Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Le football américain s'agenouille devant Trump"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

VivaTech : Paris, capitale des start-ups pendant 3 jours

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"From Russia with luck"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Philip Roth, l'incomparable

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

France - Rwanda : vers un apaisement ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet "Tech For Good" : la "French Tech" a-t-elle le vent en poupe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Solo, a Star Wars story" : à l’origine du mythe

En savoir plus

FACE À FACE

Macron et les banlieues : une vision libérale ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un archevêque australien condamné pour avoir couvert un pédophile"

En savoir plus

Afrique

L'année 2011 marquée par un regain du trafic d'ivoire en Afrique

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/12/2011

Il s'agit de la pire année en termes de saisies de défenses d'éléphants depuis vingt ans. La contrebande d'ivoire serait une conséquence des investissements chinois en Afrique afin de s'assurer des ressources naturelles.

REUTERS - L’année 2011 a été marquée par un nombre record de vastes saisies d’ivoire en Afrique, alors que la contrebande de défenses d’éléphants est en plein essor en raison de la demande croissante de la bijouterie en Chine et en Asie.

Au total, l’association Traffic spécialisée dans la protection des animaux sauvages a recensé au moins 13 saisies dépassant chacune les 800 kg d’ivoire, contre six seulement en 2010.

« Une estimation basse de la quantité d’ivoire récupérée lors de ces 13 saisies donne un total d’au moins 23 tonnes, ce qui représente environ 2.500 éléphants, et probablement plus », indique l’association dans un communiqué.

Selon Tom Milliken, responsable de l’association au Zimbabwe, il s’agit de la pire année en terme de saisies depuis deux décennies qu’il enregistre des données statistiques.

Milliken explique que la contrebande d’ivoire est la conséquence des investissements pratiqués par la Chine en Afrique afin de s’assurer des ressources naturelles.

« Il n’y a jamais eu dans l’histoire de l’Afrique autant de ressortissants asiatiques sur le continent. Ils ont des contacts avec le marché des produits finis et ils sont désormais à la source pour alimenter ce marché depuis l’Afrique », précise-t-il.

« Cela conduit à une exploitation sans précédent visant les éléphants et les autres animaux sauvages », affirme-t-il.

Selon les estimations, il y aurait entre 400.000 et 700.000 éléphants en Afrique.
 

Première publication : 29/12/2011

COMMENTAIRE(S)