Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Asie - pacifique

Pyongyang réalise un test de missile à courte portée

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/12/2011

La Corée du Nord a procédé ce lundi à un essai de missile à courte portée. Bien qu'effectué le jour de l'annonce de la mort de Kim Jong-il, ce test ne serait toutefois pas lié à la disparition du dirigeant nord-coréen.

AFP - La Corée du Nord a réalisé lundi, jour de l'annonce de la mort de son dirigeant Kim Jong-Il, un essai de missile à courte portée au large de ses côtes orientales, a rapporté l'agence de presse sud-coréenne Yonhap.

La Corée du Nord et le nucléaire
"La Corée du Nord a procédé à un tir d'essai d'un missile à courte portée ce matin (lundi) (...). Il a été suivi de près par nos autorités militaires", a iandiqué à l'agence un responsable gouvernemental sud-coréen non-identifié.

L'essai de ce missile balistique d'une portée de 120 kilomètres n'est pas lié à la mort de Kim, selon cette source.

Le ministère de la Défense sud-coréen a refusé de confirmer.

La Corée du Sud a placé son armée en état d'alerte et renforcé la surveillance de sa frontière ultra-sécurisée avec la Corée du Nord après l'annonce lundi du décès du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Il.

Séoul a également demandé à son allié américain, qui maintient 28.500 soldats sur son sol, d'accroître la surveillance par satellite et avion.

Les deux Corées restent techniquement en état de conflit armé depuis l'armistice précaire signé à l'issue de la guerre de Corée (1950-53).

Réactions après la mort de Kim Jong-Il
Les relations déjà exécrables entre les deux Corées se sont détériorées en mars 2010 lorsque Séoul a accusé le Nord d'avoir torpillé une corvette militaire, tuant 46 marins.

Pyongyang a toujours démenti être à l'origine de ce torpillage. Mais l'artillerie nord-coréenne bombardait quelques mois plus tard, en novembre, une île sud-coréenne proche de leur frontière maritime commune, faisant quatre morts, dont deux civils.

Une grande partie des troupes nord-coréennes --fortes d'1,1 million d'hommes-- est stationnée le long de la frontière démilitarisée, la DMZ.

Cette bande de terre de 2 km ultra-sécurisée s'étend de chaque côté de la ligne de démarcation, longue de 240 km. Elle consacre depuis 1953 la partition entre un Nord communiste et un Sud capitaliste.

L'armée sud-coréenne compte 650.000 hommes.

Première publication : 19/12/2011

  • CORÉE DU NORD

    Kim Jong-il, dernier dictateur stalinien de la planète

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Le président Kim Jong-il est mort

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Le leader nord-coréen Kim Jong-il prêt à imposer un moratoire sur le nucléaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)