Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

"La grève à Air France doit s'arrêter"

En savoir plus

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • L’étrange saison des Ukrainiens du Shakhtar Donetsk

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Zinedine Zidane se verrait bien un jour sélectionneur des Bleus

    En savoir plus

  • Un obus tiré de Gaza vers Israël, le premier depuis la trêve

    En savoir plus

Moyen-orient

La guerre en Irak a fait 162 000 morts depuis l'intervention américaine en 2003

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/01/2012

Quelque 162 000 morts en huit ans : tel est le bilan établi par une ONG internationale du nombre de victimes en Irak depuis le début de l'invasion américaine, en mars 2003. Ce chiffre comprendrait en grande majorité des civils.

AFP - Environ 162.000 personnes, essentiellement des civils, ont péri de mort violente en Irak depuis l'invasion américaine de mars 2003, et le pays reste pris dans un "conflit de basse intensité" qui va continuer à faire de nombreuses victimes, estime une ONG lundi.

Ce bilan, publié deux semaines après la fin du retrait de l'armée américaine d'Irak par Iraq Body Count (IBC), une ONG basée en Grande-Bretagne, fait également état de plus de 4.000 morts civils pour la seule année 2011.

De mars 2003, date de l'invasion américaine en Irak au départ fin 2011 des derniers GI's, 162.000 personnes ont été tuées dans le pays selon un bilan établi par IBC en croisant ses propres statistiques (consacrées aux civils) avec celles des autorités irakiennes, les pertes américaines ainsi que des données révélées par le site Wikileaks (Iraq War Logs).

IBC indique que Wikileaks a ainsi révélé l'existence de milliers de décès de civils dont elle n'avait pas eu connaissance au moment des faits.

Sur les 162.000 tués recensés, "79% étaient des civils", souligne le rapport, le reste comprenant des membres des forces de l'ordre irakiennes, des soldats américains et des insurgés.

Les policiers irakiens ont payé un lourd tribut avec 9.019 décès, tandis que 4.474 soldats américains sont morts en Irak.

Bagdad a été la zone la plus touchée par les violences sur les civils, avec 2,5 fois plus de décès que la moyenne du pays, souligne IBC. Au moins 3.911 victimes recensées au cours des neuf années étaient des enfants.

"La violence a atteint son pic fin 2006 mais est restée à un niveau élevé jusqu'au deuxième semestre 2008", relève IBC.

Les forces de la coalition menée par les Etats-Unis sont directement responsables de la mort de 14.705 civils sur la période 2003-2011, dont "plus de la moitié au cours de l'invasion de 2003 et des sièges de Fallouja en 2004", note IBC.

Les derniers soldats américains ont quitté l'Irak à la mi-décembre, honorant avec quelques jours d'avance un accord signé en 2008 entre Bagdad et Washington.

Le Premier ministre Nouri al-Maliki a déclaré le 31 décembre "Jour de l'Irak" afin de célébrer ce retrait. "Notre travail vient juste de commencer", a-t-il souligné alors que le pays est plongé depuis deux semaines dans une grave crise politique qui fait craindre une résurgence des terribles violences confessionnelles des années 2006-2007.

Si le pire semble passé, IBC ne se hasarde pas à parier sur une baisse des violences en Irak dans les années à venir.

Selon l'organisation, 4.063 civils ont été tués en 2011, soit plus qu'en 2010 (4.045), selon des chiffres actualisés par IBC.

"Le nombre de civils tués en Irak en 2011 est presque le même qu'en 2010. Il n'y a pas eu de tendance sensible à la baisse depuis la mi-2009", affirme IBC.

"Les tendances récentes montrent la persistance en Irak d'un conflit de basse intensité qui va continuer à tuer des civils au même rythme dans les années à venir. Ces chiffres ne révèlent pas d'amélioration mais ce n'est que dans la durée qu'on saura si le retrait des forces américaines aura un effet sur le nombre de victimes", souligne le rapport.

Le chiffre 2011 d'IBC est nettement plus élevé que celui publié dimanche par les autorités irakiennes, qui faisait état de 2.645 Irakiens tués dont 1.578 civils, un chiffre en baisse par rapport aux années précédentes.

Le projet IBC a été lancé en janvier 2003 par des bénévoles britanniques et américains voulant "s'assurer que les conséquences humaines de l'intervention militaire en Irak ne seraient pas négligées".

Première publication : 02/01/2012

  • IRAK

    Un groupe affilié à Al-Qaïda revendique les attentats de jeudi à Bagdad

    En savoir plus

  • IRAK

    Le chef chiite Moqtada Sadr réclame la dissolution du Parlement

    En savoir plus

  • IRAK

    Attentat-suicide meurtrier contre le ministère de l'Intérieur

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)