Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestation de l'opposition sénégalaise contre un projet de réforme électorale controversé

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Autocars : quand la grève à la SNCF fait recette

En savoir plus

LE DÉBAT

Réformes en France : vers une convergence des luttes ?

En savoir plus

POLITIQUE

Visite d'Emmanuel Macron à Washington : Que peut-il espérer de cette rencontre avec Donald Trump ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sting : "Avec Shaggy, on a presque oublié qu'on enregistrait un disque!"

En savoir plus

FOCUS

Face à une crise des déchets qui s’éternise, des Libanais se mobilisent

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Kanye West s'improvise "philosophe" sur Twitter

En savoir plus

L’invité du jour

Martine Landry : "On ne demande pas à accueillir toute la misère du monde mais à prendre notre part"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Rencontre Macron-Merkel à Berlin : une feuille de route pour réformer la zone euro ?

En savoir plus

FRANCE

Pénalisation du génocide arménien : "démagogie électoraliste" ou "avancée des droits de l’Homme" ?

Texte par Julien PEYRON

Dernière modification : 22/12/2011

Les députés français ont adopté jeudi une proposition de loi pénalisant la négation des génocides, dont celui des Arméniens de 1915. Un vote qui a divisé la classe politique au-delà de l’habituel clivage gauche-droite.

La question du génocide arménien s’est à nouveau invitée jeudi 22 décembre dans l’enceinte du Palais Bourbon. Les députés français ont voté un texte pénalisant la négation des génocides, dont le génocide arménien reconnu par la France en 2001, provoquant la colère de l’Etat turc et de centaines de manifestants réunis devant l’Assemblée nationale.

Aussitôt l’issue du vote annoncée, la Turquie a rappelé son ambassadeur à Paris et le Premier ministre Erdogan a prévenu que cette loi allait ouvrir des "plaies irréparables" dans les relations franco-turques. Ankara a, par ailleurs, annoncé l'annulation de toutes les rencontres économiques, politiques et militaires prévues entre les deux pays.

Le gouvernement français n’avait pas donné de recommandation de vote, laissant l’ensemble des députés libres de leur choix sur cette proposition de loi qui divise la classe politique au-delà de l’habituel clivage gauche–droite. Porté par Valérie Boyer, une élue UMP, le texte a été soutenu par des députés socialistes et communistes, tandis qu’il a été condamné par certains élus de la majorité.

"C’est une loi inutile et dangereuse en politique intérieure et désastreuse en politique étrangère", s’est emporté le député et ancien ministre des Affaires étrangères de Jacques Chirac, Hervé de Charette. Interrogé par FRANCE 24, il fustige "la poignée de parlementaires" qui ont voté ce texte "contraire aux intérêts de la France".

Selon lui, cette nouvelle va faire "beaucoup de dégâts" en Turquie, "un pays ami, dont nous avons besoin pour régler le douloureux problème syrien et chez qui nous avons beaucoup d’intérêts économiques".

En revanche, le député UMP et président du Conseil général des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian, salue le vote des députés "qui n’ont pas cédé aux menaces" de la Turquie. "Des menaces économiques avaient déjà été évoquées en 2001 [lorsque la France avait officiellement reconnu le génocide arménien, ndlr], mais on a pu noter qu’en 2002, le commerce bilatéral entre la France et la Turquie avait augmenté de 30 %" rappelle-t-il sur l’antenne de FRANCE 24.

Une proposition de loi votée par des voix de droite et de gauche

Désormais adopté par la chambre basse du Parlement, le texte ne devrait toutefois pas être définitivement entériné par le Parlement avant de longs mois. Le président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, a en effet estimé qu’il était peu probable que la loi passe avant les élections présidentielle et les législatives de 2012.

Le calendrier et l’issue incertaine de cette procédure en disent long sur les motivations de ses défenseurs selon Hervé de Charrette. "La raison de ce débat relève en fait uniquement de la démagogie électoraliste, car ce projet de loi ne sera pas arrivé à son terme avant de longs mois", analyse-t-il.

Considéré par la presse turque comme le véritable instigateur de ce débat, Nicolas Sarkozy est accusé de vouloir marquer des points auprès des 500 000 Français d’origine arménienne. En compagnie de députés élus dans des circonscriptions où vivent de fortes communautés arméniennes, le chef de l’Etat français est soupçonné de vouloir instrumentaliser la question du génocide arménien.

Des vues électoralistes que ne nie pas Patrick Devedjian, bien que celui-ci préfère s’en féliciter dans la mesure où celles-ci ont permis "de faire avancer les droits de l’Homme". De plus, il rappelle que "la proposition de loi a été votée par la droite et la gauche".

Au-delà des motivations politiques et électorales, ce projet de loi réveille aussi le débat sur le rôle des politiques dans l’enseignement de l’Histoire. Si, selon Hervé de Charrette, "il n’appartient pas au législateur de décider de ce que doivent être les débats entre historiens", pour Patrick Devedjian, "il ne s’agit pas de réécrire l’Histoire, le génocide étant une réalité incontestable".

Première publication : 22/12/2011

  • FRANCE

    Les députés votent le texte de loi pénalisant la négation des génocides

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Ankara met en garde Paris contre une loi sur la négation du génocide arménien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)