Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: "tout va bien madame la marquise"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : début de l'exhumation de Sankara et 12 de ses compagnons d'armes tués en 1987

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Serge Klarsfeld : "Il faut combattre les démagogues, comme Marine le Pen"

En savoir plus

FOCUS

Le Liban, une année sans chef d'État

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France - Maroc : fin de la discorde ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fifa : qui succédera à Blatter ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'industrie du futur : le plan d'Emmanuel Macron pour moderniser la France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Asie du sud-est : la tragédie des Rohingyas

En savoir plus

EUROPE

Budapest vote une réforme de la Constitution favorisant le procureur général

Vidéo par Vanessa TSANGA TABI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/12/2011

Dans le cadre de la restructuration du système judiciaire, le Parlement hongrois a voté une modification de la Constitution qui accroît l'influence du procureur général. Une décision critiquée par la commissaire européenne chargée de la justice.

AFP- Le parti Fidesz du Premier ministre conservateur Viktor Orban a fait adopter vendredi au Parlement hongrois une modification de la Constitution, qui entrera en vigueur le 1er janvier et permettra au Procureur général, un proche de M. Orban, de porter une affaire devant le tribunal de son choix.

En donnant un rang constitutionnel à cette loi, le gouvernement réduit à néant une décision de la Cour constitutionnelle annulant cette disposition le 19 décembre, car, en Hongrie, cette cour n'a pas le droit d'examiner la Constitution elle-même.

Cette disposition qui fait partie d'une large restructuration du système judiciaire, a été sévèrement critiquée par la commissaire responsable de la justice au sein de l'Union européenne, la Luxembourgoise Viviane Reding, qui avait exprimé de sérieux doutes quant à la compatibilité de la loi avec les lois communautaires.

La Secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, avait aussi critiqué le gouvernement de Viktor Orban pour "la destruction de plusieurs contre-poids et équilibres censés garantir l'indépendance des juges", dans une lettre adressée à M. Orban, selon le plus important quotidien hongrois, Nepszabadsag (centre gauche).

Le Parlement avait élu début décembre à la tête de l'Office national de la justice (OBH) Tünde Hando, une proche de Viktor Orban, alors que son mari, Jozsef Szajer, un eurodéputé du Fidesz, est connu pour sa contribution à la nouvelle Constitution qui a rendu possible la restructuration du système judiciaire. Le mandat de Mme Hando dure neuf ans et commence le 1er janvier 2012.
 

Première publication : 30/12/2011

  • FINANCE

    La Hongrie envisage d'instaurer une nouvelle taxe sur les banques

    En savoir plus

  • HONGRIE

    Le Parlement hongrois adopte une nouvelle constitution ultraconservatrice

    En savoir plus

  • HONGRIE

    Budapest accepte d'amender sa loi controversée sur les médias

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)