Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Proche-Orient : Hébron, symbole d’une paix qui semble impossible

En savoir plus

SUR LE NET

Sony et Kim Jong-Un critiqués sur la Toile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts musicaux de l'année 2014

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

Amériques

Le Congrès adopte le compromis fiscal soutenu par Obama

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/12/2011

Le Congrès a approuvé une prolongation de deux mois du dispositif d’allègements fiscaux pour les salariés et les allocations chômage. Un vote qui sonne comme une "capitulation" pour les républicains et un véritable succès pour Barack Obama.

AFP - Le Congrès des Etats-Unis a entériné vendredi matin le compromis fiscal négocié la veille, confirmant le succès du président Barack Obama au terme d'un affrontement qui s'est terminé en "humiliation" pour ses adversaires républicains.

Le projet de loi, qui doit désormais être promulgué par le président, prolonge jusqu'à fin février les allègements fiscaux pour les salariés et les allocations chômage, des dispositifs devant initialement expirer le 31 décembre.

A deux jours de Noël, la Chambre des représentants dominée par les républicains a donné son feu vert à ce texte lors d'une procédure simplifiée de "consentement unanime", quelques minutes après le Sénat où les alliés démocrates de M. Obama sont majoritaires.

L'accord annoncé jeudi soir entre le président républicain de la Chambre, John Boehner, et le chef de la majorité démocrate du Sénat, Harry Reid, prévoit aussi la mise en place d'une équipe de négociateurs pour parvenir in fine à une extension de ce dispositif jusqu'à la fin de 2012.

L'accord, pour ménager une sortie honorable aux adversaires de M. Obama, prévoit des mesures supplémentaires en faveur des petites entreprises, en particulier une simplification des démarches administratives.

Il s'agit d'une rare défaite pour M. Boehner, dont l'autorité a été contestée ces derniers mois par les parlementaires issus de la mouvance populiste du "tea party" arrivés en masse à la Chambre lors des législatives partielles de novembre 2010 et opposés à toute concession à l'administration démocrate.

La presse américaine pointait vendredi le fait que M. Boehner s'est retrouvé pris en tenaille entre le "tea party" et la présidence, et même lâché par son allié, le chef de la minorité républicaine au Sénat Mitch McConnell, qui l'a exhorté à transiger.

"Une humiliation pour les républicains de la Chambre", titrait le journal spécialisé Politico, affirmant que cet épisode "avait mis en évidence la naïveté des républicains" de cette assemblée, mais aussi "les strictes limites du pouvoir de M. Boehner" sur ses troupes.

Le Washington Post parlait de "capitulation extraordinaire" des adversaires de M. Obama. Ils se sont "tirés une balle dans le pied", estimait le National Journal.

Pour le New York Times, il s'agit pour le président d'une "victoire à laquelle (les républicains) ont considérablement oeuvré". Elle lui permet de se ragaillardir à l'orée d'une année électorale cruciale, lors de laquelle il va remettre son mandat en jeu dans des circonstances économiques encore précaires.

La Maison Blanche faisait remarquer que les républicains, opposés par principe à toute hausse d'impôts, se seraient rendus responsables d'un alourdissement de la fiscalité s'ils avaient persisté dans leur refus de prolonger un dispositif au delà de la fin de l'année.

M. Obama a prévu de réagir lors d'une intervention dans la salle de presse de la Maison Blanche à 12H15 (17H15 GMT) avant de quitter Washington 50 minutes plus tard pour Hawaii (Pacifique).

Le président avait promis de ne pas partir en vacances dans son archipel natal où il passe d'habitude la période des fêtes, tant que ce dossier n'était pas réglé. Son épouse Michelle et leurs deux filles y sont déjà depuis le week-end dernier.

Jeudi soir, il avait salué "une bonne nouvelle, juste à temps pour les fêtes", alors que ne pas prolonger ces exemptions de contributions sociales aurait eu pour effet mécanique de faire augmenter les impôts de chaque foyer de 1.000 dollars en moyenne selon son administration.

 

Première publication : 23/12/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Les républicains cèdent sur l'allègement des charges sociales

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les républicains bloquent un projet de loi fiscal au Congrès

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    L'échec des négociations sur le déficit risque de peser sur la croissance

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)