Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

EUROPE

La nouvelle Douma siège dans un climat de contestation

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/12/2011

Les députés russes élus le 4 décembre dernier se sont réunis pour la première fois à Moscou. Au même moment, l’opposition a appelé à une grande manifestation, le 24 décembre, pour contester les résultats d’un scrutin qu’elle juge frauduleux.

AFP - La nouvelle Douma (chambre basse du Parlement russe) s'est réunie mercredi pour la première fois depuis les élections législatives du 4 décembre contestées par l'opposition qui a appelé à une nouvelle grande manifestation contre les fraudes électorales le 24 décembre.

Les députés ont élu président de l'Assemblée Sergueï Narychkine, ex-chef de l'administration présidentielle et proche de l'homme fort de Russie Vladimir Poutine. Sa candidature a obtenu 238 voix, le nombre exact de sièges dont dispose le parti au pouvoir Russie unie.

"La majorité (de Russie unie) ne signifie pas un monopole, surtout compte tenu de la composition actuelle de la Douma", a déclaré M. Narychkine.

Russie unie, dirigée par le Premier ministre Vladimir Poutine et dont le président Dmitri Medvedev était tête de liste lors des législatives, a remporté plus de 49% des voix lors du scrutin, un résultat en fort recul par rapport aux élections de 2007.

La formation est loin des 315 députés dont elle disposait dans la précédente assemblée, qui lui permettaient de modifier la Constitution sans le soutien d'autres partis, mais elle a cependant toujours la majorité absolue avec 238 sièges sur 450.

"Je suis sûr que le Parlement est un bon endroit pour les débats les plus sérieux et les plus concrets", a-t-il ajouté.

Son prédécesseur, Boris Gryzlov, avait été raillé par l'opposition après avoir dit un jour que la Douma n'était "pas un endroit pour se livrer à des débats".

Contrairement à l'habitude, ce n'est pas le président de la Commission électorale centrale Vladimir Tchourov qui a annoncé les résultats des législatives à l'ouverture de la séance. Les partis d'opposition avaient menacé la veille de quitter la salle si M. Tchourov venait à la Douma.

Cette annonce a été confiée au député le plus âgé, Vladimir Dolguikh, 88 ans, ancien membre du Politburo du parti communiste à l'époque soviétique, sous Leonid Brejnev et Iouri Andropov.

"La Douma doit beaucoup faire pour gagner à nouveau le respect de la population", a déclaré le député communiste et prix Nobel de Physique Jaurès Alferov.

Le leader du parti LDPR (populiste) Vladimir Jirinovski a estimé que les manifestations sans précédent des dernières semaines étaient le résultat du manque de débats dans la Douma précédente.

"Les gens n'ont vu que des députés amorphes (...) Ils ne nous ont pas entendus. Ils sortent dans la rue et c'est notre faute", a-t-il dit.

"Notre peuple n'a jamais été dans une situation aussi critique", a estimé Iouri Selivanov du parti Russie juste (centre gauche) jugeant que le principal problème était "une inégalité sociale criante".

L'opposition et les observateurs indépendants ont dénoncé des fraudes massives aux cours des législatives, ce que le régime dément.

Plus de 50.000 personnes ont manifesté à Moscou le 10 décembre pour réclamer l'annulation du résultat des législatives, une manifestation d'une ampleur jamais vue depuis l'arrivée au pouvoir en 2000 de Vladimir Poutine, qui est candidat à la présidentielle de mars 2012 après avoir déjà été président de 2000 à 2008.

L'opposition appelle à un nouveau grand rassemblement samedi à Moscou et dans d'autres villes de Russie.

Le président Medvedev, qui devrait devenir Premier ministre si Vladimir Poutine est élu président en mars, doit prononcer jeudi un discours devant la Douma au cours duquel il proposera "des initiatives pour perfectionner le système politique", a indiqué M. Narychkine.

Au moment où la Douma se réunissait, les communistes ont déposé des fleurs sur la tombe de Staline sur la place Rouge pour commémorer le 132e anniversaire de sa naissance, en brandissant des portraits du dictateur.

Plus de la moitié des Russes (51%) estiment que Staline, considéré en Russie à la fois comme un tyran et comme le héros de la victoire sur les nazis, a joué un rôle "positif" pour le pays, selon le dernier sondage de l'institut indépendant Levada.

 

Première publication : 21/12/2011

  • RUSSIE

    Le proche de Poutine, Sergueï Narychkine, nouveau président de la Douma

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Le président de la Douma, fidèle de Poutine, jette l'éponge

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Alexeï Navalny, le blogueur opposant à Poutine, sort de prison

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)