Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

EUROPE

Des milliers de Pragois font leurs adieux à Vaclav Havel

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/12/2011

Ils étaient des milliers, dans les rues de Prague, à rendre hommage à leur ancien président Vaclav Havel décédé dimanche. Le cercueil de ce dernier a été transféré au Château de Prague, où des obsèques nationales auront lieu vendredi.

AFP - Des milliers de Tchèques endeuillés ont assisté mercredi dans le silence à la cérémonie de transfert du cercueil de l'ancien président tchèque Vaclav Havel, décédé dimanche, au Château de Prague où les funérailles d'Etat auront lieu vendredi.

Mme Dagmar Havlova a personnellement invité les Tchèques à se joindre au cortège à travers le coeur historique de Prague, pour rendre un hommage silencieux à son mari défunt, héros de la lutte du peuple tchèque pour la liberté et la démocratie.

Durant le parcours, les gens mettaient des fleurs sur la voiture funèbre et des applaudissements spontanés retentissaient.

"Merci Vaclav", pouvait-on lire sur une banderole placée sur la façade de l'église Saint-Sauveur, où une messe de requiem a été célébrée mardi soir à la mémoire de l'artisan de la "Révolution de velours" anticommuniste de 1989.

Posé sur un affût de canon que tiraient six chevaux noirs, le cercueil recouvert d'un drapeau bleu-rouge-blanc national a été transféré vers 10H15 (09H15 GMT) dans la Salle Vladislas du Château de Prague, théâtre de la première élection de Vaclav Havel à la magistrature suprême, le 29 décembre 1989.

C'est sur ce même affût de canon qu'avait été transportée la dépouille du premier président de la Tchécoslovaquie en 1918-1935, Tomas Garrigue Masaryk, lors de ses obsèques à Prague en septembre 1937.

"La vie de Vaclav Havel reflète une grande partie du 20e siècle, si dur et compliqué: la guerre, la prise du pouvoir par les communistes, le dégel des années 1960, la chute du communisme et l'édification de la nouvelle démocratie, la partition de l'Etat et son intégration dans les structures européennes et mondiales", a déclaré le président Vaclav Klaus, lors d'une brève cérémonie.

Vaclav Havel était un "partisan convaincu des valeurs d'humanité, de démocratie et des droits de l'Homme, qui se révoltait contre le non-respect de ces valeurs dans les pays qui vivent sous un régime dictatorial", a-t-il poursuivi.

"La lutte pour la liberté et la démocratie n'est pas finie", a ajouté M. Klaus en appelant à "poursuivre les efforts" de Vaclav Havel pour faire de la défense de la liberté "un thème politique essentiel".

A travers le pays, les drapeaux étaient en berne mercredi, premier jour du deuil national qui durera jusqu'à vendredi, jour des funérailles.

Vendredi sera le jour de deuil aussi en Slovaquie dont Havel fut également le chef de l'Etat avant la partition de la Tchécoslovaquie.

Jaroslav Mino, la soixantaine, est venu pour l'occasion à Prague de la région de Saris, dans l'est de la Slovaquie.

"Vaclav Havel était un homme épris de la vérité, il n'avait pas peur de souffrir pour elle", a dit à l'AFP ce physicien nucléaire, vêtu d'un costume national slovaque et portant le drapeau de son pays.

De nombreux dirigeants étrangers sont attendus vendredi aux obsèques à Prague de Vaclav Havel, dont le président français Nicolas Sarkozy.

Les médias tchèques annoncent la présence également de la secrétaire d'Etat américain Hillary Clinton et de son époux, l'ex-président Bill Clinton et du président de la Commission européenne José Manuel Barroso.

Le dirigeant historique du syndicat Solidarité et ancien président polonais Lech Walesa est également attendu à Prague.

La Slovaquie sera représentée par le président Ivan Gasparovic et le Premier ministre sortant, Mme Iveta Radicova, alors que la Russie, dont la politique était souvent critiquée par Vaclav Havel, enverra à Prague Vladimir Loukine. le médiateur pour les droits de l'homme du président Dmitri Medvedev.
 

Première publication : 21/12/2011

  • RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

    Vaclav Havel, le dramaturge derrière le politique

    En savoir plus

  • RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

    Vaclav Havel, icône de la "Révolution de velours"

    En savoir plus

  • RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

    L'ancien président Vaclav Havel s'est éteint à l'âge de 75 ans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)