Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Agents presque secrets" : gros bras, petits effets

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le rêve d’Europe des jeunes footballeurs ivoiriens

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle est la stratégie du président turc vis-à-vis des Kurdes ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle est la stratégie du président turc vis-à-vis des Kurdes ? (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La DCNS a subi des fuites massives de documents

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le sexisme, c'est terminé (selon les hommes)"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je rêvais d'un autre monde"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

Afrique

Le parti d'Alassane Ouattara remporte la majorité à l'Assemblée

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/12/2011

Vendredi, la commission électorale ivoirienne a annoncé la victoire du parti du président Alassane Ouattara aux législatives du 11 décembre. Pour rappel, le scrutin a été boycotté par les partisans de l'ex-chef d'État Laurent Gbagbo.

Sans surprise, le parti d’Alassane Ouattara a obtenu la majorité des sièges aux législatives du 11 décembre. Le Rassemblement des républicains (RDR) du président ivoirien a obtenu 127 des 255 sièges, devant le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) de l'ancien président Henri Konan Bédié (77 sièges). Pour rappel, le camp de l'ancien chef d'Etat Laurent Gbagbo avait décidé de boycotter les élections.

Les résultats ont été annoncés dans la nuit de jeudi à vendredi, après quatre jours d’attente, sur la télévision publique, par le président de la Commission électorale indépendante (CEI), Youssouf Bakayoko.

"La Côte d'Ivoire est engagée sur le chemin du renouveau et de la stabilisation de son environnement socio-politique", a-t-il déclaré. Ce scrutin met un point final à la période d’instabilité politique générée pas la crise postélectorale de décembre 2010 à avril 2011, qui avait coûté la vie à 3 000 personnes.

Le Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo a boycotté le scrutin, dénonçant notamment la détention de son mentor, arrêté le 11 avril et écroué fin novembre à la Cour pénale internationale (CPI), qui siège à La Haye. Mais quelques candidats de son bord avaient concouru en "indépendants".

Le taux de participation s'est élevé à 36 %, "en hausse par rapport" aux 33% des dernières législatives de 2000, a précisé Bakayoko. Un chiffre en net recul toutefois par rapport à la présidentielle de novembre 2010, où le taux de participation avait dépassé les 80% - un score historique.

Rapport de forces

D’après les résultats, le RDR ne dispose pas de la majorité absolue. "Il lui manque un siège pour qu’il obtienne la majorité absolue, commente Maureen Grisot, correspondante France24 à Abidjan. Il sera intéressant maintenant d’étudier le rapport de forces". Avec ses alliés du PDCI et quelques petites formations indépendantes, le camp d'Alassane Ouattara devrait toutefois facilement dominer l'Assemblée. Sans compter qu’une législative partielle doit être organisée prochainement pour attribuer le 255e siège - après le décès d'un candidat.

Par ailleurs, le Conseil constitutionnel recevra jusqu'à mardi soir les contestations qu'il aura à examiner. "De nombreux électeurs du PDCI ont la volonté de faire annuler les élections", rapporte Maureen Grisot.

De nombreux défis attendent désormais le président ivoirien. Il devra rapidement former un nouveau gouvernement et choisir s'il maintient Guillaume Soro, chef de l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN), au poste de Premier ministre.

Selon une source diplomatique citée par l’AFP, Ouattara devrait le confirmer à son poste pour mener à bien l'urgente réforme de l'armée et le démantèlement des FN dans le nord, sous contrôle depuis 2002. Pourtant, le poste de chef du gouvernement a été promis fin 2010 au PDCI.

Le président ivoirien s'est par ailleurs fixé pour priorités la réconciliation des Ivoiriens et la relance de l'économie du pays, premier producteur mondial de cacao.

Première publication : 16/12/2011

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Législatives ivoiriennes, le désert électoral en images

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    La réconciliation nationale à l'épreuve du transfert de Gbagbo à La Haye

    En savoir plus

  • ÉLECTIONS LÉGISLATIVES

    Côte d'Ivoire : une campagne électorale dans la discrétion à défaut d'une réconciliation

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)