Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Moyen-orient

Les sunnites d'Irakiya suspendent leur participation au Parlement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/12/2011

Samedi, alors que les troupes américaines se retiraient, Irakiya, bloc parlementaire sunnite à l'assemblée, a suspendu sa participation. Irakiya accuse le Premier ministre Nouri al-Maliki (photo) d'exercer le pouvoir en solo.

REUTERS - Le bloc parlementaire sunnite à l'assemblée irakienne a suspendu samedi sa participation en accusant le Premier ministre Nouri al Maliki, chiite, de concentrer les pouvoirs.

Ce retrait du bloc Irakiya, dirigé par l'ex-Premier ministre Iyad Allaoui, témoigne d'un retour des tensions politiques à l'approche du départ des soldats américains et fragilise
l'équilibre délicat entre chiites, sunnites et Kurdes au sein du gouvernement.

Dans un communiqué, Irakiya annonce "suspendre sa participation au parlement (...) jusqu'à nouvel ordre" et accuse Maliki de cherche à gagner du temps sur sa promesse de former un gouvernement en partenariat.

Plus spécifiquement, le groupe parlementaire accuse le Premier ministre de retarder la nomination de plusieurs responsables de haut rang, notamment les ministres de la Défense et de la Sécurité dont les postes sont vacants depuis un an en raison de désaccords politiques.

Irakiya a remporté le plus grand nombre de sièges lors des législatives de 2010, mais n'a pu réunir de majorité pour former un gouvernement.

Le groupe a donc rejoint en décembre la coalition dirigée par Maliki, obtenant de ce fait, entre autres, la présidence du parlement, la vice-présidence de l'Etat et plusieurs ministères.

Première publication : 17/12/2011

  • IRAK

    L'armée irakienne bientôt seule en piste sur ses terres

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L’Irak devra manœuvrer serré pour se reconstruire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)