Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

EUROPE

Accord de gouvernement après un an de crise politique

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/12/2011

Dans l'impasse politique depuis plus d'un an, les chefs politiques des trois principales communautés de Bosnie (serbe, croate et musulmane) se sont entendus sur la formation d'un gouvernement comme le réclamait la communauté européenne.

AFP - Les leaders politiques des trois principales communautés de Bosnie (serbe, croate et musulmane) ont annoncé mercredi s'être mis d'accord sur la formation du gouvernement central, mettant fin à plus de 14 mois de crise politique.

"Nous sommes parvenus à un accord sur la composition du gouvernement", a déclaré à la presse un responsable politique musulman bosnien, Sulejman Tihic, à l'issue d'une réunion avec les responsables de deux autres communautés.

Les leaders serbe Milorad Dodik et croate, Bozo Ljubic, ont aussitôt confirmé cette information.

Les principales formations politiques ont décidé d'accorder le poste de Premier ministre au principal parti de la communauté croate.

Cette formation devrait soumettre jeudi le nom du futur chef du gouvernement à la présidence du pays qui doit par la suite le désigner, avant de demander le vote de confiance du parlement.

Les neuf ministères du cabinet seront répartis, dans les prochains jours, entre les six formations représentant au parlement les trois communautés.

Les responsables politiques bosniens se sont également mis d'accord sur la mise en place de deux réformes majeures réclamées par l'Union européenne (UE), la loi sur le recensement et celle sur la distribution des subventions de l'Etat.

"Une atmosphère de compromis et de compréhension l'a emporté aujourd'hui. Après la mise en oeuvre de ces deux lois et après la formation du gouvernement, la Bosnie pourra demander le statut de candidat à l'UE", a déclaré Milorad Dodik.

"De meilleurs jours sont devant nous car nous sommes parvenus à un accord basé sur les principes qui permettront à la Bosnie de se développer", a de son côté affirmé un leader politique croate bosnien, Bozo Ljubic.

"Aucun d'entre nous n'est pas totalement content, mais c'est un bon accord obtenu dans l'intérêt de la Bosnie, de ses peuples et de ses citoyens", a ajouté M. Tihic.

L'impasse politique qui perdurait depuis les élections générales d'octobre 2010, avait bloqué le rapprochement de la Bosnie avec l'UE. La Bosnie s'est ainsi retrouvée à la traîne de tous les autres pays des Balkans occidentaux dans leur rapprochement de l'UE.

La communauté internationale et Bruxelles ont constamment appelé les leaders bosniens à trouver une solution de compromis et à former un gouvernement central en mesure de relancer les démarches d'adhésion à l'UE.

Depuis la fin du conflit intercommunautaire de 1992-95 qui a fait 100.000 morts, la Bosnie est composée de deux entités, la Republika Srpska, dirigée par M. Dodik, et la Fédération croato-musulmane qui sont unies par de faibles institutions centrales.

Première publication : 28/12/2011

  • FOOTBALL - EURO 2012

    La Fédération de Bosnie-Herzégovine au bord de l'implosion

    En savoir plus

  • GÉNOCIDE

    La Bosnie commémore le 15e anniversaire du massacre de Srebrenica

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'OTAN prêt à un partenariat sous condition avec la Bosnie-Herzégovine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)