Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

Afrique

Le président Abdoulaye Wade, 85 ans, veut rempiler pour un nouveau mandat

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/12/2011

Après onze années à la tête du Sénégal, le président Abdoulaye Wade a été investi, ce vendredi, candidat à la présidentielle de février 2012. La nouvelle candidature du chef de l’État alimente la polémique depuis plusieurs mois.

AFP - Le chef de l'Etat sénégalais Abdoulaye Wade, 85 ans, a été investi vendredi candidat à la présidentielle de 2012 par son parti, une candidature à nouveau contestée par ses opposants dans la rue au lendemain de violences politiques qui ont fait un mort et trois blessés.

Wade, triomphalement élu en 2000, réélu en 2007, sollicite un nouveau mandat en dépit d'une forte opposition de l'intérieur et d'inquiétudes de pays occidentaux qui jugent que sa candidature peut menacer la stabilité du Sénégal jusqu'alors considéré comme un modèle de démocratie en Afrique.

"Vous venez de m'investir candidat du PDS et de ses alliés, laissez-moi donc vous remercier pour ce geste généreux, mais aussi ce geste de responsabilité qui vous engage et m'engage aussi. J'accepte", a déclaré M. Wade sous un tonnerre d'applaudissements après son investiture. Il a souhaité que la campagne se déroule "dans la paix".

Son investiture survient après des violences meurtrières devant la mairie du quartier Sacré-Coeur Mermoz de Dakar, où un échange de coups de feu entre des partisans de Wade et des opposants a fait jeudi un mort et trois blessés.

Quatre personnes ont été entendues et une enquête ouverte "immédiatement" après les violences, selon la police. Les hommes entendus par la police font partie d'un groupe de partisans armés de Wade qui avaient attaqué la mairie dirigée par un membre du Parti socialiste (PS, opposition), Barthélémy Dias.

Selon le PS, cinq véhicules remplis d'hommes de main armés du pouvoir venus à la mairie PS de Mermoz sont à l'origine de ces violences.

Barthélémy Dias a reconnu avoir tiré des coups de feu, affirmant avoir agi en état "de légitime défense". Il a déclaré être prêt à répondre à une convocation de la police, insistant sur le fait qu'il avait été "agressé".

Le ministre de l'Information et porte-parole du gouvernement, Moustapha Guirassy, a condamné "toute forme de violence quelle qu'en soit l'origine" et appelé les leaders politiques à tenir "des discours responsables, des discours qui apaisent".

"Milices"

Des ONG sénégalaises de défense des droits de l'Homme ont demandé que les "milices" politiques soient interdites pour éviter "le chaos" au Sénégal.

Quelques heures avant l'attaque de la mairie PS, un opposant, Abdoulaye Bathily, avait affirmé que son domicile dakarois avait été visité par des hommes de main du pouvoir qui l'ont menacé, pratique courante dénoncée ces dernières semaines par d'autres dirigeants d'opposition.

C'est dans ce climat de tension que les opposants au président Wade, du Mouvement des forces vives du 23 juin (M23), coalition d'une soixantaine de partis et organisations de la société civile, ont prévu de se rassembler à nouveau sur une place de Dakar.

Ce rassemblement a été dénommé "Congrès du peuple pour dire non à un troisième mandat anti-constitutionnel de Wade".

La nouvelle candidature du chef de l'Etat, âgé de 85 ans "plus la TVA", ironisent ses opposants qui affirment qu'il en a au moins 5 de plus, alimente la polémique depuis plusieurs mois au Sénégal.

Réélu en 2007 pour cinq ans après une réforme constitutionnelle en 2001 qui a institué un quinquennat renouvelable une fois, il se représente cette fois pour sept ans après le rétablissement du septennat en 2008.

Pour l'opposition, il a déjà épuisé ses deux mandats légaux, mais ses partisans estiment que le décompte doit se faire à partir de 2007, sur la base de la nouvelle Constitution de 2001.

La presse sénégalaise a publié cette semaine une lettre de quatre élus américains adressée à Wade, jugeant sa candidature porteuse de risques "pour le Sénégal et la démocratie en Afrique". En juillet, la France s'était également inquiétée d'éventuelles répercussions de cette candidature.

 

Première publication : 23/12/2011

  • SÉNÉGAL

    Violences à Dakar entre partisans du pouvoir et opposants, un mort

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Des centaines de milliers de partisans du président Wade se sont rassemblés à Dakar

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Un mois après de violentes émeutes, les Sénégalais de nouveau dans la rue

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)