Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Economie

Le pactole des licences 4G plus élevé que prévu

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/12/2011

L'attribution des nouvelles fréquences 4G de téléphonie mobile a rapporté 2,64 milliards d'euros - au lieu des 1,8 milliard attendus - à l'État. Orange, SFR et Bouygues sont les heureux élus. Free n'a pas été retenu.

 AFP - Les opérateurs Orange, SFR et Bouygues Télécom ont obtenu des licences pour les fréquences basses de téléphonie mobile de quatrième génération (4G) lors d'un deuxième round d'enchères qui n'a pas retenu l'offre de Free, a annoncé jeudi l'Autorité des télécoms (Arcep).

Ces quatre lots situés sur la bande des 800 megahertz - également appelés "fréquences en or" étant donné leur rareté et qui avaient été mis à prix à 1,8 milliards d'euros par l'Etat - ont finalement été emportés pour la somme totale de 2,639 milliards d'euros.

C'est donc un total de près de 3,6 milliards d'euros que l'Etat va empocher, car le premier round d'enchères en septembre, concernant les fréquences hautes sur la bande 2,6 gigahertz, lui avait déjà permis de remporter 900 millions d'euros.

"Des licences seront attribuées à Orange, Bouygues Télécom et SFR", ce dernier obtenant d'ailleurs deux des quatre lots mis sur le marché, mais "la société Free, candidate recevable et qualifiée, n'a pas été retenue compte tenu des offres des autres candidats", a indiqué l'Arcep dans son communiqué.

"On avait dit qu'on serait raisonnable, et on avait également indiqué qu'on trouvait l'offre très défavorable pour un nouvel entrant comme nous. C'est l'argent qui a éliminé la concurrence", a commenté à l'AFP Maxime Lombardini, directeur général du groupe Iliad (propriétaire de Free).

"On n'a pas de regrets. Si on avait pensé que c'était vital pour nous, on aurait été plus agressifs, et aujourd'hui on considère qu'on a tout ce qu'il nous faut" en termes de fréquences, a-t-il ajouté.

Première publication : 22/12/2011

  • TÉLÉCOMS

    Plus rien ne sépare Free du mobile

    En savoir plus

  • TÉLÉPHONIE

    Quatre opérateurs sur les rangs pour décrocher une licence 4G

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)