Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • Allemagne – Argentine : suivez la finale en direct

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Amériques

Les républicains bloquent un projet de loi fiscal au Congrès

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/12/2011

Comme le craignait Barack Obama, les républicains de la Chambre des représentants ont rejeté l'examen d'un projet de loi visant à prolonger des cadeaux fiscaux, qui était le fruit d'un compromis entre sénateurs. Un nouveau texte devra être négocié.

AFP - Une nouvelle crise aiguë s'est ouverte mardi entre Barack Obama et les républicains qui ont bloqué un compromis fiscal au Congrès, le président les mettant en garde contre les conséquences économiques d'une hausse d'impôts pour 160 millions d'Américains dans 11 jours.

Dans un énième affrontement entre le président démocrate et ses adversaires majoritaires à la Chambre des représentants, lourd de sous-entendus à dix mois des élections présidentielle et législatives, les deux camps se sont retranchés mardi sur leurs positions, sans perspective d'issue immédiate à quelques jours de Noël.

Dans la matinée, la Chambre a refusé d'examiner un projet de loi, fruit d'un compromis adopté samedi par 89 sénateurs démocrates et républicains sur 100, qui prolongerait des cadeaux fiscaux pour les salariés et l'assurance-chômage au delà de leur expiration le 31 décembre.

Contrairement aux souhaits de M. Obama, les sénateurs ne les ont prolongés que pour deux mois, vu leurs divergences sur la façon de le financer: les démocrates voulaient imposer davantage les plus riches, ce que les républicains ont rejeté.

M. Obama avait accepté cet état de fait, comptant sur une nouvelle prolongation fin février.

Mais les élus républicains de la Chambre, assemblée qui doit approuver ce plan dans les mêmes termes que le Sénat, sont entrés en révolte au motif que le dispositif ne donnerait qu'une visibilité à court terme aux acteurs économiques.

Mardi, ils n'ont pas formellement rejeté cette mesure, mais décidé de renvoyer le texte au Sénat pour négocier un nouveau compromis. Le président de la Chambre, John Boehner, a dit être prêt à discuter avec les sénateurs.

Or, le chef des démocrates au Sénat, Harry Reid, a jusqu'ici refusé de faire revenir ses troupes de vacances, estimant que son assemblée avait déjà fait son travail.

A l'orée d'une année électorale - en novembre, M. Obama va remettre son mandat en jeu, la Chambre va être renouvelée, ainsi qu'un tiers du Sénat -, chaque camp rejette sur l'autre la responsabilité d'une hausse d'impôts qui toucherait 160 millions de salariés.

Lors d'une apparition impromptue dans la salle de presse de la Maison Blanche, M. Obama a insisté sur le danger que cette crise fait courir à l'économie américaine, encore convalescente selon lui.

"L'heure tourne, le temps presse. Et si les républicains de la Chambre refusent de voter sur le projet de loi du Sénat, ou même refusent de l'examiner, les impôts augmenteront dans 11 jours", a-t-il prévenu.

"A l'heure actuelle, la reprise (économique) est fragile mais elle va dans la bonne direction. Notre échec (dans ce dossier) pourrait avoir des effets non seulement sur les foyers mais aussi sur l'économie tout entière", a ajouté le président.

"Ne jouons pas au bord du précipice, les Américains en ont assez, ils sont fatigués de cela (...) j'appelle le président de la Chambre et les chefs des républicains à la Chambre à voter sur le projet de loi du Sénat", a encore affirmé M. Obama.

"J'ai besoin de l'aide du président, c'est compris?", a rétorqué quelques minutes plus tard M. Boehner, d'un ton de défiance, en persistant dans son refusa de faire voter la Chambre en l'état sur le texte.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, a affirmé que M. Boehner "pouvait opter pour cette solution, s'il pense que la dernière mesure des républicains de la Chambre en 2011 doit être d'augmenter les impôts".

Dans ce dossier, les démocrates pensent avoir mis face à leurs contradictions des républicains qui, poussés par leur aile conservatrice du "tea party" se sont engagés à refuser toute hausse de la pression fiscale.

Le président Obama a déjà indiqué qu'il ne partirait pas pour ses rituelles vacances de Noël dans son archipel natal d'Hawaii (Pacifique) tant que le Congrès n'aurait pas voté la prolongation des allègements fiscaux et de l'assurance-chômage. Son épouse Michelle et leurs deux filles sont déjà sur place.

Première publication : 20/12/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Les candidats républicains ont débattu une dernière fois avant les primaires

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les républicains divisés sur les questions de sécurité et de politique étrangère

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama met les républicains au défi de se joindre à lui pour améliorer l'emploi

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)