Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hongkong, nouveau Tienanmen ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

De la Mecque à Broumov : le voyage du Bazin

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les profs manquent à l'appel"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Censure chinoise sur Hong Kong

En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • La dette française dépasse pour la première fois les 2 000 milliards d'euros

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Charles Blé Goudé accusé de "certains des pires crimes" devant la CPI

    En savoir plus

Moyen-orient

La reconnaissance du génocide arménien en débat à la Knesset

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/12/2011

Après la France, Israël examine à son tour une proposition de loi visant à reconnaître le génocide arménien de 1915. Un texte qui pourrait encore envenimer un peu plus les relations entre la Turquie et l'État hébreu.

AFP - Une commission parlementaire israélienne examinait lundi matin un texte reconnaissant le génocide arménien, une mesure qui devrait aggraver les tensions déjà fortes avec la Turquie.

La commission de l'Education discutant d'une proposition de loi faisant du 24 avril, date du début des exécutions en masse d'Arméniens en 1915, une journée de commémoration du "massacre du peuple arménien".

Le Parlement avait rejeté une proposition similaire en 2007, quand Israël et la Turquie entretenaient des liens étroits. Mais les relations se sont tendues depuis que la marine israélienne a tué neuf Turcs en mai 2010 lors de l'arraisonnement d'une flottille qui tentait de briser le blocus de Gaza.

En octobre, la Turquie a expulsé l'ambassadeur israélien à Ankara et rompu ses contrats militaires et de défense avec Israël.

"Cela fait des années que nous travaillons" sur ce projet de journée commémorative, a déclaré Georgette Avakian, membre du Comité national arménien à Jérusalem, à la radio publique. "Nous espérons que le temps est venu".

"Pendant des années, le gouvernement israélien a refusé de reconnaître le génocide pour des raisons cyniques, stratégiques et économiques, liées à ses relations avec la Turquie", a regretté Zahava Gal-On, une député du parti de gauche Meretz qui soutient la proposition de loi.

Mais le président de la Knesset, Reuven Rivlin, a estimé à l'ouverture de la réunion que la question n'était pas politique.

"La question n'a pas été soulevée à cause de ce qui s'est passé entre Israël et la Turquie, nous ne voulons pas exploiter une situation politique pour régler des comptes", a-t-il assuré.

Le massacre de centaines de milliers d'Arméniens en 1915 -- 1,5 million selon les Arméniens --, a été reconnu en 1985 comme un génocide par l'ONU, mais la Turquie rejette fermement cette qualification, évoquant des morts dans les combats et les déportations, mais pas une volonté d'extermination.

La semaine dernière, Ankara a vivement réagi à l'adoption par l'Assemblée nationale française, qui a déjà reconnu le génocide arménien, d'une proposition de loi pénalisant la contestation d'un génocide, annonçant un gel de sa coopération militaire avec la France, rappelant son ambassadeur à Paris et accusant à son tour la France de génocide en Algérie.

Loi réprimant le génocide arménien de 1915 : Un jour historique pour la communauté arménienne

Première publication : 26/12/2011

  • FRANCE – TURQUIE

    "Ankara prépare une deuxième vague de représailles contre Paris"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Loi sur les génocides : Ankara gèle sa coopération militaire avec Paris

    En savoir plus

  • FRANCE

    Pénalisation du génocide arménien : "démagogie électoraliste" ou "avancée des droits de l’Homme" ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)