Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

Economie

Bank of America paie le prix fort pour pratiques discriminatoires

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/12/2011

La banque américaine devra s'acquitter de la somme record de 335 millions de dollars, payable au département de la Justice. Ce montant permettra d'indemniser des ménages noirs et hispaniques, victimes de discrimination entre 2004 et 2008.

 AFP - Le département américain de la Justice a annoncé mercredi que Bank of America (BofA) allait payer 335 millions de dollars pour solder des poursuites liées à sa filiale Countrywide, accusée de discrimination envers des emprunteurs hispaniques et afro-américains.

L'ématteur de prêts hypothécaires Countrywide Financial, racheté par BofA pendant la crise, était accusé d'avoir fait payer entre 2004 et 2008 à 200.000 ménages noirs-américains ou hispaniques des taux d'emprunts excessivement élevés.

C'est "le plus gros accord à l'amiable" portant sur des accusations de discrimination jamais obtenu par le ministère de la Justice (DoJ), souligne-t-il dans un communiqué.

Dans une plainte qui a été déposée mercredi parallèlement à la signature de l'accord amiable, le DoJ accusait Countrywide d'avoir fait payer "des frais et taux d'intérêt plus élevés à certains emprunteurs à cause de leur race ou de leurs origines et non à cause de leur profil financier".

Les 335 millions de dollars serviront à indemniser des victimes de ces discriminations, précise le DoJ.

"Les agissements de Countrywide ont contribué à la crise immobilière, ont nui à des communautés tout entières et ont nié à certaines famille l'accès au rêve américain", a commenté Thomas Perez, un responsable du DoJ.

"Nous avons signé cet accord pour solder des problèmes liés à des pratiques historiques de Countrywide, qui sont survenues avant l'acquisition de l'entreprise par Bank of America", a commenté Dan Frahm, porte-parole de Bank of America, qui insiste sur le fait que "les pratiques (de la banque) ne sont pas mises en cause".

"Nous nous engageons à traiter avec équité tous nos clients", a-t-il ajouté, soulignant que que la banque "arrêtait les produits et pratiques qui n'obéissent pas à (cet) engagement", et va "continuer à faire de même jusqu'à ce que tous les problèmes hérités de Countrywide qui restent soient résolus".

Première publication : 22/12/2011

  • BANQUES

    Bank of America annonce la suppression de 30 000 emplois "dans les prochaines années"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Bank of America poursuivie pour fraude et manipulation

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Bank of America va rembourser 45 milliards de dollars aux autorités fédérales

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)