Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le Festival de Carthage souffle ses 50 bougies !

En savoir plus

FOCUS

Angela Merkel au sommet de son pouvoir?

En savoir plus

MODE

Les collections de l'été 2015 déjà au salon Who's Next à Paris

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Xavier Bettel, Premier ministre luxembourgeois

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Alexander Stubb, Premier ministre finlandais

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Françoise Degois, auteur de "Quelle histoire!"

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : l’offensive se durcit, le bilan s’alourdit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ceci est mon corps"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Boujnah, directeur banque et marché, France & Bénélux, Banco Santander

En savoir plus

  • Vol MH17 : les boîtes noires vont être analysées au Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Londres relance l'enquête sur la mort de l'ex-espion russe Litvinenko

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

  • Les négociations de paix en Centrafrique tournent court à Brazzaville

    En savoir plus

  • Paris confirme la livraison du premier Mistral à Moscou, le second en suspens

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : victoire du réformateur Joko Widodo

    En savoir plus

  • Transferts : le Colombien James Rodriguez quitte Monaco pour le Real Madrid

    En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la disparition d'un de ses soldats

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

  • À Sarcelles, des dignitaires juifs et musulmans ont prié pour la paix

    En savoir plus

  • Transferts : Patrice Evra quitte Manchester United pour la Juventus Turin

    En savoir plus

  • Gaza : au Caire, Ban Ki-moon et Kerry veulent arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Les milices libyennes s’affrontent pour le contrôle de l’aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • "Quelle opération ciblée !", quand Kerry ironise sur les frappes israéliennes

    En savoir plus

  • Sous pression, Moscou dément avoir livré des missiles aux pro-russes

    En savoir plus

  • Les chrétiens fuient Mossoul, "un crime contre l'humanité" selon l'ONU

    En savoir plus

FRANCE

Loi sur les génocides : Ankara gèle sa coopération militaire avec Paris

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/12/2011

La Turquie a suspendu sa coopération militaire avec la France et rappelé son ambassadeur pour protester contre le vote par les députés français d'une proposition de loi pénalisant la négation des génocides, dont celui des Arméniens.

AFP - La Turquie a annoncé jeudi le gel de sa coopération politique et militaire avec la France qu'elle accuse de "racisme" et de "xénophobie" après l'adoption par les députés français d'une proposition de loi pénalisant la négation du génocide arménien de 1915.

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a ordonné la suspension des visites bilatérales, le rappel pour consultations de l'ambassadeur de Turquie en France et ajouté que "les exercices militaires conjoints avec la France et toutes les activités militaires avec ce pays avaient été annulés" pour protester contre l'adoption de ce projet.

Interrogé à Bordeaux (sud-ouest de la France), le chef de la diplomatie française Alain Juppé a appelé la Turquie à ne pas "surréagir".

"Ce que je souhaite, c'est que nos amis turcs ne surréagissent pas à cette décision de l'Assemblée nationale française", a déclaré M. Juppé à des journalistes.

Interrogé sur d'éventuelles nouvelles mesures de représailles d'Ankara, le ministre des Affaires étrangères a répondu: "nous verrons bien et je souhaite qu'on en reste là, si possible".

"Les relations entre la France et la Turquie sont des relations étroites et multiples dans beaucoup de domaines et nous avons beaucoup de choses à faire ensemble", a-t-il ajouté, prenant "acte" par ailleurs du rappel de l'ambassadeur turc à Paris.

Selon M. Erdogan, la Turquie décidera désormais au cas par cas pour toute demande militaire française d'utiliser son espace aérien et "rejette dorénavant toute demande française pour ses bâtiments de guerre de visiter les ports turcs", a souligné le chef du gouvernement turc.

Ce dernier a expliqué qu'il s'agissait là d'un premier train de sanctions contre la France, alliée de la Turquie au sein de l'Otan, et que "progressivement" d'autres mesures pourraient être mises en oeuvre.

"Nous révisons nos relations avec la France", a déclaré M. Erdogan qui a expliqué que la Turquie ne participerait pas à un comité économique mixte France-Turquie prévu en janvier à Paris et annulait des projets de jumelages avec la France au sein de l'Union européenne (UE).

La Turquie met aussi fin aux consultations politiques avec la France, a dit M. Erdogan.

Les deux pays avaient noué un dialogue étroit sur des dossiers régionaux, notamment la Syrie.

"Malheureusement cette proposition de loi a été adoptée malgré tous nos avertissements (...) Cela va ouvrir des plaies irréparables et très profondes dans les relations bilatérales", a-t-il dit.

M. Erdogan a fustigé une "politique (de la France) basée sur le racisme, la discrimination et la xénophobie".

Il s'en est particulièrement pris au président français Nicolas Sarkozy, l'accusant d'avoir instrumentalisé le génocide arménien à des fins électoralistes, à l'orée de la présidentielle en France en 2012.

"L'Histoire et les peuples ne pardonneront pas à ceux qui exploitent les faits historiques à des fins politiques", a estimé M. Erdogan, qui s'est en revanche abstenu d'annoncer des sanctions commerciales contre la France, important partenaire économique de son pays.

Le volume bilatéral des échanges s'est chiffré à près de 12 milliards d'euros en 2010.

Malgré les nombreux avertissements d'Ankara qui a dépêché plusieurs délégations à Paris, les députés français ont voté jeudi une proposition de loi pénalisant d'un an de prison et 45.000 euros d'amende la négation d'un génocide reconnu par la loi, comme l'est depuis 2001 en France le génocide arménien de 1915, qui a fait 1,5 million de morts, selon les Arméniens.

La Turquie reconnaît que jusqu'à 500.000 Arméniens sont morts pendant des combats et leur déportation, mais non pas par une volonté d'extermination.

L'Arménie a salué le vote des députés français. Le ministre arménien des Affaires étrangères Edouard Nalbandian a exprimé "la gratitude" de son pays. La France "en adoptant cette loi a prouvé de nouveau qu'il n'y avait pas de prescription pour les crimes contre l'humanité et que les nier devait être puni", a-t-il dit à l'AFP.

Première publication : 22/12/2011

  • DIPLOMATIE

    Ankara met en garde Paris contre une loi sur la négation du génocide arménien

    En savoir plus

  • TURQUIE - FRANCE

    Ankara réagit vivement aux propos de Nicolas Sarkozy sur le génocide arménien

    En savoir plus

  • ARMÉNIE

    Les Arméniens commémorent les massacres de 1915 perpétrés sous l'Empire ottoman

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)