Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionnée

En savoir plus

DÉBAT

Moscou sanctionnée par l'UE : Poutine peut-il plier ?

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

SUR LE NET

Conflit à Gaza : des célébrités créent la polémique

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : l'Aïd sur fond de guerre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Punition collective"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les Français de l'armée israélienne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si on commence à accueillir toute la misère du monde..."

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

  • Gaza : courte trêve après un raid meurtrier sur une école de l’ONU

    En savoir plus

  • Paris évacue des ressortissants français et britanniques de Libye

    En savoir plus

  • Le Hamas diffuse la vidéo d'une opération commando meurtrière en Israël

    En savoir plus

  • Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

    En savoir plus

  • "Exodus" : la superproduction biblique 100 % héros blancs

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • À Benghazi, une importante base militaire tombe aux mains des islamistes

    En savoir plus

  • Troisième mission de l'année réussie pour une Ariane 5

    En savoir plus

  • Bousculade meurtrière lors d'un concert à Conakry

    En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

Moyen-orient

Le Conseil de sécurité accueille cinq nouveaux membres sur fond de crise syrienne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/01/2012

Le Maroc, le Togo, le Guatemala, l'Azerbaïdjan et le Pakistan feront leur entrée dimanche au Conseil de sécurité de l'ONU, qui connaît une crise profonde à propos de la Syrie - la Russie et la Chine refusant de condamner le régime de Bachar al-Assad.

AFP - Cinq pays rejoignent dimanche le Conseil de sécurité de l'ONU, qui fait face à sa plus profonde crise depuis de nombreuses années à propos de la Syrie, la Russie et la Chine refusant une condamnation du régime du président Bachar al-Assad.
              
Le Maroc, le Togo, le Guatemala, l'Azerbaïdjan et le Pakistan font leur entrée au Conseil, ce dernier pays devant cohabiter avec son grand rival, l'Inde, au sein de l'instance de quinze membres.
              
"C'est comme la guerre froide", souligne un diplomate occidental à propos de l'antagonisme qui règne au Conseil de sécurité depuis des mois à propos de la Syrie. L'ambassadeur russe à l'ONU, Vitali Tchourkine, estime que le travail du Conseil pourrait être "gravement touché" si les tensions persistent.
              
La Russie, la Chine, de même que l'Afrique du Sud, l'Inde et le Brésil -- ce dernier ayant achevé son mandat -- estiment que l'Otan a outrepassé le mandat du Conseil de sécurité avec les frappes en Libye. Ces pays accusent les Occidentaux d'avoir en fait voulu un "changement de régime" contre Mouamar Kadhafi et maintenant contre Bachar al-Assad.
              
La Grande-Bretagne, la France et les Etats-Unis ont au contraire estimé que leur action en Libye avait été "historique" et avait sauvé des dizaines de milliers de vies.
              
La Russie et la Chine ont opposé leur veto à un projet de résolution occidental condamnant les violences en Syrie début octobre, affirmant qu'elle serait la première étape vers une action militaire. Les pays occidentaux ont souligné que ceux qui avaient torpillé la résolution portaient une certaine responsabilité dans le bilan qui excède 5.000 morts en Syrie, selon les estimations de l'ONU.
              
La Russie a depuis proposé son propre projet de résolution, condamnant la violence provenant du gouvernement et de l'opposition en Syrie. Les pays occidentaux ont jugé cette mise en parallèle "déséquilibrée".
              
Trois séances de négociations ont eu lieu durant la semaine écoulée sans faire de progrès, selon des diplomates. Les Occidentaux soupçonnent la Russie de chercher à gagner du temps pour Damas, allié clé de Moscou.
              
L'année qui s'ouvre n'offre aucune perspective de solution pour l'organe de décision central des Nations unies.
              
"Ce sera une année 2012 difficile. Il n'est pas facile de voir comment accomplir quelque chose lorsque le Conseil est bloqué comme cela", souligne un diplomate occidental de haut rang sous couvert d'anonymat.
              
Le nouvel équilibre au sein du Conseil sera très proche de l'ancien et ne changera rien à la candidature de la Palestine à un siège d'Etat membre, le seuil des neuf voix sur quinze ne pouvant être atteint, souligne un diplomate.
              
"Cela ne changera rien pour le Palestiniens qui auront toujours un score de huit voix pour", observe le diplomate. Mais quand bien même la barre des neuf voix pourrait être franchie, ce qui autoriserait le Conseil a formuler une recommandation positive, les Etats-Unis ont déjà promis d'opposer leur veto.
              
Les cinq pays entrants disposeront à partir du 1er janvier d'un mandat de deux ans. Les cinq autres membres non permanents dont le mandat s'achève à la fin de 2012 sont la Colombie, l'Allemagne, l'Inde, le Portugal et l'Afrique du Sud. Le Conseil de sécurité compte également cinq membres permanents avec droit de veto: les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, la Russie et la Chine.

 

Première publication : 31/12/2011

  • SYRIE

    Damas accepte la venue d'observateurs arabes

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Crise en Syrie : la Ligue arabe envisage de saisir l'ONU

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Syrie : "La Russie propose une résolution sans grande valeur"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)