Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

FRANCE

Pour l'ASN, le parc nucléaire est sûr mais pourrait l'être davantage

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/01/2012

La sûreté des centrales nucléaires françaises est suffisante pour qu’elles poursuivent leur activité, annonce dans un rapport l’Autorité de sûreté nucléaire qui estime néanmoins qu'il est nécessaire d'augmenter la "robustesse" des installations.

AFP - L'ensemble des centrales françaises ont "un niveau de sûreté suffisant" pour exclure leur arrêt immédiat, mais il est indispensable d'investir des milliards d'euros pour augmenter dès que possible leur "robustesse", a jugé mardi l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

L'ASN, qui a remis dans la matinée au Premier ministre l'audit de sûreté demandé après la catastrophe de Fukushima, le 11 mars 2011 au Japon, a donné six mois aux exploitants des installations nucléaires pour lui présenter les mesures qui permettraient d'assurer les fonctions fondamentales des sites même en situation extrême.

Le but est de maintenir la sûreté des installations en cas de catastrophe majeure (séismes, inondations, ou conjonction de plusieurs phénomènes extrêmes) et de "limiter les rejets massifs dans un scénario d'accident", selon l'ASN.

Le ministre de l'Energie, Eric Besson, a annoncé qu'il allait réunir les exploitants des installations nucléaires (EDF, Areva, CEA) dès lundi, afin de "définir le calendrier de mise en oeuvre des demandes" de l'ASN.

L'ASN souhaite que les exploitants lui soumettent pour le 30 juin 2012 un "noyau dur" qui, pour chaque centrale, identifierait les dispositions à mettre en place en termes de matériel et d'organisation. Un "noyau dur" qui devra notamment comprendre un centre de commandement et de communication "bunkerisé", ainsi qu'un groupe électrogène et une alimentation en eau "d'ultime secours".

"Nous imposons des mesures qui se traduisent par des investissements massifs. Si des exploitants, EDF ou un autre, jugent que ce qu'on demande est tellement onéreux, à eux de voir si l'exploitation en vaut encore la peine", a relevé le président de l'ASN, André-Claude Lacoste, évoquant des "dizaines de milliards d'euros" d'investissement.

"Force d'action rapide"

Selon EDF, qui exploite un parc de 58 réacteurs français, le surcoût ne devrait toutefois pas dépasser 10 milliards d'euros par rapport aux investissements déjà programmés.

"Pour pouvoir exploiter notre parc de 58 réacteurs jusqu'à 60 ans, nous avions quantifié les dépenses nécessaires à environ 40 milliards d'euros" sur une trentaine d'années, a souligné Jean-Marc Miraucourt, directeur de l'ingénierie du parc nucléaire d'EDF.

"Nos premières estimations montrent qu'on devrait rester dans une fourchette de 40 à 50 milliards d'euros", a-t-il assuré à l'AFP.

"Pas de marchandage en matière de sureté nucléaire", a insisté la ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet.

Pour les Français, cela représentera "moins de 2% d'augmentation des factures d'électricité" par an, a de son côté assuré Eric Besson.

L'ASN demande aussi la mise en place progressive, à partir de cette année, d'une "force d'action rapide nucléaire", un dispositif d'urgence permettant d'envoyer des équipes spécialisées et du matériel sur un site accidenté en moins de 24 heures. Ce dispositif, qui avait été évoqué par EDF en avril 2011, devra être "complètement opérationnel" fin 2014.

Le Premier ministre, François Fillon, a souligné que le gouvernement veillerait auprès des exploitants à ce que "l'intégralité des demandes" de l'ASN soit respectée "dans le calendrier qui leur est imposé".

Après l'accident de Fukushima, le cas de la centrale de Fessenheim, la plus ancienne de France -entrée en service en 1977- avait cristallisé la polémique, de nombreuses organisations écologistes en réclamant la fermeture.

L'ASN n'a toutefois pas formulé de "demandes spécifiques" pour le site alsacien au-delà de celles déjà préconisées en juillet dernier à l'issue de la visite décennale.

L'ASN avait alors estimé que l'exploitation du réacteur N°1 pouvait continuer dix ans de plus sous réserve de certains travaux.

"Aux responsables politiques de décider s'ils souhaitent investir ces milliards dans une technologie qui restera dangereuse pour l'homme, ou dans la transition énergétique", a réagi l'organisation Greenpeace, qui présentera une "contre-expertise" le 16 janvier.

Première publication : 03/01/2012

  • ENVIRONNEMENT

    Centrale de Nogent-sur-Seine : neuf militants de Greenpeace déférés

    En savoir plus

  • ENVIRONNEMENT

    Sécurité nucléaire en France : un dispositif nébuleux et controversé

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Des milliers d'antinucléaires manifestent contre le stockage de déchets

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)