Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Bavure au Pakistan : l'Otan conclut à des responsabilités partagées

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/12/2011

Une enquête conduite par l’armée américaine avec la collaboration de l'Otan démontre que les tirs de l'Alliance atlantique ayant coûté la vie à 24 soldats pakistanais, le 26 novembre, sont la conséquence d'"une série d’erreurs" des deux côtés.

REUTERS - Les tirs de l'Otan ayant coûté la vie à 24 soldats pakistanais à la frontière avec l'Afghanistan fin novembre sont la conséquence d'"une série d'erreurs" des deux côtés, a indiqué jeudi l'Otan sur la base des résultats de l'enquête.

L'enquête a démontré qu'"une série d'erreurs avaient été faites des deux côtés", qui "ont échoué dans la coordination de leurs actions et de leurs localisations, à la fois avant l'opération et au cours de l'engagement", a affirmé l'Otan dans un communiqué.

Islamabad rejette les conclusions de l'enquête menée par les États-Unis

L'armée pakistanaise a rejeté vendredi le rapport d'enquête des Etats-Unis et de l'Otan sur les frappes aériennes de l'Alliance atlantique qui ont coûté la vie à 24 soldats pakistanais fin novembre, estimant qu'il "manque de substance".

"L'armée pakistanaise n'approuve pas les conclusions de l'enquête menée par les Etats-Unis et l'Otan telles qu'elles ont été rapportées dans les médias. Le rapport d'enquête manque de substance", affirme un communiqué de l'armée, précisant qu'"une réponse détaillée sera apportée après réception du rapport officiel".

Source: AFP

Les relations entre Islamabad et les Occidentaux sont au plus bas depuis cette frappe aérienne de l'Isaf, la force de l'Otan emmenée par les Américains en Afghanistan, qui a tué ces 24 soldats stationnés dans un poste-frontière le 26 novembre.

L'enquête, conduite par l'armée américaine avec la collaboration de l'Alliance atlantique mais sans celle du Pakistan, qui a refusé d'y participer, ne sera pas rendue publique, a indiqué un porte-parole du quartier général militaire de l'Otan, le Shape, basé à Mons (sud de la Belgique).

Le 26 novembre, les forces internationales ont fait feu en situation de "légitime défense" après avoir été prises pour cible par "des tirs provenant de forces non-identifiées", qui n'avaient "pas été initialement considérées comme étant des militaires pakistanais", a précisé le texte.

Les soldats pakistanais "n'ont pas été pris volontairement pour cible", a insisté l'Otan. "L'action de nos forces était légitime", conforme aux "Lois du Conflit Armé et règles d'engagement" internes à l'alliance, selon elle.

L'Alliance atlantique précise que des "mesures ont été prises immédiatement pour réduire le risque d'une répétition d'incidents similaires à l'avenir", notamment en améliorant "la coordination avec l'armée pakistanaise".

Dans son communiqué, l'Otan exprime "ses condoléances les plus sincères aux familles des membres des forces de sécurité pakistanaises qui ont été tués ou blessés au cours de cet incident".

A la suite de ce qui est apparu comme une bavure sans précédent à l'égard de l'armée pakistanaise, l'Otan et Washington avaient évoqué une "tragédie", mais ni l'un ni l'autre n'avaient voulu présenter d'excuses dans l'attente des résultats de l'enquête.

Islamabad maintient depuis l'interdiction du passage des convois de ravitaillement de l'Otan sur son territoire, par lequel transite le plus gros de la logistique de la force internationale.

Le Pakistan, considéré comme un acteur indispensable de la pacification de l'Afghanistan, avait également refusé de participer à l'enquête et boycotté la conférence internationale sur ce pays qui s'est tenue début décembre à Bonn (Allemagne).

Le 4 décembre, le président américain Barack Obama avait appelé son homologue pakistanais Asif Ali Zardari pour présenter ses condoléances pour ces "pertes tragiques" et lui assurer que les tirs n'étaient pas délibérés.

 

Première publication : 22/12/2011

  • DIPLOMATIE

    Les États-Unis envisagent le gel de 700 millions de dollars d'aide au Pakistan

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Après la bavure meurtrière de l'Otan, Islamabad exprime sa "fureur"

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Bavure de l'Otan dans le nord-ouest, Islamabad ferme le "Khyber pass"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)