Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry, trois corps remontés

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

FRANCE

Loi sur les génocides : Ankara gèle sa coopération militaire avec Paris

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/12/2011

La Turquie a suspendu sa coopération militaire avec la France et rappelé son ambassadeur pour protester contre le vote par les députés français d'une proposition de loi pénalisant la négation des génocides, dont celui des Arméniens.

AFP - La Turquie a annoncé jeudi le gel de sa coopération politique et militaire avec la France qu'elle accuse de "racisme" et de "xénophobie" après l'adoption par les députés français d'une proposition de loi pénalisant la négation du génocide arménien de 1915.

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a ordonné la suspension des visites bilatérales, le rappel pour consultations de l'ambassadeur de Turquie en France et ajouté que "les exercices militaires conjoints avec la France et toutes les activités militaires avec ce pays avaient été annulés" pour protester contre l'adoption de ce projet.

Interrogé à Bordeaux (sud-ouest de la France), le chef de la diplomatie française Alain Juppé a appelé la Turquie à ne pas "surréagir".

"Ce que je souhaite, c'est que nos amis turcs ne surréagissent pas à cette décision de l'Assemblée nationale française", a déclaré M. Juppé à des journalistes.

Interrogé sur d'éventuelles nouvelles mesures de représailles d'Ankara, le ministre des Affaires étrangères a répondu: "nous verrons bien et je souhaite qu'on en reste là, si possible".

"Les relations entre la France et la Turquie sont des relations étroites et multiples dans beaucoup de domaines et nous avons beaucoup de choses à faire ensemble", a-t-il ajouté, prenant "acte" par ailleurs du rappel de l'ambassadeur turc à Paris.

Selon M. Erdogan, la Turquie décidera désormais au cas par cas pour toute demande militaire française d'utiliser son espace aérien et "rejette dorénavant toute demande française pour ses bâtiments de guerre de visiter les ports turcs", a souligné le chef du gouvernement turc.

Ce dernier a expliqué qu'il s'agissait là d'un premier train de sanctions contre la France, alliée de la Turquie au sein de l'Otan, et que "progressivement" d'autres mesures pourraient être mises en oeuvre.

"Nous révisons nos relations avec la France", a déclaré M. Erdogan qui a expliqué que la Turquie ne participerait pas à un comité économique mixte France-Turquie prévu en janvier à Paris et annulait des projets de jumelages avec la France au sein de l'Union européenne (UE).

La Turquie met aussi fin aux consultations politiques avec la France, a dit M. Erdogan.

Les deux pays avaient noué un dialogue étroit sur des dossiers régionaux, notamment la Syrie.

"Malheureusement cette proposition de loi a été adoptée malgré tous nos avertissements (...) Cela va ouvrir des plaies irréparables et très profondes dans les relations bilatérales", a-t-il dit.

M. Erdogan a fustigé une "politique (de la France) basée sur le racisme, la discrimination et la xénophobie".

Il s'en est particulièrement pris au président français Nicolas Sarkozy, l'accusant d'avoir instrumentalisé le génocide arménien à des fins électoralistes, à l'orée de la présidentielle en France en 2012.

"L'Histoire et les peuples ne pardonneront pas à ceux qui exploitent les faits historiques à des fins politiques", a estimé M. Erdogan, qui s'est en revanche abstenu d'annoncer des sanctions commerciales contre la France, important partenaire économique de son pays.

Le volume bilatéral des échanges s'est chiffré à près de 12 milliards d'euros en 2010.

Malgré les nombreux avertissements d'Ankara qui a dépêché plusieurs délégations à Paris, les députés français ont voté jeudi une proposition de loi pénalisant d'un an de prison et 45.000 euros d'amende la négation d'un génocide reconnu par la loi, comme l'est depuis 2001 en France le génocide arménien de 1915, qui a fait 1,5 million de morts, selon les Arméniens.

La Turquie reconnaît que jusqu'à 500.000 Arméniens sont morts pendant des combats et leur déportation, mais non pas par une volonté d'extermination.

L'Arménie a salué le vote des députés français. Le ministre arménien des Affaires étrangères Edouard Nalbandian a exprimé "la gratitude" de son pays. La France "en adoptant cette loi a prouvé de nouveau qu'il n'y avait pas de prescription pour les crimes contre l'humanité et que les nier devait être puni", a-t-il dit à l'AFP.

Première publication : 22/12/2011

  • DIPLOMATIE

    Ankara met en garde Paris contre une loi sur la négation du génocide arménien

    En savoir plus

  • TURQUIE - FRANCE

    Ankara réagit vivement aux propos de Nicolas Sarkozy sur le génocide arménien

    En savoir plus

  • ARMÉNIE

    Les Arméniens commémorent les massacres de 1915 perpétrés sous l'Empire ottoman

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)