Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • John Kerry arrache un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

Amériques

Les républicains bloquent un projet de loi fiscal au Congrès

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/12/2011

Comme le craignait Barack Obama, les républicains de la Chambre des représentants ont rejeté l'examen d'un projet de loi visant à prolonger des cadeaux fiscaux, qui était le fruit d'un compromis entre sénateurs. Un nouveau texte devra être négocié.

AFP - Une nouvelle crise aiguë s'est ouverte mardi entre Barack Obama et les républicains qui ont bloqué un compromis fiscal au Congrès, le président les mettant en garde contre les conséquences économiques d'une hausse d'impôts pour 160 millions d'Américains dans 11 jours.

Dans un énième affrontement entre le président démocrate et ses adversaires majoritaires à la Chambre des représentants, lourd de sous-entendus à dix mois des élections présidentielle et législatives, les deux camps se sont retranchés mardi sur leurs positions, sans perspective d'issue immédiate à quelques jours de Noël.

Dans la matinée, la Chambre a refusé d'examiner un projet de loi, fruit d'un compromis adopté samedi par 89 sénateurs démocrates et républicains sur 100, qui prolongerait des cadeaux fiscaux pour les salariés et l'assurance-chômage au delà de leur expiration le 31 décembre.

Contrairement aux souhaits de M. Obama, les sénateurs ne les ont prolongés que pour deux mois, vu leurs divergences sur la façon de le financer: les démocrates voulaient imposer davantage les plus riches, ce que les républicains ont rejeté.

M. Obama avait accepté cet état de fait, comptant sur une nouvelle prolongation fin février.

Mais les élus républicains de la Chambre, assemblée qui doit approuver ce plan dans les mêmes termes que le Sénat, sont entrés en révolte au motif que le dispositif ne donnerait qu'une visibilité à court terme aux acteurs économiques.

Mardi, ils n'ont pas formellement rejeté cette mesure, mais décidé de renvoyer le texte au Sénat pour négocier un nouveau compromis. Le président de la Chambre, John Boehner, a dit être prêt à discuter avec les sénateurs.

Or, le chef des démocrates au Sénat, Harry Reid, a jusqu'ici refusé de faire revenir ses troupes de vacances, estimant que son assemblée avait déjà fait son travail.

A l'orée d'une année électorale - en novembre, M. Obama va remettre son mandat en jeu, la Chambre va être renouvelée, ainsi qu'un tiers du Sénat -, chaque camp rejette sur l'autre la responsabilité d'une hausse d'impôts qui toucherait 160 millions de salariés.

Lors d'une apparition impromptue dans la salle de presse de la Maison Blanche, M. Obama a insisté sur le danger que cette crise fait courir à l'économie américaine, encore convalescente selon lui.

"L'heure tourne, le temps presse. Et si les républicains de la Chambre refusent de voter sur le projet de loi du Sénat, ou même refusent de l'examiner, les impôts augmenteront dans 11 jours", a-t-il prévenu.

"A l'heure actuelle, la reprise (économique) est fragile mais elle va dans la bonne direction. Notre échec (dans ce dossier) pourrait avoir des effets non seulement sur les foyers mais aussi sur l'économie tout entière", a ajouté le président.

"Ne jouons pas au bord du précipice, les Américains en ont assez, ils sont fatigués de cela (...) j'appelle le président de la Chambre et les chefs des républicains à la Chambre à voter sur le projet de loi du Sénat", a encore affirmé M. Obama.

"J'ai besoin de l'aide du président, c'est compris?", a rétorqué quelques minutes plus tard M. Boehner, d'un ton de défiance, en persistant dans son refusa de faire voter la Chambre en l'état sur le texte.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, a affirmé que M. Boehner "pouvait opter pour cette solution, s'il pense que la dernière mesure des républicains de la Chambre en 2011 doit être d'augmenter les impôts".

Dans ce dossier, les démocrates pensent avoir mis face à leurs contradictions des républicains qui, poussés par leur aile conservatrice du "tea party" se sont engagés à refuser toute hausse de la pression fiscale.

Le président Obama a déjà indiqué qu'il ne partirait pas pour ses rituelles vacances de Noël dans son archipel natal d'Hawaii (Pacifique) tant que le Congrès n'aurait pas voté la prolongation des allègements fiscaux et de l'assurance-chômage. Son épouse Michelle et leurs deux filles sont déjà sur place.

Première publication : 20/12/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Les candidats républicains ont débattu une dernière fois avant les primaires

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les républicains divisés sur les questions de sécurité et de politique étrangère

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama met les républicains au défi de se joindre à lui pour améliorer l'emploi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)