Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

  • Brésil – Pays-Bas : suivez le match en direct

    En savoir plus

  • Nouvelle journée de raids israéliens sur Gaza, le Hamas reste introuvable

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

EUROPE

Une dizaine de manifestants de l'opposition interpellés à Moscou

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/12/2011

Samedi à Moscou, les forces de l'ordre russes ont arrêté une dizaine de personnes alors qu'elles tentaient de participer à un rassemblement non autorisé. L'écrivain Édouard Limonov (photo) figure parmi les interpellés.

AFP - Des dizaine de personnes, dont l'écrivain Edouard Limonov, qui tentaient samedi de participer à des manifestations non autorisées à Moscou et Saint-Pétersbourg pour réclamer le départ de Vladimir Poutine, ont été interpellées, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Selon un des dirigeants de l'opposition, Boris Nemtsov, 200 personnes se sont également rassemblées dans la ville de Nijni Novgorod (ouest de la Russie), mais aucune interpellation n'a eu lieu.

INFOGRAPHIE

A Moscou, le rassemblement, organisé par l'opposant et écrivain controversé Edouard Limonov, qui a déclaré à la radio Echo de Moscou avoir été interpellé, avait lieu sur la place Trioumfalnaïa, dans le centre de la capitale, autour du slogan "Une nouvelle année sans Poutine".

La police de Moscou, qui a empêché sa tenue, a annoncé qu'elle avait interpellé 60 personnes après avoir établi un cordon autour de la place.

L'une d'elles a crié "Liberté" alors qu'elle était arrêtée par la police. D'autres ont scandé "La Russie sans Poutine". Une banderole où il était écrit "Mort aux occupants du Kremlin" a aussi été brandie.

Dès l'après-midi, un important dispositif policier avait été déployé pour quadriller les lieux, avec l'envoi notamment d'une trentaine de fourgons cellulaires.

Outre le départ de l'homme fort du pays, Vladimir Poutine, le rassemblement avait également pour but de réclamer comme tous les 31 des mois comptant 31 jours l'application de l'article 31 de la Constitution garantissant la liberté de rassemblement.

A Saint-Pétersbourg, deuxième ville du pays, une dizaine de personnes ont été interpellées alors qu'elles tentaient de manifester sur la perspective Nevski, en plein centre.

Plusieurs ont scandé "La nouvelle année sans Poutine" ou "Nous avons besoin d'une autre Russie".

Réagissant à ces interpellations le soir du Nouvel An, l'ex-dissidente soviétique et militante russe Lioudmila Alexeeva a estimé que c'était "honteux et stupide".

"Les autorités doivent comprendre que l'ère de la dispersion des rassemblements est finie", a-t-elle ajouté, citée par l'agence de presse Interfax.

Vladimir Poutine fait face au plus important mouvement de contestation depuis son arrivée au sommet du pouvoir en 2000.

Ce mouvement, qui a lieu à un peu plus de deux mois de l'élection présidentielle, à laquelle M. Poutine est candidat pour un troisième mandat au Kremlin après ceux accomplis entre 2000 et 2008, a été déclenché par les législatives controversées du 4 décembre, qui ont été remportées par son parti Russie Unie.

Le 24 décembre, entre 70.000 et 100.000 personnes ont manifesté dans Moscou pour réclamer l'annulation des législatives et une "Russie sans Poutine". Le 10 décembre déjà, l'opposition avait rassemblé des dizaines de milliers de personnes, une mobilisation exceptionnelle pour la Russie.

L'opposition s'est engagée à organiser un nouveau rassemblement après la longue période de jours fériés (du 1er au 10 janvier) mais n'a pas encore fixé de date.

Samedi, Vladimir Poutine a estimé qu'il n'y avait rien d'"anormal" à ce que "tout bouillonne" en Russie, en pleine période électorale, ajoutant qu'il s'agissait du "prix à payer pour la démocratie".

Il a cependant minimisé à plusieurs reprises l'importance du mouvement de contestation et opposé une fin de non-recevoir aux appels de l'opposition à annuler les résultats des législatives.

Mercredi, le Premier ministre a de plus estimé qu'un dialogue avec les opposants était impossible, jugeant ce mouvement trop désorganisé, sans leader, ni programme.

Première publication : 31/12/2011

  • RUSSIE

    Vladimir Poutine dénonce une opposition sans programme ni objectifs

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Des dizaines de milliers de Russes ont défilé contre Poutine dans le pays

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Pourquoi Poutine ne fait plus rêver les Russes ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)