Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Hong Kong : les manifestants veulent court-circuiter la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

EUROPE

Mariano Rajoy est élu chef du gouvernement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/12/2011

Le chef de file du Parti populaire prendra officiellement ses fonctions à la tête du gouvernement espagnol mercredi. Il devra s'atteler à une série de réformes pour rassurer les marchés européens.

AFP - Les députés espagnols ont élu mardi chef du gouvernement le conservateur Mariano Rajoy qui doit prendre ses fonctions mercredi puis mettre en oeuvre rapidement un nouveau plan d'austérité et de réformes visant à rassurer les marchés.

"Je sais que les choses ne sont pas faciles, qu'elles vont être difficiles mais j'ai l'envie et la détermination de faire avancer l'Espagne", a déclaré le futur Premier ministre après le vote. Le gouvernement "fait ce qu'il peut mais il est évident qu'il ne peut absolument pas tout", a-t-il prévenu.

Mariano Rajoy, 56 ans, a été élu sans surprise par 187 voix sur 350 députés, après la

Portrait : L'austère Mariano Rajoy
large victoire de sa formation, le Parti populaire, aux élections du 20 novembre, qui lui ont donné la majorité absolue au Parlement.

Parmi les autres députés, 149 dont ceux du Parti socialiste qui a gouverné depuis 2004, ont voté contre et 14 se sont abstenus.

Le nouveau chef du gouvernement prêtera serment mercredi devant le roi Juan Carlos, avant d'annoncer la composition de son cabinet qui entrera en fonctions jeudi.

Lors du débat d'investiture devant le Parlement, Mariano Rajoy avait annoncé lundi des réductions budgétaires de 16,5 milliards d'euros au moins en 2012 dans le secteur public pour tenter de contenir le déficit du pays.

Les détails de son programme étaient très attendus par les marchés, alors que l'Espagne a connu ces derniers mois plusieurs épisodes de turbulences face aux investisseurs, en pleine crise de la dette en zone euro.

Le pays souffre d'une croissance atone qui risque de se transformer en récession début 2012, alors qu'il s'est fixé comme priorité la réduction de son déficit public.

L'objectif d'une réduction du déficit à 6% du PIB en 2011, après 9,3% en 2010, pourrait toutefois ne pas être atteint, a prévenu lundi M. Rajoy.

Dès le 30 décembre, un conseil des ministres doit approuver de premières mesures d'urgence.

Parmi ses premiers chantiers, le gouvernement de droite fera voter en janvier une loi de stabilité budgétaire. Celle-ci complètera la réforme de la "règle d'or" approuvée en septembre par l'Espagne, qui introduit dans la Constitution le principe de l'équilibre budgétaire.

Mariano Rajoy mènera aussi au premier trimestre "une modernisation de la législation du travail" pour faire face à la plus grande faiblesse de l'économie espagnole: le taux de chômage de 21,52%, un record parmi les pays industrialisés.

Première publication : 20/12/2011

  • ESPAGNE

    Le gouvernement de Rajoy envisage une aide internationale pour restaurer ses finances

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Le Parti populaire hérite d'un lourd fardeau économique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)