Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

  • Qui est Hervé G., l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Moyen-orient EUROPE

Syrie : "La Russie propose une résolution sans grande valeur"

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 16/12/2011

La Russie a surpris la communauté internationale en dévoilant, jeudi, un projet de résolution au Conseil de sécurité de l’ONU condamnant les violences en Syrie. Un texte sans grande valeur, selon Fabrice Balanche, spécialiste du Moyen-Orient.

À la surprise générale, Moscou, l’indéfectible soutien de Damas, a proposé jeudi un projet de résolution au Conseil de sécurité de l’ONU condamnant les violences en Syrie. Une initiative qui représente, certes, une avancée diplomatique - Moscou était, jusqu'à présent, hostile à toute forme de condamnation du régime syrien -, mais celle-ci reste toutefois limitée, selon Fabrice Balanche, spécialiste du Moyen-Orient et maître de conférences à l’Université Lyon 2. Explications.

FRANCE 24 : Pourquoi cette inflexion soudaine de la part de Moscou ?

Fabrice Balanche : Tout simplement parce que la Russie n’avait pas le choix. Depuis neuf mois, Moscou et Pékin n'ont cessé d'opposer leur veto à tout projet de résolution présenté par des pays européens. Aujourd’hui, cette position est intenable.

La répression en Syrie a fait officiellement plus de 5000 morts [selon le dernier bilan de l’ONU, NDLR], c’est un véritable bain de sang. Moscou a dû réajuster sa stratégie pour rester crédible sur la scène internationale. La Russie ne peut pas rester un allié de Damas à n’importe quel prix. Elle était dans l’obligation de condamner – même mollement - le régime de Bachar al-Assad.

En proposant ce projet de résolution, la Russie a-t-elle fait volte-face ?

F. B. : La Russie n’a pas vraiment reculé. Le ton a certes changé, mais dans le fond, Moscou n’a aucunement l’intention de compromettre ses relations privilégiées avec Bachar al-Assad. Lorsqu’on analyse le texte de plus près, on se rend compte qu’il est extrêmement timoré.

Premièrement, la Russie, prudente, ne se risque pas à condamner le seul régime de Bachar al-Assad. Pour ne pas se mettre à dos son allié historique, Moscou a préféré dénoncer les violences commises par "toutes les parties" en Syrie, mettant de fait les attaques militaires du régime et celles menées par les opposants sur le même plan. Or, c’est incomparable, les uns attaquent, les autres se défendent.

Deuxièmement, le texte russe ne prévoit aucune menace de sanctions, comme le réclamaient plusieurs pays occidentaux. Il est impensable d’envisager que Moscou puisse un jour donner son feu vert à une intervention armée alors qu’elle entretient d’importants liens militaires et stratégiques avec Damas. Elle lui fournit de l’armement et possède une base navale à Tartous, sur le littoral syrien. Reconnaissons-le, le texte russe n’a pas une grande valeur.

Moscou cherche cependant à faire pression sur Damas ? Dans quel but ?

F. B. : La Russie a aussi conscience qu’on ne tient pas un pays par la seule force des armes. En prenant légèrement ses distances avec son allié, elle essaie de pousser Damas à négocier avec l’opposition pour sortir le pays de l’impasse et préserver ainsi ses intérêts dans la région.

Je n’adhère pas à l’idée selon laquelle la Russie a cherché à faire diversion pour ne pas attirer davantage l’attention sur la contestation populaire qui secoue actuellement le pays [les manifestations se sont multipliées en Russie ces derniers jours pour dénoncer les fraudes électorales de Russie unie, le parti de Vladimir Poutine, lors des législatives, NDLR]. Je ne pense pas que le pouvoir russe cherche particulièrement à soigner son image à l'extérieur. 

Première publication : 16/12/2011

  • SYRIE

    Plus de 200 000 manifestants à Homs, selon l'OSDH

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'Irak va envoyer une délégation à Damas pour entamer une médiation

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'armée syrienne accusée d'avoir "ordonné des opérations de meurtres" contre les manifestants

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)