Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Effrayer, semer la zizanie, recruter"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

Asie - pacifique

Bavure au Pakistan : l'Otan conclut à des responsabilités partagées

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/12/2011

Une enquête conduite par l’armée américaine avec la collaboration de l'Otan démontre que les tirs de l'Alliance atlantique ayant coûté la vie à 24 soldats pakistanais, le 26 novembre, sont la conséquence d'"une série d’erreurs" des deux côtés.

REUTERS - Les tirs de l'Otan ayant coûté la vie à 24 soldats pakistanais à la frontière avec l'Afghanistan fin novembre sont la conséquence d'"une série d'erreurs" des deux côtés, a indiqué jeudi l'Otan sur la base des résultats de l'enquête.

L'enquête a démontré qu'"une série d'erreurs avaient été faites des deux côtés", qui "ont échoué dans la coordination de leurs actions et de leurs localisations, à la fois avant l'opération et au cours de l'engagement", a affirmé l'Otan dans un communiqué.

Islamabad rejette les conclusions de l'enquête menée par les États-Unis

L'armée pakistanaise a rejeté vendredi le rapport d'enquête des Etats-Unis et de l'Otan sur les frappes aériennes de l'Alliance atlantique qui ont coûté la vie à 24 soldats pakistanais fin novembre, estimant qu'il "manque de substance".

"L'armée pakistanaise n'approuve pas les conclusions de l'enquête menée par les Etats-Unis et l'Otan telles qu'elles ont été rapportées dans les médias. Le rapport d'enquête manque de substance", affirme un communiqué de l'armée, précisant qu'"une réponse détaillée sera apportée après réception du rapport officiel".

Source: AFP

Les relations entre Islamabad et les Occidentaux sont au plus bas depuis cette frappe aérienne de l'Isaf, la force de l'Otan emmenée par les Américains en Afghanistan, qui a tué ces 24 soldats stationnés dans un poste-frontière le 26 novembre.

L'enquête, conduite par l'armée américaine avec la collaboration de l'Alliance atlantique mais sans celle du Pakistan, qui a refusé d'y participer, ne sera pas rendue publique, a indiqué un porte-parole du quartier général militaire de l'Otan, le Shape, basé à Mons (sud de la Belgique).

Le 26 novembre, les forces internationales ont fait feu en situation de "légitime défense" après avoir été prises pour cible par "des tirs provenant de forces non-identifiées", qui n'avaient "pas été initialement considérées comme étant des militaires pakistanais", a précisé le texte.

Les soldats pakistanais "n'ont pas été pris volontairement pour cible", a insisté l'Otan. "L'action de nos forces était légitime", conforme aux "Lois du Conflit Armé et règles d'engagement" internes à l'alliance, selon elle.

L'Alliance atlantique précise que des "mesures ont été prises immédiatement pour réduire le risque d'une répétition d'incidents similaires à l'avenir", notamment en améliorant "la coordination avec l'armée pakistanaise".

Dans son communiqué, l'Otan exprime "ses condoléances les plus sincères aux familles des membres des forces de sécurité pakistanaises qui ont été tués ou blessés au cours de cet incident".

A la suite de ce qui est apparu comme une bavure sans précédent à l'égard de l'armée pakistanaise, l'Otan et Washington avaient évoqué une "tragédie", mais ni l'un ni l'autre n'avaient voulu présenter d'excuses dans l'attente des résultats de l'enquête.

Islamabad maintient depuis l'interdiction du passage des convois de ravitaillement de l'Otan sur son territoire, par lequel transite le plus gros de la logistique de la force internationale.

Le Pakistan, considéré comme un acteur indispensable de la pacification de l'Afghanistan, avait également refusé de participer à l'enquête et boycotté la conférence internationale sur ce pays qui s'est tenue début décembre à Bonn (Allemagne).

Le 4 décembre, le président américain Barack Obama avait appelé son homologue pakistanais Asif Ali Zardari pour présenter ses condoléances pour ces "pertes tragiques" et lui assurer que les tirs n'étaient pas délibérés.

 

Première publication : 22/12/2011

  • DIPLOMATIE

    Les États-Unis envisagent le gel de 700 millions de dollars d'aide au Pakistan

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Après la bavure meurtrière de l'Otan, Islamabad exprime sa "fureur"

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Bavure de l'Otan dans le nord-ouest, Islamabad ferme le "Khyber pass"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)