Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Paul Kagame en visite à Paris, ses partisans et opposants défilent dans la capitale

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" sera-t-il déprogrammé du Fespaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"La Robe"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Parlemantaires français en Syrie, Bachar Al Assad interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quand agriculture rime avec futur

En savoir plus

TECH 24

Drones : comment les arrêter ?

En savoir plus

#ActuElles

Inde : sauver les filles par l'éducation

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Louis Schweitzer : "La dette perpetuelle, c'est mieux que de laisser crever la Grèce !"

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Crimée, symbole d'une nouvelle Guerre froide ?

En savoir plus

Afrique

Le Caire se défend après la perquisition des 17 ONG

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/01/2012

Malgré les critiques des États-Unis, de l'ONU, de la France et de l'Union européenne, les autorités égyptiennes ont justifié la perquisition des 17 ONG soupçonnées de financement illicite, estimant qu'elles opéraient illégalement dans le pays.

AFP - Le gouvernement égyptien a défendu dimanche les perquisitions menées la semaine dernière dans plusieurs locaux d'ONG égyptiennes et étrangères, en affirmant qu'elles opéraient de "manière illégale" dans le pays.
              
Cette position a été annoncée lors d'une conférence de presse des ministres égyptiens du Plan et de la Coopération internationale Fayza Aboul Naga et de la Justice Adel Abdel Hamid Abdallah, après les protestations internationales contre les perquisitions de locaux de 17 ONG dont trois américaines et une allemande.
              
"Des associations étrangères ont ouvert de manière illégale des bureaux en Egypte après la révolution du 25 janvier, et ont violé la loi sur les associations" dans le pays, a déclaré Mme Aboul Naga.
              
Le 25 janvier est la date du premier anniversaire du début de l'insurrection contre le régime du président Hosni Moubarak, contraint de quitter le pouvoir le 11 février.
              
"Tous les pays du monde, dont les Etats-Unis, interdisent le financement des organisations ayant des activités politiques ou des activités liées à des partis politiques, et c'est ce qu'on appelle un financement politique", a-t-elle ajouté, en expliquant que la loi égyptienne interdisait ce genre de financement.
              
De son côté, M. Abdallah a affirmé "le souci de l'Egypte de voir ces organisations non gouvernementales exercer leur travail sans aucune ingérence, de manière libre et indépendante mais aussi responsable dans le cadre du respect de la loi égyptienne".
              
Le 29 décembre, des magistrats assistés de la police ont perquisitionné dix-sept sièges et autres locaux appartenant à des ONG égyptiennes et étrangères dans le cadre selon eux d'une enquête sur des "financements étrangers illicites".
              
Au moins trois ONG américaines, le National Democratic Institute, l'International Republican Institute et Freedom House ont été la cible des perquisitions.
              
Les Etats-Unis se sont dits "profondément inquiets" de ces perquisitions, mais un responsable américain a ensuite indiqué que les autorités égyptiennes avaient assuré qu'elles y mettraient un terme et rendraient le matériel saisi.
              
Ces associations, selon les autorités, sont accusées de ne pas avoir obtenu les autorisations nécessaires pour exercer leur activité et recevoir des financements étrangers. Aucune arrestation n'a été rapportée.
              
L'ONU, la France et l'Union européenne ont critiqué ces perquisitions qui ont assombri les promesses de démocratisation faites par le Conseil militaire, au pouvoir depuis la chute de M. Moubarak.
              
 

Première publication : 02/01/2012

  • ÉGYPTE

    Le Caire promet à Washington de mettre un terme aux perquisitions des ONG

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Perquisition de dix-sept ONG accusées de "financements étrangers illicites"

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Reprise du procès de Moubarak après trois mois d'interruption

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)