Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Un an de Trump à la Maison Blanche : quel bilan économique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, un an après"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États généraux de la bioéthique : le coup d'envoi est lancé

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : les autorisations de coupe de bois suspendues après la tuerie en Casamance

En savoir plus

POLITIQUE

Notre-Dame-des-Landes : une décision moins risquée pour l’exécutif ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Après un an de Trump, "le progrès social est en panne aux États-Unis"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : sur le tapis rouge du dernier film de Spielberg, "Pentagon Papers"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Péninsule coréenne : la diplomatie des Jeux olympiques fait "fondre la glace"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Aux États-Unis, l'ardoise fiscale s’alourdit pour Apple

En savoir plus

Economie

Le constructeur suédois Saab coupe définitivement les moteurs

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/12/2011

Le constructeur suédois de voitures haut de gamme, Saab, s'est déclaré lundi en faillite. La marque, vendue à la Swedish Automobile par General Motors en 2010, avait arrêtée sa production en avril. Saab n'a pu trouver de repreneur.

 AFP - Le constructeur automobile suédois Saab s'est déclaré en faillite lundi, a indiqué un tribunal local à l'AFP, conclusion de deux ans d'efforts pour sauver la marque.

"Ils étaient là ce matin (lundi) et ont déposé les documents demandant d'être déclaré en faillite", a expliqué un greffier, ajoutant que le tribunal de Vänersborg examinait actuellement la demande.

Un communiqué publié sur le site internet du tribunal précisait que 3 des principales compagnies du groupe Saab se sont déclarées en faillite: Saab Automobile Aktiebolag, Saab Automobile Tools AB et Saab Automobile Powertrain.

"Le tribunal a pour objectif de traiter la demande et nommer un liquidateur rapidement", est-il indiqué dans le communiqué.

Le charismatique directeur général de Swedish automobile (Swan, le propriétaire néerlandais de Saab) Victor Muller était précédemment attendu lundi devant le tribunal. Une audience était en effet programmée pour décider si la procédure de protection de trois mois sous laquelle Saab avait été placé pendant que le groupe tentait de négocier un accord pour se sauver devait être levée ou prolongée.

Muller s'est démené pour trouver un accord afin de sauver Saab de la faillite, principalement auprès de deux groupes chinois, le constructeur Youngman et le distributeur Pang Da.

Mais General Motors, ancien propriétaire de Saab, a répété à plusieurs reprises qu'il s'opposerait au nécessaire transfert de brevets technologiques qu'il détient encore aux entreprises chinoises.

Ce week-end encore, GM a renouvelé son opposition à tout accord avec un prétendant chinois, une position considérée comme sonnant le glas pour Saab.

Les tentatives pour vendre Saab à des partenaires chinois étaient perçues comme la dernière chance du constructeur suédois, déjà au bord de la faillite quand GM l'avait vendu à Swedish Automobile -- qui s'appelait Spyker à l'époque -- au début 2010 pour 400 millions de dollars.

Depuis, Saab a été forcé d'arrêter sa production en avril lorsque les fournisseurs ont cessé leurs livraisons pour cause de montagnes de factures impayées.

Saab emploie environ 3.700 personnes, qui attendent encore leurs salaires de novembre.

Première publication : 19/12/2011

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    La justice suèdoise laisse Saab seul face à ses créanciers

    En savoir plus

  • AUTOMOBILE

    Au bord de la faillite, Saab ne paiera pas les salaires de 1 500 employés

    En savoir plus

  • AUTOMOBILE

    Spyker s'empare définitivement de Saab

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)