Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Renseignement : une loi qui inquiète

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Budget britannique : to cut or not to cut?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'Iran fait la chasse aux coupes de cheveux "sataniques""

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un haut responsable en fuite dénonce un "coup d'État"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'amour fait songer, vivre et croire"

En savoir plus

FOCUS

Finlande : les populistes au gouvernement?

En savoir plus

Afrique

Jebali dévoile un gouvernement dominé par les islamistes d'Ennahda

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/12/2011

Le Premier ministre tunisien Hamadi Jebali (photo) a dévoilé, jeudi, son équipe gouvernementale dont les postes clés de l'Intérieur, des Affaires étrangères et de la Justice sont détenus par des membres du parti islamiste modéré Ennahda.

AFP - Le chef du gouvernement tunisien Hamadi Jebali a présenté jeudi à l'Assemblée constituante la liste de son équipe dont les ministères clés vont au parti islamiste Ennahda, selon un journaliste de l'AFP.

Ennahda détiendra notamment les ministères régaliens, de l'Intérieur, des Affaires étrangères et de la Justice, dans ce cabinet qui compte 41 membres.

L'Assemblée constituante doit voter vendredi pour approuver cette équipe proposée par M. Jebali, numéro deux du parti d'Ennahda.

Ennahda, vainqueur du scrutin du 23 octobre dispose de 89 élus sur un total de 217 à l'Assemblée constituante.

Ali Larayedh, ancien prisonnier politique et membre du bureau exécutif d'Ennahda, a été nommé à l'Intérieur, Nourredine Bhiri, actuel porte-parole du parti, à la Justice, et Rafik Ben Abdessalem, gendre du dirigeant d'Ennahda Rached Ghannouchi, aux Affaires étrangères.

Le gouvernement avait été présenté mardi au chef de l'Etat Moncef Marzouki, un an après la révolution anti-Ben Ali.

 

Première publication : 22/12/2011

  • TUNISIE

    Il y a un an, la mort de Mohamed Bouazizi déclenchait la révolution

    En savoir plus

  • EXCLUSIF - TUNISIE

    Marzouki : "Ni l'extrémisme religieux ni l'extrémisme laïc ne sont acceptables"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Jebali : "Ennahda garantira aux femmes des droits politiques et professionnels"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)