Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Afrique

Goodluck Jonathan décrète l'état d'urgence dans le nord du pays

Vidéo par Clémence DIBOUT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/01/2012

Alors que des violences attribuées à la secte islamiste Boko Haram touchent plusieurs régions, le président nigérian a proclamé l'état d'urgence dans certaines zones du nord et fermé une partie des frontières terrestres du pays.

AFP - Le président Goodluck Jonathan a décrété l'état d'urgence ce week-end dans plusieurs zones du Nigeria contre la violente secte islamiste Boko Haram tandis que le pays entrait dans la nouvelle année avec la mort d'une cinquantaine de personnes dans un conflit entre communautés.

"Quelque 50 personnes ont été tuées samedi quand un groupe d'habitants de la communauté d'Ezza a attaqué des membres de la communauté voisine d'Ezilo à propos d'un différend foncier", a déclaré un porte-parole du gouvernement de l'Etat d'Ebonyi (Sud-Est).

Onyekachi Eni a souligné que ces affrontements, liés à un litige remontant à 2008, n'étaient pas liés aux dernières violences interconfessionnelles qui ont frappé le pays pour Noël.

Le porte-parole de la police de l'Etat d'Ebonyi a estimé le bilan à une quarantaine de morts. "Mais nous ne pouvons pas avoir une idée précise car beaucoup de corps ont été retrouvés en morceaux dans la brousse", a dit John Elu.

Les affrontements dus à des conflits fonciers sont fréquents au Nigeria, particulièrement entre éleveurs et cultivateurs.

Mais le pays le plus peuplé et premier producteur de pétrole d'Afrique est surtout miné par une montée des violences attribuées aux islamistes de Boko Haram. Le groupe a revendiqué une série d'attentats qui visaient notamment des églises chrétiennes pour la messe de Noël et ont fait près de cinquante morts.

Mis sous la pression d'endiguer les attentats et attaques qui se sont multipliés, faisant des centaines de morts en 2011, le président Johathan, a décrété samedi l'état d'urgence dans des zones du nord et du centre et annoncé la fermeture des frontières dans les régions les plus touchées par les violences.

Contrôle des activités terroristes transfrontalières

"Alors que la recherche de solutions durables est en cours, il est devenu impératif de prendre les mesures nécessaires au retour à la normale dans le pays et en particulier dans les zones affectées. En conséquence, j'ai déclaré l'état d'urgence dans certaines zones" des Etats de Yobe, de Borno, du Plateau et du Niger (nord-est et centre-ouest du pays), a-t-il déclaré à la télévision.

Le président nigérian a ajouté avoir "ordonné la fermeture des frontières avec les pays voisins des zones en proie aux violences et demandé le contrôle des activités terroristes transfrontalières."

Ces mesures concernent le Niger, le Cameroun et le Tchad.

Elles visent à empêcher les "terroristes" de "se replier hors de portée de notre système judiciaire", a expliqué M. Jonathan.

On ignorait si ces mesures qui renforcent les pouvoirs de la police et de l'armée étaient entrées en vigueur sans délai, le président ayant dit qu'elles devaient être envoyées au Parlement à la fin des congés.

Cela n'a pas empêché les défenseurs des libertés de s'inquièter alors que l'armée est déjà accusée d'avoir la main lourde dans la répression.

"La déclaration est un chèque en blanc aux agents de sécurité pour violer les droits de l'homme", a dit Shehu Sani, un militant du Nord-Est. "Le dialogue reste la bonne option pour en finir avec l'effusion de sang", a-t-il dit.

Le président s'était auparavant rendu à l'église catholique de Ste Thérèse, à Madalla, près de la capitale Abuja, où 44 personnes ont été tuées le jour de Noël par une bombe à la sortie de la messe de la nativité.

Il a comparé Boko Haram à une tumeur mortelle qu'il a promis de détruire.

La secte "était d'abord un groupe inoffensif qui a grossi comme un cancer. Et le Nigeria, étant le corps, ils veulent le tuer. Mais personne ne les laissera faire", a-t-il affirmé.

"Tous ensemble, nous allons les contrôler puis les écraser", a ajouté M. Jonathan.

Les évêques catholiques ont appelé samedi le président à recourir à des experts étrangers pour aider les forces de sécurité dans la lutte contre Boko Haram.

La communauté chrétienne a menacé de recourir à l'auto-défense si les violences se poursuivaient dans un pays divisé entre un Nord pauvre à dominante musulmane et un Sud plus riche, surtout chrétien et animiste.

Boko Haram a revendiqué de nombreuses attaques, dont l'attentat suicide d'août 2011 contre le siège de l'ONU à Abuja qui avait tué 25 personnes.
 

 

Première publication : 31/12/2011

  • NIGERIA

    L'élection de Goodluck Jonathan confirmée par la Cour suprême

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Le président Goodluck Jonathan prête serment à Abuja

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Huit cents morts depuis l'élection de Goodluck Jonathan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)