Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Disparition de Shimon Peres : que reste-t-il des accords d'Oslo ? (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Mondial de l'auto : place aux voitures électriques et autonomes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep : bombardements russes, coups de menton américains"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La réconciliation est une œuvre de persévérance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le projet de nouvelle Constitution adopté en Conseil des ministres

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Guerre et paix" : l'épitaphe de la Toile pour Shimon Peres

En savoir plus

LE DÉBAT

Disparition de Shimon Peres : que reste-t-il des accords d'Oslo ? (partie 2)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Colombie : le chef des Farc demande pardon aux victimes du conflit

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Biomimétisme : quand la technologie s'inspire de la nature

En savoir plus

Afrique

L'élection de Goodluck Jonathan confirmée par la Cour suprême

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/12/2011

La Cour suprême a confirmé ce mercredi la victoire de Goodluck Jonathan à l'élection présidentielle du 16 avril, rejetant la demande du principal parti d'opposition qui réclamait la tenue d'un nouveau scrutin.

AFP - La Cour suprême du Nigeria a rejeté mercredi le recours déposé par le principal parti de l'opposition contre l'élection du président Goodluck Jonathan en raison de fraudes et demandant un nouveau scrutin.

"Ce recours n'a pas de valeur et est rejeté" a affirmé le Juge Olufunmilayo Adekeye, en lisant la décision des sept membres de la Cour.

Il avait été déposé par le principal parti d'opposition, le Congrès pour un changement progressiste (CPC), dirigé par l'ex-dirigeant militaire Muhammadu Buhari, qui avait été son principal adversaire à la présidentielle du 16 avril.

Selon Buhari, qui s'exprimait à l'extérieur du tribunal, cette décision "motivée politiquement" n'a pas de fondement juridique.

Les observateurs ont dans l'ensemble estimé que les élections (législatives, présidentielle et régionales) avaient été libres et transparentes, malgré des violences post-électorales qui ont fait au moins 800 morts selon l'ONG de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch.
 

Première publication : 28/12/2011

  • NIGERIA

    Le président Goodluck Jonathan prête serment à Abuja

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Huit cents morts depuis l'élection de Goodluck Jonathan

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Le président Jonathan craint une guerre civile et un autre Biafra

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)