Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

FRANCE

Affaire Karachi : Brice Hortefeux entendu comme témoin par un juge

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/12/2011

Brice Hortefeux, l'ancien ministre de l'Intérieur, a été entendu lundi comme témoin, au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris, dans l'enquête sur une éventuelle subornation de témoin en marge de l'affaire Karachi.

AFP - L'ancien ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux a été entendu lundi comme témoin pendant plus de deux heures par un juge en charge de l'enquête sur une éventuelle subornation de témoin dans le volet financier de l'affaire Karachi.

Arrivé dans une voiture aux vitres teintées peu avant 15H00, Brice Hortefeux a quitté le pôle financier du tribunal de grande instance de Paris vers 17H30, sans faire de déclaration à l'issue de son audition par le juge Roger Le Loire, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Dans un communiqué publié juste après sa sortie, le député européen s'est dit "heureux d'avoir pu apporter des précisions à la justice".

Selon une source proche de l'enquête, il devait notamment être interrogé sur une conversation téléphonique avec son ami Thierry Gaubert.

Dans cette conversation du 14 septembre, qui faisait l'objet d'une écoute judiciaire, M. Hortefeux déclarait à Thierry Gaubert --ex-conseiller de Nicolas Sarkozy-- que son épouse, Hélène Gaubert, "balan(çait) beaucoup".

"Qu'est-ce que tu as comme infos là-dessus, toi, parce qu'elle me dit qu'elle dit rien?", avait dit Thierry Gaubert. "Ça m'embête de te le dire par téléphone. Il y a beaucoup de choses, hein", avait assuré l'ex-ministre de l'Intérieur.

Mme Gaubert avait été interrogée quelques jours plus tôt par Renaud van Ruymbeke, qui instruit avec son confrère Le Loire le volet financier du tentaculaire dossier Karachi.

Le témoignage de Mme Gaubert s'est avéré extrêmement compromettant pour son époux, dont elle est séparée, et pour d'autres protagonistes du dossier, comme l'intermédiaire franco-libanais Ziad Takieddine et l'ancien directeur de cabinet d'Edouard Balladur à Matignon, Nicolas Bazire.

"Pressions"

MM. Takieddine, Bazire et Gaubert ont été mis en examen par les juges qui cherchent à établir s'ils ont participé à un éventuel financement occulte de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur, via des rétrocommissions sur des contrats d'armement.

Soupçonné d'avoir fait pression sur son épouse, Thierry Gaubert est notamment mis en examen pour subornation de témoin. C'est dans le cadre de cette enquête que M. Hortefeux a été entendu lundi.

Devant les policiers et la presse, Mme Gaubert avait dénoncé, à plusieurs reprises, les "pressions" de son mari.

"Cela a commencé après que la maison a été perquisitionnée, au mois de juillet. Il s'attendait à ce que je sois convoquée par la police. Alors il m'a dit : +Si tu parles, tu ne verras plus les enfants. Si je coule, tu coules avec moi+", avait raconté Hélène de Yougoslavie.

Aux enquêteurs, elle explique avoir été "inondée de textos" de son mari. Et le 14 septembre, après la conversation entre MM. Hortefeux et Gaubert, ce dernier donne rendez-vous à son épouse dans sa voiture: "Il m'a incendiée, il était furieux", avait-elle raconté au Monde.

M. Gaubert avait tenté de s'en expliquer devant les policiers lors de sa garde à vue quelques jours plus tard: "C'est une discussion. Je regrette les propos échangés avec énervement". Mais le parquet de Paris a décidé d'élargir l'enquête menée par les juges à cette possible subornation de témoin.

De son côté, M. Hortefeux avait nié "catégoriquement avoir eu quelque information issue de la procédure judiciaire en cours" sur le volet financier du dossier Karachi, assurant n'avoir eu connaissance que de rumeurs journalistiques.

Brice Hortefeux a déjà été entendu au moins deux fois par les policiers saisis d'une autre enquête, pour violation du secret professionnel, conduite par le parquet.

Première publication : 20/12/2011

  • FRANCE

    Renaud Donnedieu de Vabres mis en examen dans l'affaire Karachi

    En savoir plus

  • AFFAIRE KARACHI

    Thierry Gaubert mis en examen pour subornation de témoin

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire Karachi : Villepin balaie les accusations de Takieddine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)