Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

Economie

Rome adopte définitivement le plan d'austérité de Mario Monti

Vidéo par Marie NORMAND

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/12/2011

Le Sénat a adopté à une large majorité le plan anti-crise du Premier ministre Mario Monti, donnant ainsi le feu vert final à une cure d’austérité de 33 milliards d’euros visant à ramener le budget italien à l’équilibre en 2013.

REUTERS - Les sénateurs italiens ont entériné sans surprise jeudi le plan d’austérité préparé par Mario Monti chiffré à 33 milliards d’euros.

Adopté vendredi dernier à une très large majorité par les députés, le plan du président du Conseil italien, approuvé au Sénat par 257 voix contre 41, vise à assainir les finances publiques de la troisième économie de la zone euro et à relancer l’activité dans un pays menacé de récession prolongée.

Conjuguant hausse des impôts, baisse de la dépense publique, réforme des retraites et mesures de relance de l’activité, le plan Monti a pour objectif de ramener le budget à l’équilibre en 2013.

Dans son discours avant le vote du Sénat, le chef du « gouvernement de techniciens » en place depuis la mi-novembre a affirmé que cet ensemble de mesures permettrait à l’Italie de relever la tête.

« Cette assemblée va conclure aujourd’hui un travail rapide, responsable et complexe (...) sur un décret qui a été adopté dans une extrême urgence et qui permet à l’Italie de se tenir tête haute au moment où elle affronte une crise européenne très sérieuse », a dit Mario Monti.

Avec le vote des sénateurs, l’adoption du plan « Salvare L’Italia », présenté par décret-loi, est désormais définitive.

Large soutien

Dans les deux chambres, le gouvernement Monti a bénéficié du large soutien des formations politiques, seuls la Ligue du Nord et le mouvement Italie des Valeurs, de l’ancien procureur Antonio Di Pietro, s’y opposant.

Peuple de la liberté (PDL), le parti de Silvio Berlusconi, l’ancien chef du gouvernement, s’est ému des augmentations d’impôt. Le Parti démocrate (centre gauche) s’inquiète pour sa part de la réforme des retraites.

Mais ces deux partis centraux de la classe politique italienne savent qu’ils ne pouvaient pas saboter le plan Monti sans risquer de provoquer un emballement de la crise de la dette italienne.

Nommé il y a cinq semaines avec la tâche de rétablir la cote de l’Italie auprès des marchés financiers et de ses partenaires européens, Mario Monti, dont la popularité est passée sous la barre des 50%, a annoncé qu’il allait à présent se concentrer sur le second fardeau de l’économie italienne, héritage d’une décennie sans croissance ou presque.

Depuis dix ans, le PIB italien n’a progressé en moyenne que de 0,4% par an. Au troisième trimestre, il a reculé de 0,2% et la Confindustria, principale confédération du patronat italien, s’attend à une contraction de 1,6% en 2012, quatre fois plus que les prévisions du gouvernement.

Première publication : 22/12/2011

  • ZONE EURO

    L'Italie se rapproche un peu plus de l'austérité

    En savoir plus

  • ITALIE

    Mario Monti obtient un premier feu vert pour la cure d'austérité

    En savoir plus

  • ITALIE

    Malgré des taux d'emprunt records, Rome parvient à lever 10 milliards d'euros

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)