Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

Amériques

Les républicains bloquent un projet de loi fiscal au Congrès

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/12/2011

Comme le craignait Barack Obama, les républicains de la Chambre des représentants ont rejeté l'examen d'un projet de loi visant à prolonger des cadeaux fiscaux, qui était le fruit d'un compromis entre sénateurs. Un nouveau texte devra être négocié.

AFP - Une nouvelle crise aiguë s'est ouverte mardi entre Barack Obama et les républicains qui ont bloqué un compromis fiscal au Congrès, le président les mettant en garde contre les conséquences économiques d'une hausse d'impôts pour 160 millions d'Américains dans 11 jours.

Dans un énième affrontement entre le président démocrate et ses adversaires majoritaires à la Chambre des représentants, lourd de sous-entendus à dix mois des élections présidentielle et législatives, les deux camps se sont retranchés mardi sur leurs positions, sans perspective d'issue immédiate à quelques jours de Noël.

Dans la matinée, la Chambre a refusé d'examiner un projet de loi, fruit d'un compromis adopté samedi par 89 sénateurs démocrates et républicains sur 100, qui prolongerait des cadeaux fiscaux pour les salariés et l'assurance-chômage au delà de leur expiration le 31 décembre.

Contrairement aux souhaits de M. Obama, les sénateurs ne les ont prolongés que pour deux mois, vu leurs divergences sur la façon de le financer: les démocrates voulaient imposer davantage les plus riches, ce que les républicains ont rejeté.

M. Obama avait accepté cet état de fait, comptant sur une nouvelle prolongation fin février.

Mais les élus républicains de la Chambre, assemblée qui doit approuver ce plan dans les mêmes termes que le Sénat, sont entrés en révolte au motif que le dispositif ne donnerait qu'une visibilité à court terme aux acteurs économiques.

Mardi, ils n'ont pas formellement rejeté cette mesure, mais décidé de renvoyer le texte au Sénat pour négocier un nouveau compromis. Le président de la Chambre, John Boehner, a dit être prêt à discuter avec les sénateurs.

Or, le chef des démocrates au Sénat, Harry Reid, a jusqu'ici refusé de faire revenir ses troupes de vacances, estimant que son assemblée avait déjà fait son travail.

A l'orée d'une année électorale - en novembre, M. Obama va remettre son mandat en jeu, la Chambre va être renouvelée, ainsi qu'un tiers du Sénat -, chaque camp rejette sur l'autre la responsabilité d'une hausse d'impôts qui toucherait 160 millions de salariés.

Lors d'une apparition impromptue dans la salle de presse de la Maison Blanche, M. Obama a insisté sur le danger que cette crise fait courir à l'économie américaine, encore convalescente selon lui.

"L'heure tourne, le temps presse. Et si les républicains de la Chambre refusent de voter sur le projet de loi du Sénat, ou même refusent de l'examiner, les impôts augmenteront dans 11 jours", a-t-il prévenu.

"A l'heure actuelle, la reprise (économique) est fragile mais elle va dans la bonne direction. Notre échec (dans ce dossier) pourrait avoir des effets non seulement sur les foyers mais aussi sur l'économie tout entière", a ajouté le président.

"Ne jouons pas au bord du précipice, les Américains en ont assez, ils sont fatigués de cela (...) j'appelle le président de la Chambre et les chefs des républicains à la Chambre à voter sur le projet de loi du Sénat", a encore affirmé M. Obama.

"J'ai besoin de l'aide du président, c'est compris?", a rétorqué quelques minutes plus tard M. Boehner, d'un ton de défiance, en persistant dans son refusa de faire voter la Chambre en l'état sur le texte.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, a affirmé que M. Boehner "pouvait opter pour cette solution, s'il pense que la dernière mesure des républicains de la Chambre en 2011 doit être d'augmenter les impôts".

Dans ce dossier, les démocrates pensent avoir mis face à leurs contradictions des républicains qui, poussés par leur aile conservatrice du "tea party" se sont engagés à refuser toute hausse de la pression fiscale.

Le président Obama a déjà indiqué qu'il ne partirait pas pour ses rituelles vacances de Noël dans son archipel natal d'Hawaii (Pacifique) tant que le Congrès n'aurait pas voté la prolongation des allègements fiscaux et de l'assurance-chômage. Son épouse Michelle et leurs deux filles sont déjà sur place.

Première publication : 20/12/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Les candidats républicains ont débattu une dernière fois avant les primaires

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les républicains divisés sur les questions de sécurité et de politique étrangère

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama met les républicains au défi de se joindre à lui pour améliorer l'emploi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)