Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La réconciliation est une oeuvre de persévérance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le projet de nouvelle Constitution adopté en Conseil des ministres en Côte d'Ivoire

En savoir plus

FOCUS

La France va-t-elle rendre à Alger les crânes d’Algériens du XIXème siècle ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les 7 mercenaires", il était une deuxième fois dans l’Ouest

En savoir plus

FACE À FACE

Les révélations de Buisson, nouveau coup dur pour Sarkozy ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Opep : le bras de fer entre l'Arabie saoudite et l'Iran continue

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Shimon Peres, ou la bataille "domquichottesque" pour la paix"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nicolas Sarkozy, ses amis, ses affaires, ses emmerdes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Investiture d'Ali Bongo au Gabon , l'opposition dénonce un "coup d'Etat électoral"

En savoir plus

EUROPE

Alexeï Navalny, le blogueur opposant à Poutine, sort de prison

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/12/2011

Cette figure de l'opposition au régime russe a été libérée de prison, ce mercredi, avec une dizaine d'autres contestataires. Il avait passé 15 jours en détention pour avoir participé à une manifestation contre les fraudes aux dernières législatives.

AFP - Le blogueur russe pourfendeur de la corruption Alexeï Navalny, sorti de prison mercredi après 15 jours de détention à Moscou pour avoir participé à une manifestation de l'opposition, a aussitôt critiqué Vladimir Poutine dans la perspective de la présidentielle de mars.

Devenu ces derniers mois une figure populaire de l'opposition, Alexeï Navalny a été libéré avec une dizaine d'autres opposants parmi lesquels Illia Iachine, un des dirigeants du mouvement d'opposition libérale Solidarnost, a indiqué ce mouvement.

Ils avaient été interpellés lors d'une manifestation à Moscou qui avait réuni quelques milliers de personnes le 5 décembre pour dénoncer des fraudes massives aux législatives remportées la veille par le parti du Premier ministre Vladimir Poutine. Ils avaient ensuite été condamnés pour "refus d'obtempérer aux injonctions de la force publique".

"Ce qui s'est passé est extraordinaire. Nous avons été emprisonnés dans un pays et à notre libération, nous nous trouvons dans un autre pays", a déclaré M. Navalny à sa sortie de prison, en référence à la manifestation sans précédent de l'opposition qui a réuni plus de 50.000 personnes le 10 décembre à Moscou, du jamais vu depuis l'arrivée au pouvoir en 2000 de Vladimir Poutine.

"Maintenant, le parti des escrocs et des voleurs a désigné pour la présidentielle son plus grand escroc et voleur", a-t-il ajouté en référence à Vladimir Poutine, candidat du parti Russie unie au scrutin du 4 mars, selon les propos diffusés sur une vidéo postée sur le site de la radio Echo de Moscou.

Alexeï Navalny a critiqué l'organisation de la présidentielle dans sa forme actuelle, réclamant une élection à laquelle tout candidat pourrait participer et pour laquelle chaque parti d'opposition pourrait être enregistré.

La commission centrale électorale a déjà rejeté la candidature à la présidentielle de l'écrivain controversé et opposant nationaliste Edouard Limonov. Les autorités avaient refusé d'enregistrer le mouvement d'opposition Parnas de l'ancien ministre Boris Nemtsov pour les législatives du 4 décembre.

"Après ce qui s'est passé le 4 décembre, l'élection présidentielle ne se déroulera pas dans des conditions normales", a estimé M. Navalny, exigeant un scrutin "libre" pour tous. Dans ce cas, "beaucoup de gens y participeraient, et peut-être moi aussi", a-t-il dit.

L'opposition, qui exige notamment l'annulation des législatives du 4 décembre entachées de fraudes et remportées par le parti Russie unie de Vladimir Poutine, organise une nouvelle grande manifestation le 24 décembre, autorisée pour 50.000 personnes.

"Je suis sûr que le mouvement de protestation se poursuivra. Nous continuerons de descendre dans la rue tant que nos revendications ne seront pas satisfaites", a averti M. Navalny.

Première publication : 21/12/2011

COMMENTAIRE(S)