Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Economie

La circulaire Guéant est-elle mauvaise pour l’économie française ?

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 22/12/2011

Pour le patronat français, la circulaire du 31 mai du ministre français de l'Intérieur visant à restreindre l'embauche d'étudiants étrangers diplômés nuit à la compétitivité des entreprises françaises.

Le ministre français de l’Intérieur, Claude Guéant, ne s’y attendait probablement pas. Même le Medef (Mouvement des Entreprises de France) s’est joint en début de semaine au concert de critiques contre la circulaire du 31 mai 2011 qui durcit les conditions d’embauche d’étudiants étrangers diplômés. L'organisation patronale craint, en effet, que ces “restrictions nuisent à la compétitivité des entreprises françaises”.

B5AE49A5-D810-416A-9892-172C9D7DFCCA - DOCUMENT

Claude Guéant en fossoyeur de la compétitivité ? L’attaque peut faire mal en cette période de crise économique. “Je pense que le Medef a raison, car cette circulaire concerne des étudiants très qualifiés qui sont débauchés par des grandes entreprises à des postes de management ou de conseil où les frontières n’ont pas d’importance”, juge François Héran, directeur de l’Institut national d’études démographiques (Ined) contacté par FRANCE 24. Le Medef ne dit, d’ailleurs, pas autre chose lorsqu’il souligne l’importance de la “connaissance des langues et des marchés étrangers” de ces jeunes diplômés.

Une manière de souligner que ces étudiants qualifiés ne prennent pas d’emplois aux Français alors que la motivation première de la circulaire Guéant était d’instaurer “une logique de préférence nationale” pour ces postes à responsabilité, selon François Héran. Pour ce démographe spécialiste des questions d’immigration, ce texte est non seulement “contraire à la rationalité économique”, mais il remet aussi en cause la philosophie de la loi de 2006 qui incarne la politique d’immigration choisie voulue par le ministre de l’Intérieur de l’époque... Nicolas Sarkozy. Un texte qui permettait aux étudiants étrangers d'être embauchés par les entreprises françaises s'ils remplissaient plusieurs critères tels qu'être titulaire d'un master ou d'un doctorat et de décrocher un travail dans un secteur correspondant aux études suivies.  

L’attractivité de la France

"Depuis la loi de 2006, la principale ouverture pour l’immigration légale de travail était la filière des études qui concerne aujourd’hui 6 000 personnes en France. En demandant aux préfets d'être plus sélectifs, Claude Guéant explique que même cette immigration choisie est devenue une immigration subie”, assure François Héran.

Face à la grogne des étudiants et des critiques d’une centaine de personnalités dont l’ex-patronne d’Aréva, Anne Lauvergeon, le ministre de l’Enseignement supérieur, Laurent Wauquiez avait tenté, fin novembre, de minimiser l’impact de cette circulaire. Il avait expliqué qu’elle ne concernait que 500 étudiants étrangers auxquels les préfets avaient refusé le statut de salarié, et que 250 d'entre eux avaient finalement obtenu une réponse positive après réexamen de leur dossier. Mais cette étude au cas par cas voulue par le gouvernement est une fausse solution pour François Héran. “Les grandes entreprises qui veulent recruter ces étudiants à des postes à responsabilité ne peuvent pas se permettre de dépendre du bon vouloir de l’administration”, explique-t-il.

Il en va aussi de l’attrait de la France pour les étudiants étrangers. C’est en effet entre décembre et janvier que ces jeunes doivent décider dans quel pays ils vont étudier et la circulaire Guéant risque de ne pas jouer en faveur de l’Hexagone.

Première publication : 22/12/2011

  • FRANCE

    Circulaire Guéant : "Moi, diplômé étranger, interdit de travail en France"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Une centaine de personnalités signent une pétition contre la circulaire Guéant

    En savoir plus

  • FRANCE

    Immigration : l’UMP chasse sur les terres du FN

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)