Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Ukraine : une carte de visite détournée sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes : toujours les mêmes ?

En savoir plus

FOCUS

Copenhague veut gérer la distribution de cannabis

En savoir plus

DÉBAT

Fatah / Hamas : Peut-on croire à la réconciliation ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Économies : le plan Valls fait débat au sein de la majorité

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires taguées en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Un tatouage offensant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'accord de libre-échange transpacifique en danger

En savoir plus

FOCUS

En Pologne, la ville natale de Jean Paul II en pleine "Papamania"

En savoir plus

  • Les frères ennemis Hamas et Fatah scellent leur réconciliation

    En savoir plus

  • Erdogan présente ses condoléances aux petits-enfants d'Arméniens tués en 1915

    En savoir plus

  • Ces islamistes du Mujao qui considèrent la France comme leur ennemie

    En savoir plus

  • Cinéma : “Noor”, le transsexuel pakistanais qui voulait redevenir un homme

    En savoir plus

  • Le patron du Facebook russe s’exile pour échapper à l'œil de Moscou

    En savoir plus

  • Pourquoi Kiev peine à relancer son offensive anti-séparatiste

    En savoir plus

  • La Game Boy, pop star des années 90, fête ses 25 ans

    En savoir plus

  • Le Brésil organise un sommet de l'Internet pour l'ère post-Snowden

    En savoir plus

  • En images : scènes de guerre urbaine à Copacabana

    En savoir plus

  • Paris dévoile sa feuille de route économique jusqu'en 2017

    En savoir plus

  • En images : le "fail" de la police de New York sur Twitter

    En savoir plus

  • Gilberto Rodrigues Leal, un retraité passionné de voyages

    En savoir plus

  • Ligue des champions : duel de géants entre le Real Madrid et le Bayern Munich

    En savoir plus

  • Le retour "hautement politique" d'Abdoulaye Wade à Dakar

    En savoir plus

  • En Pologne, la ville natale de Jean Paul II en pleine "Papamania"

    En savoir plus

  • Kiev va reprendre son "opération antiterroriste" dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Djihadistes français en Syrie : le plan de lutte de Paris

    En savoir plus

  • Booba-Rohff : ces artistes qui desservent le rap "par leur bêtise"

    En savoir plus

EUROPE

Une dizaine de manifestants de l'opposition interpellés à Moscou

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/12/2011

Samedi à Moscou, les forces de l'ordre russes ont arrêté une dizaine de personnes alors qu'elles tentaient de participer à un rassemblement non autorisé. L'écrivain Édouard Limonov (photo) figure parmi les interpellés.

AFP - Des dizaine de personnes, dont l'écrivain Edouard Limonov, qui tentaient samedi de participer à des manifestations non autorisées à Moscou et Saint-Pétersbourg pour réclamer le départ de Vladimir Poutine, ont été interpellées, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Selon un des dirigeants de l'opposition, Boris Nemtsov, 200 personnes se sont également rassemblées dans la ville de Nijni Novgorod (ouest de la Russie), mais aucune interpellation n'a eu lieu.

INFOGRAPHIE

A Moscou, le rassemblement, organisé par l'opposant et écrivain controversé Edouard Limonov, qui a déclaré à la radio Echo de Moscou avoir été interpellé, avait lieu sur la place Trioumfalnaïa, dans le centre de la capitale, autour du slogan "Une nouvelle année sans Poutine".

La police de Moscou, qui a empêché sa tenue, a annoncé qu'elle avait interpellé 60 personnes après avoir établi un cordon autour de la place.

L'une d'elles a crié "Liberté" alors qu'elle était arrêtée par la police. D'autres ont scandé "La Russie sans Poutine". Une banderole où il était écrit "Mort aux occupants du Kremlin" a aussi été brandie.

Dès l'après-midi, un important dispositif policier avait été déployé pour quadriller les lieux, avec l'envoi notamment d'une trentaine de fourgons cellulaires.

Outre le départ de l'homme fort du pays, Vladimir Poutine, le rassemblement avait également pour but de réclamer comme tous les 31 des mois comptant 31 jours l'application de l'article 31 de la Constitution garantissant la liberté de rassemblement.

A Saint-Pétersbourg, deuxième ville du pays, une dizaine de personnes ont été interpellées alors qu'elles tentaient de manifester sur la perspective Nevski, en plein centre.

Plusieurs ont scandé "La nouvelle année sans Poutine" ou "Nous avons besoin d'une autre Russie".

Réagissant à ces interpellations le soir du Nouvel An, l'ex-dissidente soviétique et militante russe Lioudmila Alexeeva a estimé que c'était "honteux et stupide".

"Les autorités doivent comprendre que l'ère de la dispersion des rassemblements est finie", a-t-elle ajouté, citée par l'agence de presse Interfax.

Vladimir Poutine fait face au plus important mouvement de contestation depuis son arrivée au sommet du pouvoir en 2000.

Ce mouvement, qui a lieu à un peu plus de deux mois de l'élection présidentielle, à laquelle M. Poutine est candidat pour un troisième mandat au Kremlin après ceux accomplis entre 2000 et 2008, a été déclenché par les législatives controversées du 4 décembre, qui ont été remportées par son parti Russie Unie.

Le 24 décembre, entre 70.000 et 100.000 personnes ont manifesté dans Moscou pour réclamer l'annulation des législatives et une "Russie sans Poutine". Le 10 décembre déjà, l'opposition avait rassemblé des dizaines de milliers de personnes, une mobilisation exceptionnelle pour la Russie.

L'opposition s'est engagée à organiser un nouveau rassemblement après la longue période de jours fériés (du 1er au 10 janvier) mais n'a pas encore fixé de date.

Samedi, Vladimir Poutine a estimé qu'il n'y avait rien d'"anormal" à ce que "tout bouillonne" en Russie, en pleine période électorale, ajoutant qu'il s'agissait du "prix à payer pour la démocratie".

Il a cependant minimisé à plusieurs reprises l'importance du mouvement de contestation et opposé une fin de non-recevoir aux appels de l'opposition à annuler les résultats des législatives.

Mercredi, le Premier ministre a de plus estimé qu'un dialogue avec les opposants était impossible, jugeant ce mouvement trop désorganisé, sans leader, ni programme.

Première publication : 31/12/2011

  • RUSSIE

    Vladimir Poutine dénonce une opposition sans programme ni objectifs

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Des dizaines de milliers de Russes ont défilé contre Poutine dans le pays

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Pourquoi Poutine ne fait plus rêver les Russes ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)