Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

asie

Kim Jong-un intronisé "leader suprême" de Corée du Nord

Vidéo par Nabia MAKHLOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/12/2011

Au dernier jour du deuil national en hommage à Kim Jong-il, Kim Jong-un a été proclamé ce jeudi "leader suprême" de la Corée du Nord devant un parterre de militaires à Pyongyang. Il succède à son père à la tête de l'armée et du parti unique.

AFP - La Corée du Nord a proclamé jeudi "leader suprême" Kim Jong-Un, fils et successeur de Kim Jong-Il, lors d'un immense rassemblement militaire organisé à Pyongyang au dernier jour du deuil pour son dirigeant décédé.
              

"Le grand coeur du camarade Kim Jong-Il a cessé de battre", a déploré Kim Yong-Nam, qui exerce la fonction honorifique de chef de l'Etat, lors d'un discours devant des dizaines de milliers de soldats, du haut d'un balcon surplombant la vaste place Kim Il-Sung de la capitale.
              
De nombreux civils étaient aussi visibles de part et d'autre de l'esplanade au sol recouvert de la neige tombée la veille, d'après les images diffusées par la télévision d'Etat.
              
"Un départ aussi inattendu et précoce est la plus grande et inimaginable perte pour notre parti et la révolution", a poursuivi Kim Yong-Nam, soulignant la contribution du leader décédé à "la paix et à la stabilité mondiale au 21e siècle".
              
Aux côtés de l'orateur était visible Kim Jong-Un, fils cadet et successeur de Kim Jong-Il au pouvoir.
              
"Le respecté camarade Kim Jong-Un est le leader suprême de notre parti et de l'armée, qui a hérité de l'intelligence, de la capacité à commander, du caractère, du sens moral et du courage de Kim Jong-Il", a ajouté Kim Yong-Nam.
              
Plusieurs hauts responsables militaires étaient aussi présents sur l'estrade, dont le chef d'état-major, Ri Yong-Ho, et le ministre des Forces armées, Kim Yong-Chun.
              
Le rassemblement sur la place Kim Il-Sung a été clos par l'interprétation de "L'Internationale" par un orchestre militaire et par le tir d'une vingtaine de coups de canon.
              
Trois minutes de silence ont ensuite été observées, selon des images de la télévision officielle, ponctuées par une sonnerie simultanée des sirènes des bateaux et des locomotives du pays.
              
Elles ont marqué la fin du deuil national de treize jours en hommage à Kim Jong-Il, dirigeant du pays pendant 17 ans décédé le 17 décembre, pour lequel un défilé d'obsèques avait été organisé mercredi à Pyongyang devant des centaines de milliers de personnes.
              
Lors de cette procession où Kim Jong-Un avait marché à côté du corbillard, de hauts gradés étaient aussi apparus en bonne place.
              
L'armée joue un rôle essentiel en Corée du Nord, dirigée au nom de la doctrine du "songun" ("l'armée d'abord"), amorcée dans les années 1990 par Kim Jong-Il pour maintenir son régime fragilisé par la chute du bloc communiste en Europe de l'Est et en URSS.
              
Les forces armées nord-coréenne comptent 1,2 million d'hommes sur une population totale de 24 millions d'habitants. Les militaires sont favorisés pour l'approvisionnement en nourriture, énergie et matériel, alors que le pays reste confronté à d'importantes pénuries.
              
En dehors de l'armée, l'autre principal centre de pouvoir est le Parti des Travailleurs de Corée, le parti unique du pays.
              
Agé de moins de 30 ans, le jeune Kim Jong-Un avait déjà été appelé "leader suprême du parti, de l'Etat et de l'armée" par les médias du régime, bien qu'il n'occupe pas ces postes officiellement pour l'instant.
              
Il perpétue la dynastie débutée par son grand-père Kim Il-Sung, le fondateur de la Corée du Nord communiste, auquel Kim Jong-Il avait succédé en 1994, menant le pays d'une poigne de fer.
              
Reprenant les outils de propagande paternels et jetant des dizaines de milliers d'opposants avérés ou supposés dans des camps d'emprisonnement, Kim Jong-Il a réussi à sauvegarder son régime, mais de terribles famines ont tué des centaines de milliers de Nord-Coréens dans les années 1990.
              
Sous son règne, le pays s'est doté de l'arme nucléaire, aussi la stabilité de la Corée du Nord inquiète-t-elle les puissances régionales.
              
La Corée du Sud, les Etats-Unis, la Chine et le Japon ont multiplié les consultations diplomatiques afin d'éviter un bouleversement à la tête de la Corée du Nord susceptible d'embraser la péninsule coréenne.

Première publication : 29/12/2011

  • CORÉE DU NORD

    Aux obsèques de Kim Jong-il, des pleurs "sincères" et une "prise de pouvoir"

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Funérailles en grande pompe pour Kim Jong-il

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    La mort de Kim Jong-il ouvre une période d'incertitude en Asie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)