Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Paris retrouve son Picasso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ottawa : histoire d'une photo

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attaque d'Ottawa : Stephen Harper caché dans un placard

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Tempête au Parti socialiste : "PS, cela ne veut pas dire PlayStation"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

UE : la tension monte sur les budgets

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Toumani Diabaté, le maître de la kora, invité du Journal de l’Afrique

En savoir plus

Moyen-orient

Le Premier ministre Nouri al-Maliki accusé d'être un nouveau Saddam Hussein

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 22/12/2011

Le bras de fer qui oppose le Premier ministre chiite Nouri al-Maliki à la classe politique sunnite, qui l’accuse de dérives autoritaires, menace sérieusement la stabilité du pays. Au point que certains craignent une guerre civile.

"Le Saddam des chiites." C'est en ces termes que le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki est décrit par Tarek al-Homayed, rédacteur en chef et éditorialiste de l’influent quotidien arabe "Asharq Al-Awsat" dans son édition du 22 décembre. Une comparaison qui ne peut être qu’un affront pour cet homme politique chiite qui a consacré une partie de sa vie à s’opposer à l’ancien dictateur irakien.

L’éditorialiste du quotidien à capitaux saoudiens n’est pourtant pas le premier à dénoncer l’autoritarisme de Nouri al-Maliki. La semaine précédente, c’est Saleh Moutlak, le vice-Premier ministre irakien en personne, qui employait une formule proche, qualifiant à la télévision irakienne Nouri al-Maliki de "dictateur pire que Saddam Hussein".

Après cette déclaration, Iraqiya, deuxième groupe parlementaire du pays composé essentiellement d’élus sunnites (communauté minoritaire en Irak), a annoncé un boycottage du gouvernement "en raison de la détérioration du processus politique". Deux jours plutôt, la formation politique avait également suspendu sa participation aux travaux du Parlement afin de dénoncer la "dictature" du Premier ministre, contre lequel elle dressait un violent réquisitoire dans un communiqué.
 
"Faisons nous-mêmes notre printemps arabe"
 
Un qualificatif que vient corroborer la dureté affichée par Nouri al-Maliki face à cette défiance sans précédent. Les ministres issus des rangs d’Iraqiya seront "considérés comme démissionnaires [...]. S'ils ne reviennent pas, nous nommerons des remplaçants", a-t-il menacé mercredi 21 décembre lors d'une conférence de presse.
 
En outre, le Premier ministre n’a eu de cesse de réclamer le limogeage de Saleh Moutlak, musulman sunnite. De même qu’il a appelé les autorités du Kurdistan irakien à remettre à la justice le vice-président sunnite. Visé par un mandat d’arrêt national émis lundi, Tarek al-Hachémi se trouve actuellement à Erbil, la capitale de cette région autonome située au nord de l'Irak. Il est accusé par le Premier ministre d'avoir financé et soutenu des attentats menés par ses gardes du corps, alors qu’il dénonce pour sa part un dossier monté de toutes pièces.
 
"Ce n’est pas la première fois qu’une campagne d’intimidation visant les ténors de la scène politique sunnite est orchestrée par le camp Maliki", explique Karim Sader, politologue spécialiste des pays arabes à France 24. Selon lui, le pouvoir chiite cherche à lancer un avertissement aux sunnites qui, en réponse à leur marginalisation, affichent de plus en plus des desseins autonomistes. Le 27 octobre, la province sunnite de Salaheddine déclarait son intention de demander l'autonomie régionale comme l'autorise la Constitution irakienne, après des arrestations de prétendus membres du parti Baas. Depuis, deux autres provinces à majorité sunnite, Anbar et Diyala, ont affiché le même projet. "Les sunnites se disent : puisque Bagdad est aux mains des chiites, faisons nous-mêmes notre printemps arabe en revendiquant notre autonomie", décrypte Karim Sader.
 
Sauf que le chef du gouvernement s’y oppose fermement et multiplie depuis deux mois les arrestations, majoritairement dans la communauté sunnite, invoquant des raisons sécuritaires.
 
"Jeu dangereux"
 
Selon Michel Goya, directeur de recherche à l’Institut de recherche stratégique de l'école militaire et historien, cette situation de crise qui a pris de l’ampleur après le départ des troupes américaines était prévisible. "La réconciliation intercommunautaire n’a jamais eu lieu, explique-t-il, et l’enjeu actuel n’est nul autre que la place des sunnites dans le pays et dans cette démocratie très imparfaite."
 


 
Or, justement, le penchant autoritaire de Nouri al-Maliki ne fait que mettre de l’huile sur le feu, en entretenant le sentiment de marginalisation des sunnites, selon des observateurs de la scène politique irakienne. "De plus en plus, le pouvoir de Maliki tend à devenir autoritaire, tant l’homme de compromis qu’il était encore en 2006 essaye d’accroître son pouvoir personnel", souligne Michel Goya, auteur de "Irak, les armées du chaos".
 
Une "dictature dont les méthodes n’ont rien à envier à celles de Saddam Hussein", selon Karim Sader. Qui ajoute : "Les chiites rechignent à partager le pouvoir avec les autres communautés et en s’accaparant le pouvoir, Nouri al-Maliki joue à un jeu dangereux qui pourrait aboutir à une guerre civile et à la partition du pays."
 
Ce net regain de tension interconfessionnelle entre chiites et sunnites inquiète les Etats-Unis, qui ont mis fin à huit années de présence dans le pays. Le vice-président américain, Joe Biden, s'est entretenu mardi 20 décembre par téléphone avec Nouri al-Maliki, l'appelant à régler "dans le dialogue" cette crise politique qui menace de faire tomber le gouvernement d’union nationale, un peu plus d’un an après sa formation. "L’Irak est face au dilemme classique entre retomber dans une dictature qui ferait taire les dissensions communautaires par la force ou tendre vers le démembrement du pays", conclut Karim Sader.

 

Première publication : 22/12/2011

  • IRAK

    Tarek al-Hachémi rejette les accusations mais se dit prêt à être jugé au Kurdistan

    En savoir plus

  • IRAK

    "La construction d'un État ne s'improvise pas"

    En savoir plus

  • IRAK

    Le mandat d'arrêt contre le vice-président irakien accentue la crise politique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)