Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

Afrique

Un risque de "contre-révolution" possible selon le Premier ministre El-Ganzouri

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/12/2011

Ce samedi au Caire, les affrontements se sont poursuivis pour la deuxième journée consécutive entre forces de l'ordre et manifestants hostiles au pouvoir militaire. Le Premier ministre évoque un risque de "contre-révolution".

AFP - Des affrontements se sont poursuivis samedi au Caire pour la deuxième journée consécutive entre forces de l'ordre et manifestants hostiles au pouvoir militaire, le Premier ministre Kamal el-Ganzouri évoquant un risque de "contre-révolution".

Le bilan des accrochages qui ont débuté vendredi matin devant le siège du gouvernement dans le centre du Caire est de neuf morts et 361 blessés, a déclaré le ministre de la Santé Fouad al-Nawaoui.

Ces violences sont les plus graves depuis les affrontements similaires qui avaient fait 42 morts, principalement au Caire, quelques jours avant le début le 28 novembre des premières législatives depuis la chute de Hosni Moubarak en février, chassé sous la pression de la rue.

Dans la soirée, plusieurs milliers de personnes étaient massées à proximité d'un mur érigé par les forces de l'ordre sur une grande avenue, à quelques centaines de mètres de la place Tahrir, haut lieu de la contestation.

Des petits groupes de jeunes lançaient des pierres par-dessus le mur en direction des forces de sécurité, qui leur jetaient également des pierres et des pétards, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Des manifestants ont également recommencé à installer des tentes sur la place Tahrir pour remplacer celles brûlées dans la journée par les forces de l'ordre, qui avaient repris dans la matinée le contrôle des abords du siège du gouvernement.

Après quelques heures de calme, des heurts ont repris et se sont étendus à d'autres secteurs des abords de la place Tahrir, notamment un grand pont sur le Nil, avant de refluer vers l'avenue gardée par les militaires.

Le parquet a ordonné le maintien en détention pour quatre jours de 17 personnes arrêtées.

Le Premier ministre a fait état de 18 blessés par balles, mais a assuré que "ni l'armée ni la police n'ont ouvert le feu" sur les manifestants.

"Ceux qui sont à Tahrir ne sont pas les jeunes de la révolution", a affirmé M. Ganzouri.

Des affrontements se sont poursuivis dans la nuit de samedi à dimanche place Tahrir



"Ce n'est pas une révolution, mais une contre-révolution", a-t-il ajouté en mettant les violences sur le compte d'"éléments infiltrés" qui "ne veulent pas de bien à l'Egypte".

Onze des trente membres d'un "conseil consultatif" mis en place par l'armée pour dialoguer avec les forces politiques ont néanmoins présenté leur démission pour protester contre l'attitude du pouvoir.

"Nous avons fait des recommandations vendredi, mais nous avons été surpris qu'elles ne soient pas suivies, et qu'il y ait encore des victimes samedi", a déclaré le vice-président de ce conseil, Aboul Ela Madi, dirigeant du parti islamiste modéré Wassat.

La France a dénoncé "l'usage excessif de la force contre les manifestants" en Egypte.

Des milliers de personnes ont par ailleurs assisté, en présence du grand mufti d'Egypte Ali Gomaa, aux obsèques d'un haut dignitaire religieux, qui faisait partie des neuf tués.

Les affrontements avaient débuté vendredi matin entre les forces de l'ordre et des manifestants qui campaient depuis fin novembre devant le siège du gouvernement pour protester contre la nomination par l'armée de M. Ganzouri, ancien chef du gouvernement sous M. Moubarak.

Les manifestants réclament également la fin du pouvoir militaire qui s'est mis en place au départ de M. Moubarak, et s'en prennent en particulier au chef de l'armée et chef de l'Etat de fait, le maréchal Hussein Tantaoui.

L'armée est accusée de perpétuer le système répressif hérité de M. Moubarak, et de chercher à maintenir son emprise sur le pouvoir malgré ses promesses de démocratisation.

Les élections législatives qui ont commencé le 28 novembre et doivent se poursuivre jusqu'en janvier se sont traduites par une large domination des formations islamistes, au détriment des partis libéraux et des mouvements issus de la révolte anti-Moubarak.

Une première phase du scrutin, dans un tiers du pays, a donné 65% des voix aux partis islamistes dans leur ensemble, dont 36% pour les Frères musulmans et 24% pour les fondamentalistes salafistes.

Les indications préliminaires sur le vote dans un deuxième tiers de l'Egypte donnent également ces deux courants largement en tête.
 

Première publication : 18/12/2011

  • ÉGYPTE

    Les affrontements entre contestataires et armée se poursuivent au Caire

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Le premier tour de la seconde phase des législatives s'achève en Égypte

    En savoir plus

  • ÉMISSION SPÉCIALE

    Quel est le nouveau visage de l’Égypte ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)