Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

EUROPE

Alexeï Navalny, le blogueur opposant à Poutine, sort de prison

Vidéo par Natacha VESNITCH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/12/2011

Cette figure de l'opposition au régime russe a été libérée de prison, ce mercredi, avec une dizaine d'autres contestataires. Il avait passé 15 jours en détention pour avoir participé à une manifestation contre les fraudes aux dernières législatives.

AFP - Le blogueur russe pourfendeur de la corruption Alexeï Navalny, sorti de prison mercredi après 15 jours de détention à Moscou pour avoir participé à une manifestation de l'opposition, a aussitôt critiqué Vladimir Poutine dans la perspective de la présidentielle de mars.

Devenu ces derniers mois une figure populaire de l'opposition, Alexeï Navalny a été libéré avec une dizaine d'autres opposants parmi lesquels Illia Iachine, un des dirigeants du mouvement d'opposition libérale Solidarnost, a indiqué ce mouvement.

Ils avaient été interpellés lors d'une manifestation à Moscou qui avait réuni quelques milliers de personnes le 5 décembre pour dénoncer des fraudes massives aux législatives remportées la veille par le parti du Premier ministre Vladimir Poutine. Ils avaient ensuite été condamnés pour "refus d'obtempérer aux injonctions de la force publique".

"Ce qui s'est passé est extraordinaire. Nous avons été emprisonnés dans un pays et à notre libération, nous nous trouvons dans un autre pays", a déclaré M. Navalny à sa sortie de prison, en référence à la manifestation sans précédent de l'opposition qui a réuni plus de 50.000 personnes le 10 décembre à Moscou, du jamais vu depuis l'arrivée au pouvoir en 2000 de Vladimir Poutine.

"Maintenant, le parti des escrocs et des voleurs a désigné pour la présidentielle son plus grand escroc et voleur", a-t-il ajouté en référence à Vladimir Poutine, candidat du parti Russie unie au scrutin du 4 mars, selon les propos diffusés sur une vidéo postée sur le site de la radio Echo de Moscou.

Alexeï Navalny a critiqué l'organisation de la présidentielle dans sa forme actuelle, réclamant une élection à laquelle tout candidat pourrait participer et pour laquelle chaque parti d'opposition pourrait être enregistré.

La commission centrale électorale a déjà rejeté la candidature à la présidentielle de l'écrivain controversé et opposant nationaliste Edouard Limonov. Les autorités avaient refusé d'enregistrer le mouvement d'opposition Parnas de l'ancien ministre Boris Nemtsov pour les législatives du 4 décembre.

"Après ce qui s'est passé le 4 décembre, l'élection présidentielle ne se déroulera pas dans des conditions normales", a estimé M. Navalny, exigeant un scrutin "libre" pour tous. Dans ce cas, "beaucoup de gens y participeraient, et peut-être moi aussi", a-t-il dit.

L'opposition, qui exige notamment l'annulation des législatives du 4 décembre entachées de fraudes et remportées par le parti Russie unie de Vladimir Poutine, organise une nouvelle grande manifestation le 24 décembre, autorisée pour 50.000 personnes.

"Je suis sûr que le mouvement de protestation se poursuivra. Nous continuerons de descendre dans la rue tant que nos revendications ne seront pas satisfaites", a averti M. Navalny.

Première publication : 21/12/2011

COMMENTAIRE(S)