Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

FRANCE

Le PS veut surveiller les comptes du "président-candidat" Sarkozy

Texte par Julien PEYRON

Dernière modification : 19/12/2011

Alors qu’il n’a pas encore annoncé sa candidature à la présidentielle, Nicolas Sarkozy est accusé de profiter des privilèges de son statut de président pour faire campagne. Le PS crée un observatoire pour ausculter les dépenses du chef de l’État.

Nicolas Sarkozy aurait-il déjà revêtu ses habits de candidat à la présidentielle ? Le Parti socialiste veut placer le président français sous surveillance, l’accusant de mener une campagne électorale déguisée. Un "observatoire des déplacements du président" doit être créé à partir du 19 décembre pour ausculter les dépenses du chef de l’Etat et décider si certaines d’entre elles n’ont pas lieu d’être inscrites au compte d’une campagne présidentielle. Bien qu’il ne soit pas officiellement candidat, les observateurs estiment que peu de doutes subsistent sur le fait que Nicolas Sarkozy briguera un nouveau mandat en avril 2012.

En vue de la campagne de 2012, la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) a publié un "mémento à l’usage du candidat et de son mandataire".

La CNCCFP contrôle les recettes et les dépenses engagées pour la présidentielle et fixe le montant des remboursements. Elle doit ensuite approuver les comptes de campagne ou saisir le juge de l'élection en cas de rejet.

En compagnie de Régis Juanico, trésorier du PS,  de Daniel Vaillant, mandataire de campagne de François Hollande, ainsi que d’une équipe d’experts, le président de la commission de contrôle financier du PS, Pascal Terrasse, sera chargé de surveiller le coût des déplacements du président et de saisir, le cas échéant, la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP).

"Il n’est plus dans son rôle de président de tous les Français"

Contacté par France 24, Pascal Terrasse assure vouloir aider la CNCCFP à examiner les comptes d’un président coupable d’"un mélange des genres condamnable moralement et même devant la loi". Car pour lui, la candidature de l’actuel président est un "secret de polichinelle" toujours savamment entretenu par l’Elysée. "Il n’a pas intérêt à se déclarer trop tôt car il ne pourrait alors plus se servir de l’appareil de l’Etat pour faire campagne, voilà pourquoi il traîne", s’insurge le député de l’Ardèche.

A l’origine de l’idée de cette "task force", Pascal Terrasse assure vouloir "alerter l’opinion publique sur le fait que Nicolas Sarkozy se sert de l’argent des contribuables pour préparer sa candidature à l’élection présidentielle". Il pointe notamment certains des récents déplacements du "président-candidat". "Quand Nicolas Sarkozy s’est rendu sur le site nucléaire du Tricastin pour parler énergie, il a fait venir des militants UMP et il a dénoncé l’accord entre les Verts et le PS. Comment peut-on dire alors qu’il n’est pas en campagne ? Il n’est plus dans son rôle de président de tous les Français", estime-t-il.

Ces mises en cause ont retenu l’attention de la CNCCFP qui a indiqué, jeudi 15 décembre, qu'une partie des dépenses liées aux déplacements de Nicolas Sarkozy pourrait être intégrée à ses comptes de campagne si celui-ci était "amené à exposer les éléments d'un programme de futur candidat".

Sujet sensible

De son côté, l’UMP rétorque que c’est plutôt sur la primaire socialiste que devrait se pencher que le CNCCFP. Le secrétaire général national du parti majoritaire en charge de la communication, le député Franck Riester, a saisi la Commission la semaine dernière pour déterminer si "dans le cadre de cette primaire, les dépenses engagées par les chaînes de télévision et de radio doivent ou non être intégrées dans le compte de campagne du candidat socialiste". Des accusations rejetées par Pascal Terrasse, qui assure que son parti est "transparent" dans ce domaine. "On a déjà indiqué qu’une partie des dépenses liées à la primaire allait être intégrée aux comptes de campagne", se défend-il.

Le sujet des comptes de campagne est particulièrement sensible alors que pèsent des soupçons sur le financement de la campagne électorale d’Edouard Balladur en 1995. "On a voulu monter cet observatoire car dans ce domaine mieux vaut prévenir que guérir", glisse Pascal Terrasse, selon qui "les anciens candidats bénéficient, une fois élus, d’une certaine impunité".

Première publication : 17/12/2011

  • FRANCE

    À Toulon, Nicolas Sarkozy a tenté de rassurer Berlin et les électeurs français

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE 2012

    Hollande largement vainqueur devant Sarkozy, selon un sondage CSA

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE 2012

    "Le made in France", nouvel enjeu électoral

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)