Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

Moyen-orient

Les derniers soldats américains ont quitté le territoire irakien

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/12/2011

Les derniers soldats de l'armée des États-Unis ont quitté l'Irak ce dimanche, à l'aube, et se sont rendus dans l'émirat voisin du Koweït. Ce départ achève ainsi le retrait total d'un pays occupé depuis près de neuf ans.

Le dernier véhicule militaire américain à quitté le territoire irakien ce dimanche 18 décembre au matin, près de neuf ans après l’invasion du pays par les Etats-Unis. Déclenchée en mars 2003 pour renverser le dictateur Saddam Hussein, la guerre a coûté la vie à près de 4 500 Américains et à des dizaines de milliers d'Irakiens.

Au total, le Pentagone a dépensé 770 milliards de dollars dans cette opération militaire, sans compter les frais annexes liés à l'aide humanitaire et économique, ainsi qu’à la prise en charge des blessés et des anciens combattants. Les Etats-Unis laissent derrière eux un pays fragile, en proie à une crise politique et à de vives tensions communautaires.

"Les Irakiens se disent satisfaits de voir les Américains partir"

Les Irakiens "entre joie et appréhension "

"On ressent un mélange de joie et d’appréhension", témoigne l’envoyé spécial de France 24 en Irak, James André. "Si la plupart des Irakiens se réjouissent de la fin de l’occupation et d’être à nouveau souverains, les réactions différent selon que l’on interroge des chiites ou des sunnites", explique-t-il. Selon lui, la majorité des chiites se réjouissent d’être "débarrassés des Américains" et d’avoir désormais en main "les clés du pays". En revanche, dans les provinces ou dans les quartiers sunnites - cette branche de l’Islam minoritaire en Irak dont était issu Saddam Hussein -, c’est surtout l’inquiétude qui prévaut. "Les gens se sentent marginalisés dans ce nouvel Irak et, par-dessous tout, ils craignent pour leur sécurité", relève James André.

Issu de la majorité chiite du pays, le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, peine à réconcilier les différentes forces politiques du pays. S’estimant lésés, sunnites et kurdes sont tentés par davantage d’autonomie et font peser le risque d’un éclatement du pays - qui subit par ailleurs l'influence du voisin iranien.

Si les violences ont baissé en intensité, la menace de voir se répéter les affrontements entre chiites et sunnites, qui avaient fait des dizaines de milliers de morts en 2006 et 2007, est par ailleurs toujours bien réelle.

Un retrait "relatif "

L'armée américaine, qui a compté jusqu'à 170 000 hommes au plus fort de sa présence, laisse la place aux 900 000 éléments des forces irakiennes, qui auront la tâche d'assumer la sécurité. "Celles-ci sont infiniment mieux préparées qu’en Afghanistan", analyse l’écrivain et géopolitologue Gérard Chaliant. Interrogé sur l’antenne de France 24, il assure que l’hypothèse d’une guerre civile entre chiites et sunnites est bien réelle, mais que les Américains ont cependant "tout fait pour avoir un noyau de troupes irakiennes opérationnel, qui pourrait se révéler bien utile si ce dessine un éventuel conflit interne".

Selon lui, le retrait des troupes américaines n’est que "relatif". Il précise en effet qu’une "force résiduelle" continue d’opérer dans le pays : "Les Américains sont ‘officiellement’ partis mais l’hebdomadaire britannique ‘The Economist’ indiquait la semaine dernière que 19 000 personnes travaillent toujours à l’ambassade des Etats-Unis à Bagdad et que près de 6 000 membres des forces de sécurité sont toujours présentes dans le pays."

Le départ des troupes américaines d’Irak constituait l’une des promesses de campagne du président américain Barack Obama, qui avait ensuite confirmé un retrait intégral le 21 octobre dernier. Le chef de l’Etat américain avait hérité de ce conflit, initié par son prédécesseur, George W. Bush, et qui avait entaché l'image des Etats-Unis dans le monde. Lancée sans l'aval de l'ONU, cette guerre avait pour objectif de s’emparer des armes de destruction massives de Saddam Hussein. Il s'est avéré depuis qu’elles n'existaient pas.

Première publication : 18/12/2011

  • IRAK

    L'armée irakienne bientôt seule en piste sur ses terres

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L’Irak devra manœuvrer serré pour se reconstruire

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    L'armée américaine replie officiellement son drapeau militaire et se retire d'Irak

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)