le cadre des fouilles que mène sur place l'Equipe argentine d'anthropologie médico-légale.

Les scientifiques ont également retrouvé sur place des douilles, ainsi que des restes de vêtements, des chaussures, selon le CIJ.

Ce centre a commencé à fonctionner en 1975 avant même le début de la dictature (1976-1983), pendant l'"Opération Indépendance" lancée contre la guérilla à Tucuman, théâtre d'une des répressions les plus féroces. Il est devenu clandestin après 1976.

La répression en Argentine a fait 30.000 morts ou disparus, selon les organisations des droits de l'Homme.

Depuis l'accession au pouvoir de Nestor Kirchner (2003-2007), l'annulation des lois d'amnistie votées sous la présidence de Carlos Menem (1989-1999) et la réouverture des procès, les autorités souhaitent que les militaires responsables d'exactions soient rapidement condamnés.
 

Première publication : 15/12/2011

COMMENTAIRE(S)