Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Chine : la croissance ralentit à 7,4% au premier trimestre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

Afrique

Le président Abdoulaye Wade, 85 ans, veut rempiler pour un nouveau mandat

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/12/2011

Après onze années à la tête du Sénégal, le président Abdoulaye Wade a été investi, ce vendredi, candidat à la présidentielle de février 2012. La nouvelle candidature du chef de l’État alimente la polémique depuis plusieurs mois.

AFP - Le chef de l'Etat sénégalais Abdoulaye Wade, 85 ans, a été investi vendredi candidat à la présidentielle de 2012 par son parti, une candidature à nouveau contestée par ses opposants dans la rue au lendemain de violences politiques qui ont fait un mort et trois blessés.

Wade, triomphalement élu en 2000, réélu en 2007, sollicite un nouveau mandat en dépit d'une forte opposition de l'intérieur et d'inquiétudes de pays occidentaux qui jugent que sa candidature peut menacer la stabilité du Sénégal jusqu'alors considéré comme un modèle de démocratie en Afrique.

"Vous venez de m'investir candidat du PDS et de ses alliés, laissez-moi donc vous remercier pour ce geste généreux, mais aussi ce geste de responsabilité qui vous engage et m'engage aussi. J'accepte", a déclaré M. Wade sous un tonnerre d'applaudissements après son investiture. Il a souhaité que la campagne se déroule "dans la paix".

Son investiture survient après des violences meurtrières devant la mairie du quartier Sacré-Coeur Mermoz de Dakar, où un échange de coups de feu entre des partisans de Wade et des opposants a fait jeudi un mort et trois blessés.

Quatre personnes ont été entendues et une enquête ouverte "immédiatement" après les violences, selon la police. Les hommes entendus par la police font partie d'un groupe de partisans armés de Wade qui avaient attaqué la mairie dirigée par un membre du Parti socialiste (PS, opposition), Barthélémy Dias.

Selon le PS, cinq véhicules remplis d'hommes de main armés du pouvoir venus à la mairie PS de Mermoz sont à l'origine de ces violences.

Barthélémy Dias a reconnu avoir tiré des coups de feu, affirmant avoir agi en état "de légitime défense". Il a déclaré être prêt à répondre à une convocation de la police, insistant sur le fait qu'il avait été "agressé".

Le ministre de l'Information et porte-parole du gouvernement, Moustapha Guirassy, a condamné "toute forme de violence quelle qu'en soit l'origine" et appelé les leaders politiques à tenir "des discours responsables, des discours qui apaisent".

"Milices"

Des ONG sénégalaises de défense des droits de l'Homme ont demandé que les "milices" politiques soient interdites pour éviter "le chaos" au Sénégal.

Quelques heures avant l'attaque de la mairie PS, un opposant, Abdoulaye Bathily, avait affirmé que son domicile dakarois avait été visité par des hommes de main du pouvoir qui l'ont menacé, pratique courante dénoncée ces dernières semaines par d'autres dirigeants d'opposition.

C'est dans ce climat de tension que les opposants au président Wade, du Mouvement des forces vives du 23 juin (M23), coalition d'une soixantaine de partis et organisations de la société civile, ont prévu de se rassembler à nouveau sur une place de Dakar.

Ce rassemblement a été dénommé "Congrès du peuple pour dire non à un troisième mandat anti-constitutionnel de Wade".

La nouvelle candidature du chef de l'Etat, âgé de 85 ans "plus la TVA", ironisent ses opposants qui affirment qu'il en a au moins 5 de plus, alimente la polémique depuis plusieurs mois au Sénégal.

Réélu en 2007 pour cinq ans après une réforme constitutionnelle en 2001 qui a institué un quinquennat renouvelable une fois, il se représente cette fois pour sept ans après le rétablissement du septennat en 2008.

Pour l'opposition, il a déjà épuisé ses deux mandats légaux, mais ses partisans estiment que le décompte doit se faire à partir de 2007, sur la base de la nouvelle Constitution de 2001.

La presse sénégalaise a publié cette semaine une lettre de quatre élus américains adressée à Wade, jugeant sa candidature porteuse de risques "pour le Sénégal et la démocratie en Afrique". En juillet, la France s'était également inquiétée d'éventuelles répercussions de cette candidature.

 

Première publication : 23/12/2011

  • SÉNÉGAL

    Violences à Dakar entre partisans du pouvoir et opposants, un mort

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Des centaines de milliers de partisans du président Wade se sont rassemblés à Dakar

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Un mois après de violentes émeutes, les Sénégalais de nouveau dans la rue

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)