Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

Afrique

Reprise du procès de Moubarak après trois mois d'interruption

Vidéo par Nabia MAKHLOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/12/2011

Relégué au second plan après la récente répression meurtrière de manifestations hostiles au pouvoir militaire, le procès du président déchu Hosni Moubarak a repris ce mercredi au Caire, après trois mois de suspension.

AFP - Le président égyptien déchu Hosni Moubarak est arrivé mercredi à bord d'une ambulance pour une nouvelle session de son procès au Caire, qui a repris après une coupure de trois mois avant d'être ajourné au 2 janvier.

L'ancien président, 83 ans, portant une couverture, a été placé sur une civière à sa descente du véhicule pour être transporté dans la salle du tribunal, comme lors des précédentes audiences.

M. Moubarak est en détention préventive dans un hôpital militaire de la banlieue du Caire en raison de problèmes cardiaques. Un possible cancer a fait l'objet d'informations contradictoires.

Le président de la cour, Ahmed Refaat, a entendu des déclarations des avocats de

l'ancien président -qui plaident non coupable- et de ses adversaires -qui l'accusent pour le meurtre de manifestants lors de la révolte du début de l'année-.

L'audience, très largement formelle, a ensuite été ajournée à lundi prochain.

Quelque 5.000 policiers ont été déployés autour du tribunal, installé dans une école de police de la périphérie du Caire, en coordination avec l'armée.

Un groupe de manifestants, dont des membres des familles des victimes de la répression du début de l'année, sont venus lancer des slogans contre l'ancien raïs et le pouvoir militaire qui lui a succédé.

"Ce procès est une farce, c'est toujours la même bande qui est au pouvoir", ont-ils scandé, en assurant vouloir appeler à une mobilisation de masse le 25 janvier, pour le premier anniversaire du début de la révolte contre le régime Moubarak.

"Nous avons enlevé Moubarak, mais nous avons Hussein. Que tous deux aillent au diable", lançaient-ils également, en référence au maréchal Hussein Tantaoui, chef du Conseil suprême des forces armées (CSFA) qui dirige le pays.

Des partisans de l'ex-homme fort de l'Egypte étaient aussi présents, avec des slogans comme "insulter Moubarak c'est insulter les honnêtes gens".

Le procès de l'ancien président, qui a démissionné le 11 février dernier sous la pression d'une révolte populaire, a débuté le 3 août dernier.

Le raïs déchu est jugé pour son implication présumée dans des ordres de tirer sur la foule durant les événements qui l'ont forcé à quitter le pouvoir, qui ont fait officiellement près de 850 morts.

Premier dirigeant victime du "printemps arabe" à comparaître en personne devant les juges, il est passible de la peine de mort s'il est reconnu coupable.

Les témoignages recueillis à la barre jusqu'à présent lui ont toutefois été globalement favorables, notamment celui du maréchal Tantaoui, qui fut pendant vingt ans son ministre de la Défense.

L'ancien ministre de l'Intérieur Habib el-Adli et six de ses conseillers sont également jugés en même temps que M. Moubarak pour ces accusations.

PORTRAIT DE L'EX-PRÉSIDENT HOSNI MOUBARAK
M. Moubarak est également inculpé de corruption, des accusations qui visent aussi ses fils Alaa et Gamal, qui sont jugés eux aussi en même temps que lui.

Les dernières audiences de ce procès se sont tenues en septembre. La procédure a ensuite été suspendue en raison d'une demande de destitution du président de cour, le juge Ahmed Refaat.

Le magistrat, accusé par les avocats des parties civiles de partialité détriment de l'accusation, a finalement été maintenu, permettant la reprise du procès.

Après un début très médiatisé du procès, retransmis en direct à la télévision, la cour a rapidement interdit les caméras dans la salle.

Les auditions de témoins subalternes ont été publiques, mais celles de hautes personnalités civiles et militaires se sont faites à huis clos.

La suspension des audiences, la tenue d'élections législatives et les violences meurtrières récentes en marge de manifestations ont contribué à reléguer au second plan le sort de l'ancien autocrate au cours des derniers mois.

Première publication : 28/12/2011

  • ÉGYPTE

    Nouvelle mobilisation contre l'armée sur la place Tahrir

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L'ancien chef du renseignement Omar Souleiman a témoigné au procès de Moubarak

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Le procès de Moubarak ajourné après des échauffourées

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)