Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Plus de 68 millions de personnes chassées de chez elles à-travers le monde, en 2017"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron recadre un édutiant qui l'appelle "Manu"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Inondations en Côte d'Ivoire, au moins 18 morts à Abidjan

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : l'Europe à l'épreuve

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Jean-Marie Le Pen va mieux"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Le parlement européen est dans une démarche d'agression, tous nos droits ont été violés"

En savoir plus

FOCUS

VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ingrid Chauvin et Jimmy Jean-Louis, stars du petit écran

En savoir plus

L’invité du jour

Chef Simon : "Ce n’est plus notre corps qui décide de ce que l’on va manger, mais notre cerveau"

En savoir plus

Deux légionnaires français tués par un faux soldat afghan

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/12/2011

Deux légionnaires français, membres de la force de l'Otan, ont été tués ce jeudi par un Taliban infiltré dans l'armée afghane. Deux nouvelles victimes qui portent à 78 le nombre de soldats français tués en Afghanistan depuis fin 2001.

AFP -  Deux légionnaires français ont été tués par un soldat de l'armée afghane, qui a ensuite été abattu, jeudi dans l'est de l'Afghanistan, une attaque revendiquée par les talibans qui nourrit les craintes d'infiltration croissante des forces locales par les rebelles.

C'est la première fois depuis le début de l'intervention occidentale il y a dix ans que les Français sont victimes de l'attaque d'un soldat afghan infiltré.

La fusillade a eu lieu à Tagab, dans l'instable province de Kapisa, située au nord-est de la capitale Kaboul, où sont déployés une partie des quelque 3.700 soldats français servant sous la bannière de l'Otan en Afghanistan.

"Au cours d'une mission d'appui au profit de l'armée nationale afghane (ANA) en vallée de Tagab, ces deux sous-officiers ont été mortellement touchés par le tir délibéré d'un soldat afghan de l'ANA", a indiqué la présidence française dans un communiqué.

La force de l'Otan en Afghanistan (Isaf) avait auparavant indiqué qu'un assaillant vêtu d'un uniforme de l'armée afghane avait "retourné son arme contre deux soldats de l'Isaf" et les avait "tués tous les deux", sans préciser leur nationalité.

L'assaillant faisait partie d'un "détachement permanent de l'ANA" posté sur une montagne de Kapisa et qui avait été rejoint par les militaires français à l'occasion d'une opération conjointe d'appui et de soutien.

Les soldats française tués sont deux légionnaires du 2e régiment étranger de génie de Saint-Christol (sud), selon la même source.

Ces deux nouvelles victimes portent à 78 le nombre de soldats français tués en Afghanistan depuis la fin 2001 et à 563 le nombre de soldats de l'Otan morts en 2011, selon un décompte établi par l'AFP à partir du site internet indépendant icasualties.org.

L'attaque a été immédiatement revendiquée par les rebelles talibans qui avaient indiqué, avant même l'Elysée, qu'elle avait eu lieu en Kapisa. Les talibans ont affirmé que trois soldats français, et non deux, avaient été tués et que l'assaillant avait été abattu juste après avoir ouvert le feu.

Selon un porte-parole des rebelles, Zabihullah Mujahid, l'assaillant, prénommé Ibrahim, "avait rejoint l'armée (afghane) dans ce but et a atteint son objectif". "Il a été tué en martyr par les envahisseurs", a-t-il ajouté.

Plusieurs incidents similaires, meurtriers pour l'Otan, ont eu lieu ces deux dernières années en Afghanistan, alors qu'ils étaient rares auparavant.

Si les motivations des meurtriers ne sont pas toujours établies, elles laissent craindre une infiltration croissante des forces afghanes par les rebelles, chassés du pouvoir par les Occidentaux à la fin 2001 et qui mènent depuis une sanglante guérilla contre le gouvernement et ses alliés de l'Otan.

Une perspective inquiétante, les forces afghanes étant censées prendre le relais de celles de l'Otan et sécuriser elles-mêmes le pays à la fin 2014.

L'attaque de ce type, la plus meurtrière pour l'Otan, remonte au 27 avril et avait entrainé la mort de huit soldats américains à Kaboul.

Plusieurs récentes opérations de la rébellion ont par ailleurs été menées par des assaillants revêtus d'uniformes de la police ou de l'armée afghane, ou grâce à la complicité de membres des forces de sécurité.

Malgré la présence de quelque 130.000 soldats de l'Otan, américains pour plus des deux tiers, les talibans ont étendu leurs actions de guérilla à la quasi-totalité du pays.

Pour tenir l'objectif de 2014, l'Otan a, ces dernières années, recruté et formé à marche forcée des dizaines de milliers de soldats et policiers locaux.

Nombre d'experts du pays doutent toutefois de leur capacité à résister à la rébellion ou à éviter une nouvelle guerre civile après 2014.

Jeudi également, dix membres de la police locale afghane (ALP), une nouvelle force financée par les Américains pour épauler la police et l'armée afghane dans les villages, ont été tués par l'explosion d'une bombe artisanale dans le sud.

 

Première publication : 29/12/2011

  • AFGHANISTAN

    Attentat meurtrier devant une mosquée à Qazi Abad

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Un attentat-suicide fait une vingtaine de morts dans le nord du pays

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)