Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • En direct : le "non" à l'indépendance de l'Écosse remporte 55,3 % des voix

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • À Washington, Petro Porochenko réclame et obtient plus de soutien des États-Unis

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

EUROPE

Accord de gouvernement après un an de crise politique

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/12/2011

Dans l'impasse politique depuis plus d'un an, les chefs politiques des trois principales communautés de Bosnie (serbe, croate et musulmane) se sont entendus sur la formation d'un gouvernement comme le réclamait la communauté européenne.

AFP - Les leaders politiques des trois principales communautés de Bosnie (serbe, croate et musulmane) ont annoncé mercredi s'être mis d'accord sur la formation du gouvernement central, mettant fin à plus de 14 mois de crise politique.

"Nous sommes parvenus à un accord sur la composition du gouvernement", a déclaré à la presse un responsable politique musulman bosnien, Sulejman Tihic, à l'issue d'une réunion avec les responsables de deux autres communautés.

Les leaders serbe Milorad Dodik et croate, Bozo Ljubic, ont aussitôt confirmé cette information.

Les principales formations politiques ont décidé d'accorder le poste de Premier ministre au principal parti de la communauté croate.

Cette formation devrait soumettre jeudi le nom du futur chef du gouvernement à la présidence du pays qui doit par la suite le désigner, avant de demander le vote de confiance du parlement.

Les neuf ministères du cabinet seront répartis, dans les prochains jours, entre les six formations représentant au parlement les trois communautés.

Les responsables politiques bosniens se sont également mis d'accord sur la mise en place de deux réformes majeures réclamées par l'Union européenne (UE), la loi sur le recensement et celle sur la distribution des subventions de l'Etat.

"Une atmosphère de compromis et de compréhension l'a emporté aujourd'hui. Après la mise en oeuvre de ces deux lois et après la formation du gouvernement, la Bosnie pourra demander le statut de candidat à l'UE", a déclaré Milorad Dodik.

"De meilleurs jours sont devant nous car nous sommes parvenus à un accord basé sur les principes qui permettront à la Bosnie de se développer", a de son côté affirmé un leader politique croate bosnien, Bozo Ljubic.

"Aucun d'entre nous n'est pas totalement content, mais c'est un bon accord obtenu dans l'intérêt de la Bosnie, de ses peuples et de ses citoyens", a ajouté M. Tihic.

L'impasse politique qui perdurait depuis les élections générales d'octobre 2010, avait bloqué le rapprochement de la Bosnie avec l'UE. La Bosnie s'est ainsi retrouvée à la traîne de tous les autres pays des Balkans occidentaux dans leur rapprochement de l'UE.

La communauté internationale et Bruxelles ont constamment appelé les leaders bosniens à trouver une solution de compromis et à former un gouvernement central en mesure de relancer les démarches d'adhésion à l'UE.

Depuis la fin du conflit intercommunautaire de 1992-95 qui a fait 100.000 morts, la Bosnie est composée de deux entités, la Republika Srpska, dirigée par M. Dodik, et la Fédération croato-musulmane qui sont unies par de faibles institutions centrales.

Première publication : 28/12/2011

  • FOOTBALL - EURO 2012

    La Fédération de Bosnie-Herzégovine au bord de l'implosion

    En savoir plus

  • GÉNOCIDE

    La Bosnie commémore le 15e anniversaire du massacre de Srebrenica

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'OTAN prêt à un partenariat sous condition avec la Bosnie-Herzégovine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)