Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

Afrique

Le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, agressé à Paris

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/01/2012

Le président du Sénat congolais, Léon Kengo wa Dondo, a été violemment attaqué samedi à son arrivée à la Gare du Nord, à Paris. Alors que le Quai d'Orsay a confirmé l'agression, le gouvernement de la RDC impute cet acte à des pro-Tshisekedi.

REUTERS - L’ambassadeur de France à Kinshasa a été convoqué par le ministère des Affaires étrangères de la République démocratique du Congo après l’agression dont a été victime Léon Kengo, président du Sénat de la RDC à la Gare du Nord, samedi soir à Paris.

"Nous ne sommes ni de près ni de loin liés à cette attaque" (Felix Tshisekedi, secrétaire national UPDS)

Sur son site le ministère français des Affaires étrangères indique qu’une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de cette agressions.

« Nous avons fait part de ces différents éléments aux autorités congolaises avec lesquelles nous restons en contact », indique le Quai d’Orsay.

De leur côté, les autorités de la RDC jugent qu’ »au niveau des gouvernements la situation est extrêmement grave », a dit Alexis Thambwé Mwamba, ministre des Affaires étrangères, interrogé par France Into.

Le ministre rappelle que Léon Kengo, qui est le deuxième personnage de l’Etat congolais, a été blessé et hospitalisé.

Réaction de Lambert Mendé, ministre de la Communication en RDC
« Nous considérons que la France a l’obliagtion d’assurer la sécurité des officiels congolais de passage à Paris, de nos représentants et de notre mission diplomatique », déclare Alexis Thambwé Mwamba.

« Nous exigeons que l’enquête puisse aboutir, que les personnes qui ont agressé M. Kengo ne restent pas impunies et nous attendons que l’ambassadeur de France puisse faire passer ce message-là à Paris », a-t-il ajouté.

Pour sa part, le ministère français des Affaires étrangères rappelle que la visite de M. Kengo en France s’effectuait dans le cadre d’un « déplacement privé dont les autorités françaises n’avaient pas été informées ».

Léon Kengo, 76 ans, a été violemment agressé samedi en fin d’après-midi à la Gare du Nord par un groupe d’individus au moment il montait dans une voiture qui l’attendait.

Cet incident intervient un peu plus d’un mois après l’élection présidentielle contestée du 28 novembre qui a vu la victoire du candidat sortant Joseph Kabila.

Le principal opposant Etienne Tshisekedi avait contesté la régularité de ce scrutin et plusieurs manifestations violentes avaient eu lieu à Bruxelles et à Londres pour protester contre la réélection de Kabila.

Première publication : 01/01/2012

  • RD CONGO

    L’opposant Tshisekedi contraint à "prêter serment" à domicile

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Joseph Kabila investi pour un nouveau quinquennat

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE CONGOLAISE

    Joseph Kabila déclaré vainqueur par la Cour suprême

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)