Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Du neuf dans un nouveau monde"

En savoir plus

FRANCE

La "francophobie" au cœur de la guerre entre Marine Le Pen et Eva Joly

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 22/12/2011

Depuis le début de la semaine, la présidente du Front national a pris pour cible la candidate écologiste affirmant que ses propositions sont "délirantes et souvent francophobes". Des attaques auxquelles Eva Joly répond en proposant un débat.

Les hostilités durent depuis plusieurs jours. Et c’est Marine Le Pen qui a dégainé la première, lundi 19 décembre, lors d’un déplacement au marché de Noël des Champs-Elysées, à Paris.

Dans un discours centré sur le "produire français" et la réindustrialisation du pays, la présidente du Front national (FN) a, au passage, attaqué personnellement la candidate d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), estimant qu'elle n’était pas légitime pour postuler à l’Élysée au prétexte qu'elle est "SPF: sans patrie fixe" - un argument déjà utilisé par la candidate FN quand Eva Joly, née en Norvège, avait présenté sa candidature à la primaire écologiste. 

"Chaque fois qu'Eva Joly l'ouvre, ça devient un gag"

Des propos réaffirmés avec force par Marine Le Pen le lendemain sur la radio Europe 1 : "Toutes ses propositions sont délirantes et elles sont très souvent francophobes. [Eva Joly] exprime régulièrement son hostilité à l'égard de tout ce qui est patriotisme." Et la candidate frontiste de détailler : "Parce qu'elle veut supprimer le 14-Juillet, parce qu'elle nous a indiqué que le 'made in France', ça la scandalisait, parce qu'elle nous a expliqué que les structures internationales, elle trouvait que c'était très bien quand il s'agissait de protéger les emplois des Guinéens."

La présidente du FN a également estimé que "chaque fois qu'Eva Joly ouvre la bouche, cela devient un gag". Elle poursuit : "On s'interroge. Pourquoi elle est candidate à la présidentielle en France alors que manifestement tout ce qui, de près ou de loin, touche la France, la hérisse ?"

"Je suis la seule à avoir choisi la France"

La réplique n’a pas tardé à venir. Mercredi matin, toujours sur Europe 1, Eva Joly a rétorqué : "J'ai choisi la France, j'y vis depuis bientôt cinquante ans, je suis la seule à avoir choisi la France", a-t-elle déclaré tout en réaffirmant son opposition au défilé militaire du 14-Juillet, qu’elle juge "très suranné".

"Elle [Marine Le Pen] a jeté un gant, je le relève", a insisté l'ex-juge d'instruction qui s’en est pris au père de la candidate frontiste, Jean-Marie Le Pen. "Ce n'est pas à la fille héritière de milliardaire, héritière d'un parti, héritière d'un tortionnaire en Algérie, de décider qui est Française ou pas", a-t-elle ajouté. L’ancien président du FN est régulièrement accusé d'avoir utilisé la torture pendant la guerre d'Algérie.

"Face à la crise, l'agressivité et la haine de Mme Le Pen ne servent à rien, elle ferait mieux de travailler ses programmes", a-t-elle continué.

Eva Joly s’est par ailleurs déclarée prête à débattre avec Marine Le Pen. C'est "quand elle voudra et nous verrons bien qui aime vraiment la France". La balle est dans le camp de la candidate frontiste. À elle de donner suite à cette rencontre qui, si elle a lieu, promet d’être acérée.

Première publication : 21/12/2011

COMMENTAIRE(S)