Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Foxtrot" : Samuel Maoz dissèque la société israélienne

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Marchés financiers : les investisseurs craignent la remontée des taux américains

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Téhéran à Washington : "Quitter l'accord sur le nucléaire iranien n'est pas une option"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : en Catalogne, certains redoutent une radicalisation du mouvement indépendantiste

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump et Emmanuel Macron : "bromance", "pellicules"... et Iran

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Législatives au Liban : les femmes en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue dans une enquête sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Entre Donald Trump et Emmanuel Macron, des gestes de sympathie très remarqués

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron aux États-Unis : Iran, Syrie, commerce, climat... les sujets qui fâchent

En savoir plus

Afrique

Les violences au Caire suscitent l'inquiétude de la communauté internationale

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/12/2011

Alors que les affrontements se sont poursuivis lundi à l'aube sur la place Tahrir au Caire entre manifestants et force de l'ordre, les États-Unis et l'ONU ont fait part de leur inquiétude. Depuis vendredi, onze personnes sont mortes.

AFP - Une personne a été tuée lundi matin dans le centre du Caire, a-t-on appris de source officielle, alors que les forces de l'ordre ont barré avec un mur en béton la rue où s'étaient concentrés la veille les affrontements avec les manifestants anti-armée.
              
"Le nombre de tués depuis le début des heurts est monté à 11, dont un ce jour", a affirmé Adel Adaoui, adjoint du ministre de la Santé, cité par l'agence officielle Mena, faisant état de 201 blessés pour la journée de dimanche.
              
Le dernier bilan officiel, dimanche soir, s'élevait à 10 tués et près de 500 blessés en trois jours.
              
Des heurts ont à nouveau eu lieu lundi à l'aube lorsque les forces de sécurité ont tenté d'évacuer les manifestants de la place Tahrir, haut lieu de la contestation, mais le calme était revenu dans la matinée, a constaté un photographe de l'AFP.
              

"L'armée tente de prouver la responsabilité des manifestants"

Des manifestants ont montré une chemise blanche ensanglantée, la présentant comme celle du manifestant tué lundi.
              
Sur la place Tahrir, quelques dizaines de personnes observaient toujours un sit-in, brandissant des banderoles hostiles au pouvoir militaire et des photos qui ont indigné les protestataires d'une manifestante voilée, dont les soldats avaient découvert le soutien-gorge et le ventre en la frappant et en la traînant sur la chaussée.
              
Un mur de béton a été dressé dans la rue où s'étaient déroulés à coups de pierres et autres projectiles les heurts de dimanche, une voie perpendiculaire à la grande avenue conduisant de la place Tahrir au siège du gouvernement, selon la même source.
              
L'avenue est barrée depuis samedi par un mur en béton afin d'empêcher les manifestants d'approcher du siège du gouvernement, où la confrontation avait débuté vendredi matin.
              
Plus de 180 personnes ont été arrêtées par les forces armées dont des femmes et des mineurs, pour implication présumée dans les heurts et pour incendie de bâtiments, selon le parquet.
              
Le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon a accusé les forces de sécurité égyptiennes d'usage "excessif" de la violence à l'encontre des manifestants.
              
La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a appelé dimanche les Egyptiens à s'abstenir de toute violence et demandé "instamment aux forces de sécurité égyptiennes de respecter et de protéger les droits universels de tous les Egyptiens, y compris les droits d'expression et de réunion".
              
Ces violences sont les plus graves depuis des affrontements similaires qui avaient fait au moins 42 morts, principalement au Caire, quelques jours avant le début le 28 novembre des premières législatives depuis la chute du président Hosni Moubarak en février.

Première publication : 19/12/2011

  • ÉGYPTE

    Un risque de "contre-révolution" possible selon le Premier ministre El-Ganzouri

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Le premier tour de la seconde phase des législatives s'achève en Égypte

    En savoir plus

  • ÉMISSION SPÉCIALE

    Quel est le nouveau visage de l’Égypte ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)