Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Le gouvernement confirme l'arrêt à froid des réacteurs accidentés de Fukushima

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/12/2011

Vendredi, le Premier ministre japonais Yoshihiko Noda a annoncé l'arrêt à froid des réacteurs accidentés de la centrale nucléaire de Fukushima - après le tsunami du 11 mars dernier. Leur démantèlement pourrait prendre jusqu'à quarante ans.

AFP- Le Premier ministre japonais, Yoshihiko Noda, a confirmé vendredi l'état d'arrêt à froid des réacteurs accidentés de la centrale nucléaire de Fukushima, mais a prévenu que la bataille pour mettre fin aux conséquences de l'accident était loin d'être terminée.

"Nous avons confirmé techniquement que l'eau de refroidissement circule de façon régulière et que les températures au fond de la cuve des réacteurs et à l'intérieur des enceintes de confinement sont maintenues sous les 100 degrés", a expliqué le Premier ministre lors d'une conférence de presse.

"En conséquence, le niveau de radiations peut être contenu à un niveau suffisamment bas à l'extérieur des installations de la centrale, même en cas de nouvel accident", a-t-il précisé, ce qui lui a permis de décréter l'état d'arrêt à froid.

Mais "la bataille n'est pas terminée", a averti le Premier ministre, quelque neuf mois après cet accident nucléaire majeur provoqué par le séisme et le tsunami du 11 mars dans le nord-est du Japon.

Il a souligné que de nombreuses étapes restaient à franchir, en présentant un plan pour la décontamination, une amplification du contrôle sanitaire des personnes et de nouveaux moyens de mesures de la radioactivité en temps réel, ainsi qu'un plus sévère contrôle des aliments.

"Nous envisageons de proposer un plan de réaménagement de la zone interdite" de 20 km de rayon autour du site, a répété par ailleurs M. Noda, en tenant compte de la radioactivité ambiante.

A plus long terme, il a promis que les autorités allaient agir "de toutes leurs forces jusqu'au démantèlement" des réacteurs accidentés, une tâche complexe qui pourrait prendre entre 30 et 40 ans.

Cet accident nucléaire, le plus grave depuis celui de Tchernobyl (Ukraine) en 1986, a entraîné l'évacuation de plus de 80.000 personnes des environs de la centrale Fukushima Daiichi, située à 220 km au nord-est de Tokyo.
 

Première publication : 16/12/2011

  • JAPON

    Un risque de fission nucléaire décelé dans l'un des réacteurs de Fukushima

    En savoir plus

  • JAPON

    Six mois après Fukushima, les Japonais craignent pour leur santé

    En savoir plus

  • JAPON

    Des zones proches de Fukushima interdites d'accès "pendant plusieurs décennies"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)