Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Venezuela : État déliquescent et lynchages de rue

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand jeu" de Céline Minard pour échapper au désordre du monde

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : Colombie, les derniers jours des Farc

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Peres, entre hommages et critiques"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Deutsche Bank panique les marchés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Y a-t-il un pirate dans la voiture?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump accuse Google de rouler pour Hillary Clinton

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Soudan accusé d'attaques chimiques au Darfour

En savoir plus

LE DÉBAT

Mondial de l'automobile : quel avenir pour la voiture ? (partie 2)

En savoir plus

Economie

Le pactole des licences 4G plus élevé que prévu

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/12/2011

L'attribution des nouvelles fréquences 4G de téléphonie mobile a rapporté 2,64 milliards d'euros - au lieu des 1,8 milliard attendus - à l'État. Orange, SFR et Bouygues sont les heureux élus. Free n'a pas été retenu.

 AFP - Les opérateurs Orange, SFR et Bouygues Télécom ont obtenu des licences pour les fréquences basses de téléphonie mobile de quatrième génération (4G) lors d'un deuxième round d'enchères qui n'a pas retenu l'offre de Free, a annoncé jeudi l'Autorité des télécoms (Arcep).

Ces quatre lots situés sur la bande des 800 megahertz - également appelés "fréquences en or" étant donné leur rareté et qui avaient été mis à prix à 1,8 milliards d'euros par l'Etat - ont finalement été emportés pour la somme totale de 2,639 milliards d'euros.

C'est donc un total de près de 3,6 milliards d'euros que l'Etat va empocher, car le premier round d'enchères en septembre, concernant les fréquences hautes sur la bande 2,6 gigahertz, lui avait déjà permis de remporter 900 millions d'euros.

"Des licences seront attribuées à Orange, Bouygues Télécom et SFR", ce dernier obtenant d'ailleurs deux des quatre lots mis sur le marché, mais "la société Free, candidate recevable et qualifiée, n'a pas été retenue compte tenu des offres des autres candidats", a indiqué l'Arcep dans son communiqué.

"On avait dit qu'on serait raisonnable, et on avait également indiqué qu'on trouvait l'offre très défavorable pour un nouvel entrant comme nous. C'est l'argent qui a éliminé la concurrence", a commenté à l'AFP Maxime Lombardini, directeur général du groupe Iliad (propriétaire de Free).

"On n'a pas de regrets. Si on avait pensé que c'était vital pour nous, on aurait été plus agressifs, et aujourd'hui on considère qu'on a tout ce qu'il nous faut" en termes de fréquences, a-t-il ajouté.

Première publication : 22/12/2011

  • TÉLÉCOMS

    Plus rien ne sépare Free du mobile

    En savoir plus

  • TÉLÉPHONIE

    Quatre opérateurs sur les rangs pour décrocher une licence 4G

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)