Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

Asie - pacifique

Pyongyang réalise un test de missile à courte portée

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/12/2011

La Corée du Nord a procédé ce lundi à un essai de missile à courte portée. Bien qu'effectué le jour de l'annonce de la mort de Kim Jong-il, ce test ne serait toutefois pas lié à la disparition du dirigeant nord-coréen.

AFP - La Corée du Nord a réalisé lundi, jour de l'annonce de la mort de son dirigeant Kim Jong-Il, un essai de missile à courte portée au large de ses côtes orientales, a rapporté l'agence de presse sud-coréenne Yonhap.

La Corée du Nord et le nucléaire
"La Corée du Nord a procédé à un tir d'essai d'un missile à courte portée ce matin (lundi) (...). Il a été suivi de près par nos autorités militaires", a iandiqué à l'agence un responsable gouvernemental sud-coréen non-identifié.

L'essai de ce missile balistique d'une portée de 120 kilomètres n'est pas lié à la mort de Kim, selon cette source.

Le ministère de la Défense sud-coréen a refusé de confirmer.

La Corée du Sud a placé son armée en état d'alerte et renforcé la surveillance de sa frontière ultra-sécurisée avec la Corée du Nord après l'annonce lundi du décès du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Il.

Séoul a également demandé à son allié américain, qui maintient 28.500 soldats sur son sol, d'accroître la surveillance par satellite et avion.

Les deux Corées restent techniquement en état de conflit armé depuis l'armistice précaire signé à l'issue de la guerre de Corée (1950-53).

Réactions après la mort de Kim Jong-Il
Les relations déjà exécrables entre les deux Corées se sont détériorées en mars 2010 lorsque Séoul a accusé le Nord d'avoir torpillé une corvette militaire, tuant 46 marins.

Pyongyang a toujours démenti être à l'origine de ce torpillage. Mais l'artillerie nord-coréenne bombardait quelques mois plus tard, en novembre, une île sud-coréenne proche de leur frontière maritime commune, faisant quatre morts, dont deux civils.

Une grande partie des troupes nord-coréennes --fortes d'1,1 million d'hommes-- est stationnée le long de la frontière démilitarisée, la DMZ.

Cette bande de terre de 2 km ultra-sécurisée s'étend de chaque côté de la ligne de démarcation, longue de 240 km. Elle consacre depuis 1953 la partition entre un Nord communiste et un Sud capitaliste.

L'armée sud-coréenne compte 650.000 hommes.

Première publication : 19/12/2011

  • CORÉE DU NORD

    Kim Jong-il, dernier dictateur stalinien de la planète

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Le président Kim Jong-il est mort

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Le leader nord-coréen Kim Jong-il prêt à imposer un moratoire sur le nucléaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)